Sainte Geneviève de Paris PDF

Cet article est une ébauche concernant une abbaye ou un monastère. Nicolas Ransonnette, L’abbaye de Sainte-Sainte Geneviève de Paris PDF, Paris, Bibliothèque nationale de France. L’abbaye Sainte-Geneviève de Paris est une ancienne abbaye parisienne, dont plusieurs bâtiments ont été conservés pour constituer l’actuel lycée Henri-IV.


La légende a souvent représenté sainte Geneviève de Paris
gardant ses moutons non loin de Nanterre… La réalité est bien
différente. Personnage fascinant, méconnu, Geneviève, née
vers 420, appartenait à l’aristocratie gallo-romaine. Très jeune,
elle se consacra à Dieu. Grande figure des premiers siècles du
christianisme, mais aussi femme de pouvoir, elle organisa,
face à Attila, la défense de Paris dont elle devint, pour plus de
cinquante ans, la maîtresse incontestée. Quelle était la source
de son autorité ? Religieuse ou politique ? Elle guérissait les
malades, nourrissait la population affamée et, dans le même
temps, effectuait les choix qui déterminaient l’avenir de la
Gaule. En soutenant un jeune roi païen, Clovis, qu’elle
conduisit à devenir chrétien, Geneviève permit, à la fin du Ve
siècle, la construction d’un nouveau royaume catholique et
romain, qui fut à l’origine de la France.

Selon la tradition, sainte Geneviève avait l’habitude d’y venir prier et empruntait pour cela un chemin devenu par la suite la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève. Sainte Geneviève qui parcourait alors des rues de la ville. Cette châsse fut fondue à la Monnaie de Paris en 1793 et les ossements de la sainte brûlés. La fédération des abbayes augustiniennes initiée par le cardinal de la Rochefoucauld, abbé commendataire de l’abbaye, avait pour but d’introduire dans les abbayes augustiniennes les réformes demandées par le concile de Trente.

En 1619, le cardinal de La Rochefoucauld devint abbé commendataire de Sainte-Geneviève-du-Mont. En 1622, le pape Grégoire XV promulgua un bref instituant le cardinal comme son commissaire apostolique pour la réformation des ordres de Saint-Benoît et de Cîteaux et des chanoines réguliers, à la demande du roi Louis XIII. A la fin du XVIIIe siècle, la congrégation regroupait en France 67 abbayes, 28 prieurés conventuels, 2 prévôtés et 3 hôpitaux. On comptait environ, 1 300  chanoines génovéfains .

Avant la Révolution française, un projet de reconstruction de l’abbaye fut mis en œuvre : une nouvelle abbatiale monumentale fut construite sur une crypte. Cette ancienne abbatiale tomba en ruines au fil des siècles et ce qui restait fut démoli de 1801 à 1807 pour percer la rue Clovis. Parmi les richesses de l’abbaye, une importante bibliothèque qui est devenue la bibliothèque Sainte-Geneviève. L’astronome Pingré en fut le bibliothécaire. En 1723, Marin Marais écrivit la Sonnerie de Sainte-Geneviève du Mont de Paris, une pièce de La Gamme et autres morceaux de symphonie pour le violon, la viole et le clavecin.

Clovis et Clotilde, fondateurs de l’abbaye. Celle de sainte Geneviève, conservée à Paris au musée du Louvre, était entourée de celles de saint Pierre et de saint Paul. Gisant de Clovis, dessin, Paris, Bibliothèque nationale de France. Le Fèvre, prêtre de Paris et bachelier en théologie, Calendrier historique et chronologique de l’Église de Paris, 1747. Confirmation du roi Louis VI le Gros, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales. Jacques Bouillon, Bernard Roussel, Le lycée Henri-IV Paris, Gérard Klopp, 1996, p. Louis Aimé Martin, Œuvre philosophique, 1838, Auguste Desrez éditeur, p.

In-12, bibliothèque de la ville de Douai, no 813 du catalogue des manuscrits. Eugène Alexis Escallier dans Abbaye d’Anchin 1079-1792, Lille, L. Cité par l’abbé Jean Lebeuf dans son Histoire du Diocèse de Paris contenant la suite des Paroisses du Doyenné de Châteaufort, chez Prault, à Paris, 1757, t. Cartulaire de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris , p. Procès-verbal de la Coutume de Paris de 1580 , cité par l’abbé Jean Lebeuf, op.

Cartulaire de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris, Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, cote : Ms 356. Catherine Echalier, L’Abbaye royale Sainte-Geneviève au Mont de Paris, Ed. Melle Jacquin,  Un jour de gloire pour notre Montagne : Louis XV pose la première pierre de la nouvelle église Sainte-Geneviève , in Bulletin de la Société historique et archéologique du Ve arrondissement, , mai 1973, no 163, p. Albert Laprade,  Une carrière aimable qui finit dans l’angoisse. Jacques-Germain Soufflot , in Bulletin de la Société historique et archéologique du Ve arrondissement, , mai 1973, no 163, p.

This entry was posted in Sciences, Techniques et Médecine. Bookmark the permalink.