Vallée du Rhône 2004-2005 PDF

Vignoble de la vallée du Rhône. Par vocation la vallée du Rhône a toujours été un passage privilégié entre le monde méditerranéen et l’Europe septentrionale ou atlantique. Dès l’Antiquité, les Grecs vallée du Rhône 2004-2005 PDF’infiltrent au cœur de la Gaule où ils pratiquent des échanges commerciaux.


La culture de la vigne et du vin se poursuit avec l’arrivée des Romains en 125 avant notre ère. C’est dans ce contexte qu’il convient de dater la construction de la villa gallo-romaine du Mollard, à Donzère et les ateliers d’amphores de la région. La plus importante unité viti-vinicole antique de la région, la villa du Mollard a été mise à jour au sud de Donzère. L’exploitation, qui a été datée entre 50 et 80 de notre ère, produisait 2 500 hectolitres de vin par an. 300 hectares ce qui nécessitait le travail de 150 esclaves. Ces amphores fabriquées sur place, servaient au transport des vins et des sauces de poisson.

Ces découvertes archéologiques, alliées à une étude historique déjà ancienne, permettent de situer l’origine des Côtes du Rhône comme antérieure à bien d’autres régions viticoles françaises. Les Romains créent Vienne, puis le vignoble correspondant dont la renommée était grande. Ils mettent en valeur la campagne viennoise avec d’immenses travaux de défonçage, de plantation de la vigne et de construction de murettes protégeant les terrasses. En 611 est fondé le monastère de Prébayon, réservée aux moniales.

Saint-Péray, le vignoble est attesté depuis 936. Le Cartulaire de Saint-Chaffre mentionne la donation à cette abbaye d’une villa et de ses vignes sise sous le castrum de Crussol. Avignon, les papes firent appel aux vignobles de proximité pour leurs besoins. Jean XXII, le deuxième pontife avignonnais, fit bâtir le château de Châteauneuf-du-Pape.

Il avait amené avec lui à Avignon des banquiers et des vignerons de Cahors dans le but de renforcer les richesses de la papauté. Ce fut sous le pontificat de Clément VI, en 1344, que le premier terroir connu de Châteauneuf-du-Pape fut répertorié. Article détaillé : Vins des papes d’Avignon. Une réglementation intervient en 1650 pour protéger leur authenticité de provenance et garantir leur qualité. Un édit du roi de France prescrit, en 1737, que tous les fûts destinés à la vente et au transport doivent être marqués au feu par les lettres  C.

Côte du Rhône devient les Côtes du Rhône en s’étendant aux vignobles situés sur la rive gauche du Rhône. Cette notoriété, acquise au fil des siècles, est validée par les Tribunaux de Grande Instance de Tournon et d’Uzès en 1936. 1930, sous l’impulsion du Baron Le Roy – homme audacieux et visionnaire – cette notoriété s’accentuera et prendra forme en 1937 par la consécration de l’AOC – appellation d’origine contrôlée – côtes-du-rhône. L’AOC, c’est la reconnaissance d’une réalité et d’une tradition rassemblant plusieurs éléments : un ou plusieurs cépages, un terroir, un savoir-faire viti-vinicole. Un organisme officiel national, l’INAO, fixe et contrôle les règles qui garantissent que les produits d’AOC sont conformes aux critères de : production, délimitation parcellaire, cépages, méthodes culturales, récoltes, vinification.

Côtes-du-rhône de la cave Le Gravillas à Sablet. En plus de ces appellations, il existe des vins de pays. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le vignoble septentrional s’étend de Vienne à Valence au sud. Deux unités se distinguent au sein de ce vignoble. L’une se situe de Vienne à Montélimar. Ses vignes dominent le fleuve, c’est le secteur des Côtes du Rhône.

This entry was posted in Scolaire et Parascolaire. Bookmark the permalink.