Une philosophie de la transcendance PDF

Situation des concepts philosophiques dans les champs du savoir. Articles détaillés : Concepts logiques, Logique et Théorie de une philosophie de la transcendance PDF connaissance.


Articles détaillés : Concepts esthétiques et Esthétique. Articles détaillés : Politique et Philosophie politique. Jacqueline Russ, Panorama des idées philosophiques, Armand Colin, 2000. André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Presses Universitaires de France, première édition 1902-1923, 12ème éditions 1976. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 25 septembre 2018 à 22:57.

Cet article est une ébauche concernant la philosophie. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion. Spinoza maintiennent que Dieu se manifeste dans le monde, et est présent dans celui-ci et dans les choses qui le composent. Le transcendant est ce qui est au-delà, ce qui dépasse, surpasse, en étant d’un tout autre ordre. Le terme est particulièrement, mais pas toujours, utilisé pour discuter la relation de Dieu au monde. En phénoménologie, le transcendant est ce qui transcende notre propre conscience, c’est-à-dire ce qui est objectif, par opposition à ce qui est seulement un phénomène de notre conscience. Pour Marx, la transcendance est la capacité humaine de créer son avenir par son travail conscient au présent.

Ce travail, pour être conscient, doit être précédé, toujours au présent, d’une réflexion afin d’en déterminer le but. Pour Kant, le transcendant est ce qui est au-delà de toute expérience possible, qui dépasse toute possibilité de connaissance. Kant, Marx, Wittgenstein, veulent ignorer la frontière absolue :  Tout ce qui proprement peut être dit peut être dit clairement, et sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence. Ainsi Husserl déclare :  la philosophie de la transcendance nous jette sur la grand-route, au milieu des menaces, sous une aveuglante lumière. Ils préfèrent s’intéresser à la frontière morale, plus concrète :  Chez Jaspers, il y a un second sens du mot transcendance, en tant qu’il caractérise le mouvement que nous accomplissons sans cesse pour nous dépasser nous-mêmes. L’existant accomplit sans cesse un mouvement de transcendance, se dépasse sans cesse. D’autres, au contraire, pensent que c’est à la tangence de cette frontière que se joue la philosophie première ou métaphysique.

Ils tentent, par les chemins de la raison, du logos, bref, de l’en deçà, d’aller au plus près de cette frontière infranchissable, jusqu’à l’effleurer, touche mystique ou intuition. Dans ce texte, la frontière relative est une distance infinie, la frontière absolue, une distance infiniment infinie. Et encore cette citation plus explicite :  Cette élévation est si éminente et si transcendante qu’elle ne s’arrête pas au ciel, il n’a pas de quoi la satisfaire. On retrouve bien l’idée d’une frontière absolue, au-delà de la causalité et du langage qui sont notre frontière humaine. Et encore :  L’ego qui a réellement découvert le néant du monde et du moi ne peut pas ne pas rencontrer la réalité et la plénitude de la Transcendance. Il ne peut pas ne pas découvrir que seule la Transcendance est réellement l’Absolu.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.