Science interdite : Journal 1957-1969, Un scientifique français aux frontières du paranormal PDF

George Gamow et d’un certain Anatoly, membre du commando qui assassina le science interdite : Journal 1957-1969, Un scientifique français aux frontières du paranormal PDF Nicholas II. Sur sa carte de visite, il se présentait comme  Amateur d’insolite et scribe des miracles . Après des études secondaires au lycée Saint-Louis, il poursuit ses études à la Faculté des sciences de Paris et à l’École nationale supérieure de chimie de Paris.


Grâce à des renseignements fournis par un ingénieur russe travaillant sur place et transmis à Londres, son réseau est ainsi à l’origine du bombardement de la base d’expérimentation de fusées V2 de Peenemünde. RAF, procède le 5 décembre 1943 aux premiers bombardements de 21 sites de V1 sur le sol français, en détruisant 12 entièrement et 9 partiellement grâce au 8e Air Force. Bergier est alors – entre autres – chargé de gérer les rares postes émetteurs de Marco-Polo sur Lyon. Le 5 mai 1945 le camp est liberé. Bergier dit qu’il participa au siège du chef du camp, Franz Ziereis, et qu’il lui tira dessus avec un pistolet soviétique. Il rentra en France le 19 de mai 1945, pesant 35 kg.

Ses déplacements l’amènent à fréquenter plusieurs écrivains. Victor Alexandrov, et de bien d’autres auteurs parmi lesquels Arthur C. Lovecraft avec l’inscription  je suis providence . Recherches et Industrie , créée avec son ami de lycée — rencontré dès leur arrivée parisienne comme immigrés — Albert Mirlesse, et Saint-Gast, pour se lancer désormais dans l’écriture. En 1953, il soumet à l’éditeur Robert Laffont un projet de collection française de science-fiction qu’il dirigerait conjointement avec le mathématicien François Le Lionnais, mais la collection ne voit pas le jour. L’idée initiale germa dans l’esprit de Bergier alors qu’il était alité à l’infirmerie de Gusen, camp double de Mauthausen. Bergier fait la part belle dans ce livre à des thèmes ésotériques, aux civilisations disparues et aux religions occultes.

Charles-Noël Martin, Rémy Chauvin et George Langelaan. Ces travaux sont un mélange entre des éléments réellement scientifiques, des éléments qui relèvent plutôt de la science-fiction, et d’autres de l’occultisme. Avec son vieux complice Georges H. Gallet, lui aussi grand collectionneur de pulps, il co-dirige plusieurs collections chez Albin Michel de 1970 à 1975, dont la collection Science-fiction de l’éditeur. Opta avec Michel Demuth, de 1968 à 1970. Elle lui permit aussi d’assurer de 1977 à 1978 le rôle de L’Incollable dans l’émission-jeu télévisée de RTL TV du même nom présentée par l’animateur Fabrice. Il répondait de la sorte aux questions de Maître Jacques Chaussard, lorsque les trois célébrités francophones invitées faisaient des erreurs.

Jacques Bergier a émis plusieurs théories liées à des domaines généralement exclus par la science officielle : phénomènes paranormaux, alchimie, civilisations disparues, OVNI, etc. Caricature de Les Hommes en noir. Dans Les livres maudits, Bergier dit avoir vu à toutes les conférences consacrées à Planète  un groupe d’hommes en noir à l’aspect sinistre, toujours les mêmes , dont le rôle serait  d’empêcher une diffusion trop rapide et trop étendue du savoir . Dans Le Matin des magiciens et dans la plupart de ses autres ouvrages, Jacques Bergier suppose l’existence d’extraterrestres. Gravure sur bois de Hans Glaser, 1561. Le Matin des magiciens, co-écrit avec Louis Pauwels, est à l’origine du mouvement appelé réalisme fantastique.

Ce courant de pensée et de recherche se veut avant tout scientifique, et a pour objet l’étude de domaines généralement exclus par la science officielle. Comme Charles Fort, Jacques Bergier estimait que la science a tendance à se fermer à tous les phénomènes qui viennent bouleverser ses convictions. Deux des grandes lignes du réalisme fantastique sont la croyance au pouvoir quasi illimité du cerveau humain, et la croyance en l’existence des extra-terrestres et des nombreux contacts de l’humanité avec eux, notamment par le passé. Dans son livre Visa pour une autre terre Jacques Bergier écrit qu’un jour tous les humains seraient fichés par un ordinateur central. Dans Visa pour Demain, Bergier expose comment il est possible de connaître le futur, non pas par la divination, mais par la science. Il est, dit-il, possible, en observant les découvertes actuelles dans les sciences théoriques d’imaginer l’arrivée d’inventions utilisant ces découvertes 50 ans plus tard.

Cette idée de futurologie peut être rapprochée de celle de psychohistoire inventée par Isaac Asimov dans le Cycle de Fondation. Il constatait également que certains de ses rêves scientifiques basés sur la prémonition avaient pu se réaliser de son vivant. Les Empires de la chimie moderne, 1972. La Troisième Guerre mondiale est commencée, 1976. Je ne suis pas une légende, Éd. Hors-Série  L’Homme dans l’espace , 1960 :  Applications des satellites : laboratoires de l’espace  et  Colonisation de la lune . 111, mai 1956,  Les travaux de Pontecorvo en URSS, pour découvrir l’anatomie du proton .

This entry was posted in Romans policiers et polars. Bookmark the permalink.