Si 7 = 0 : Quelles mathématiques pour l’école ? PDF

Une interview de Bruno della Chiesa, du centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement de l’OCDE, aux journées de l’innovation de l’Si 7 = 0 : Quelles mathématiques pour l’école ? PDF, qui résume ce qu’il faut savoir de la neuroéducation. Quel est l’apport des avancées en neurosciences pour l’éducation ? SANKORE : ZOOM SUR LES NEUROSCIENCES Que disent les neurosciences sur l’Education numérique ?


L’école est une préoccupation essentielle pour chacun d’entre nous. Que faut-il enseigner ? Quelles mathématiques à l’école et à quel âge ? Pourquoi nos enfants ont-ils tant de mal à faire des opérations et à résoudre des problèmes ? Pourquoi ces problèmes prétendument concrets qui ne sont pas de leur âge ? Alors que l’on combat l’illettrisme, pourquoi, malgré le dévouement admirable des enseignants, laisse-t-on l’innumérisme compromettre la mission que s’est donnée l’école ? Stella Baruk en pointe les raisons avec une rigueur toute chirurgicale. En analysant les travaux des élèves, elle montre au plus près pourquoi ce ne sont pas eux qui sont  » en difficulté « , mais l’école. Elle propose donc des réformes concrètes, sachant combien, lorsque les mathématiques ont du sens, les enfants peuvent y réussir et même les aimer.

Les neurosciences désignent l’étude scientifique du système nerveux et du fonctionnement du cerveau, depuis le niveau moléculaire jusqu’au niveau comportemental. La neuroéducation est le mariage entre les neurosciences et les sciences de l’éducation. La neuroéducation a une utilité bien au delà du seul système scolaire puisque l’on réfléchit avec le même cerveau hors de l’école ! Quel est l’intérêt pour les élèves ?

Des connexions neuronales n’arrêtent pas de se créer, à chaque instant de notre vie. Il ne tient qu’à nous de les lui faire découvrir. Ainsi les efforts sont plus facilement ciblés et récompensés par des réussites. Les études ont prouvé que, lorsque l’élève est lui-même informé du fonctionnement de son cerveau, les progrès les plus importants sont au rendez-vous.

Il ne s’agit donc pas de savoirs à ne diffuser qu’aux enseignants, les élèves aussi sont concernés. Quel est l’intérêt pour les enseignants ? Les conseils méthodologiques que l’on donne aux élèves ne sont plus aussi facilement rejetés par eux, car ils ne font plus l’amalgame entre la personnalité du professeur et le conseil qu’il donne. Le conseil est légitimé par ce que tous les êtres ont en commun sur le plan du fonctionnement basique du cerveau, et se trouve donc ainsi facilement reconnu comme utile à connaître.

Neurosup est le seul projet français public de Neuroéducation. 500 élèves ont eux aussi été formés. Même remarque pour les établissements post-bac. Neurosup est en contact avec Neuroéducation Québec, référence mondiale de la diffusion de la neuroéducation. OK, l’une des forces du projet c’est qu’il est hyper interdisciplinaire  !

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.