Sur les bancs de l’école : Les objets de la communale PDF

Finistère, dans la région Bretagne, en France. Lannilis occupe, à proximité de la Manche, la racine d’une presqu’île, dont l’extrémité nord-ouest est occupée par la commune sur les bancs de l’école : Les objets de la communale PDF Landéda, comprise entre deux abers, l’Aber Wrac’h au nord-est et l’Aber Benoît au sud-ouest. Plouguerneau à Brest, par Bourg-Blanc et Gouesnou.


Les souvenirs d’école ont pour chacun une odeur de colle blanche, de cire de table de classe, et la couleur de l’encre violette, du bleu du papier recouvrant les livres, du noir des tableaux et des ardoises. Dans le cartable, le plumier ou la trousse avec le parte plume, les crayons, la gomme, la règle, les cahiers avec les manuels scolaires, accompagnaient l’élève sur le chemin de l’école. Dans la salle de classe les tableaux muraux de géographie, d’histoire ou de sciences naturelles formaient le décor des longues journées studieuses. C’est ainsi que s’est dessiné le paysage de générations d’écoliers marqués à jamais par ces objets de l’école. Chaque objets raconte une histoire, celle de nos premiers pas d’écolier. Troisième racontent aussi l’histoire de l’école conçue sous la Troisième République. L’instruction obligatoire et gratuite pour tous ne put se faire qu’avec les moyens techniques mis à la disposition de l’institution scolaire. Et les progrès de l’industrie permirent une démocratisation de l’enseignement. l’invention du papier-bois, de la lithogravure puis de l’impression offset furent essentiels, tout comme l’industrialisation des procédés de fabrication qui permirent de mettre des objets à la disposition du plus grand nombre. C’est ainsi que l’école se peupla des objets qui allaient accompagner chaque écolier pendant sa scolarité et marquer définitivement sa mémoire. Ce livre en fait l’inventaire et en raconte l’histoire, dessinant le portrait de ce que fut notre communale à tous.

Brest – Plouguerneau du réseau d’autocars départemental Penn-ar-Bed dessert également la commune plusieurs fois par jour. Les arrêts de car sont situés à Paluden, à la Croix Rouge, au Flescou, au Prat, au Bourg et à Kerveur. En descendant vers l’Aber Wrac’h, on voit le  vieux pont  inauguré le 19 novembre 1933, en présence des notables départementaux et sous la présidence du maire et conseiller général du canton. Le petit port de Paluden est niché au fond d’un bras de l’aber. Paluden est aussi un petit port de marchandises.

35 000 m3 de bois qui sont ainsi débarqués. Il y a plus d’une trentaine d’années, ce port servait aussi à faire venir le ciment des grandes cimenteries du Nord ou de Marseille. Les bateaux accostaient au rythme d’un par semaine. Cette activité a cessé depuis qu’une usine d’ensachage s’est installée à Landerneau. Pendant plusieurs années, des  sabliers  s’en allaient à l’embouchure de l’aber, sur les bancs, pour prélever le sable employé par les entreprises du bâtiments. Leurs allées et venues étaient rythmées par les marées. Sous l’Ancien Régime déjà, le port de Paluden connaissait une activité soutenue : blé, épices, bois, sel y étaient débarqués.

Lannilis, et sur la rivière de l’Aber Wrac’h, au point où elle cesse d’être navigable, c’est-à-dire à quatre kilomètres dans les terres, se trouve le petit port de Paluden, recevant chaque année de 30 à 40 navires, qui y apportent des marchandises pour Plouguerneau et Lannilis. Bois déchargé sur le quai de Paluden. Bateau à quai au port de Paluden. Bateau en manœuvre au port de Paluden. Iliz : ce mot signifie  église  et la traduction latine Lanna Ecclesiae du nom figurant dans un acte de cession par Even Bohic daté du 16 mai 1344 plaide en ce sens. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

This entry was posted in Humour. Bookmark the permalink.