Sur les traces de l’Etalon noir PDF

Bon élève, il obtient son certificat d’études avec la mention très bien. On le destine à devenir agriculteur, mais il entame des études d’instituteur à l’école sur les traces de l’Etalon noir PDF supérieure pour garçons de Doudeville. Il est également un enfant de chœur espiègle et anime régulièrement des fêtes familiales, banquets et kermesses. De temps en temps, la famille attelle le cheval de la ferme et se rend au marché de Fontaine-le-Dun, chef-lieu de canton.


Mitron à 17 ans dans une boulangerie à Saint-Laurent-en-Caux, il devient boulanger à Rouen en 1936. Afin de pouvoir choisir son arme, et ainsi rejoindre la musique militaire, il décide de devancer l’appel et s’engage dans l’armée pour deux ans de service militaire. Il est affecté le 20 février 1937 dans le 24e régiment d’infanterie à Paris. Son cousin germain, Lucien Raimbourg, étant déjà dans le métier, il choisit ce nom de scène, afin d’éviter toute confusion, en référence au village de son enfance. Bourvil avec ses fils Philippe et Dominique Raimbourg, en 1959. Les premiers films le cantonnent dans son personnage de benêt, mais il se rend progressivement compte qu’il doit se renouveler. Il tournera à nouveau sous la direction de Claude Autant-Lara dans Le Magot de Josefa, sorti en 1963.

C’est en 1963 qu’il rencontre Jean-Pierre Mocky qui lui propose de tenir le rôle d’un pilleur de tronc dans Un drôle de paroissien, rôle qu’avait refusé Fernandel. Contre toute attente ce film fut un énorme succès populaire. Bourvil tournera trois autres films avec Mocky. Bourvil a cependant tenu des rôles plus dramatiques, comme l’homme à tout faire dans L’Arbre de Noël, dans lequel il aide un petit garçon atteint d’une leucémie à assouvir sa passion pour les loups.

Dans ce film, comme dans les films comiques, le spectateur peut facilement s’identifier au personnage joué par Bourvil, car c’est un homme simple. Bourvil était un homme très cultivé. Dans les années cinquante, aimant le calme de la campagne, il choisit le petit village de Montainville, car bien relié à Paris par l’autoroute de l’Ouest. Il reste aujourd’hui une référence pour de nombreux artistes. Cracks, Bourvil chute lourdement à vélo.

Hospitalisé, il en profite pour subir l’ablation à l’oreille d’un simple kyste qui le gêne depuis deux ans. Ses jours sont comptés, alors qu’il est au faîte de la gloire. De janvier à avril 1970, il joue dans Le Cercle rouge de Jean-Pierre Melville, avec Alain Delon et Yves Montand. Le Cercle rouge et Le Mur de l’Atlantique sortirent seulement quelques semaines après sa mort. Jeanne Lefrique, son épouse, née en 1918, meurt le 26 janvier 1986 dans un accident de voiture, alors qu’elle se rend de Paris à Montainville sur la tombe de son époux. Avec Fernandel, Louis de Funès et Jean Gabin, Bourvil fait partie des acteurs français ayant attiré le plus grand nombre de spectateurs dans les salles de cinéma : environ 205 millions entre 1945 et 1970.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.