Odontologie médico-légale : entre histoire et archéologie PDF

Elle a été constituée en 1969, à la suite de la loi Faure, par le regroupement des facultés de sciences et les facultés médicales de l’ancienne université de Toulouse, elle-même fondée en odontologie médico-légale : entre histoire et archéologie PDF. Spécialisée dans les sciences, les technologies, les disciplines de la santé et les sports, c’est la plus grande université de Toulouse avec 31 511 étudiants, à la rentrée 2016. L’université Toulouse-III a été classée 1re parmi les meilleures universités françaises pour trouver un emploi.


L’odontologie médico-légale est une science qui permet d’approcher l’histoire générale et l’histoire de l’odontologie, par l’étude du contexte où les événements se sont produits, la connaissance d’un savoir éprouvé et son application in situ. De nos jours, ceci passe impérativement par la quête des éléments ante-mortem collectés auprès des praticiens traitants et des familles, et des vestiges post-mortem récupérés sur les cadavres afin d’établir une identification comparative qui est la meilleure technique scientifique avérée de certifier la reconnaissance d’un individu. Malheureusement, lors d’une investigation historique, il n’est pas toujours facile d’accéder à ces éléments ante-mortem. Aussi, les éléments post-mortem permettent-ils au moins le déterminisme de l’âge et du sexe. Ainsi, la méthode dentaire de Lamendin a permis de déterminer son âge au décès du roi égyptien Ramsès II (1314-1213 av. J.-C.) : 80 ans (+ ou – 5 ans). De même, l’ADN de la pulpe d’une dent de Guillaume II (1859-1941), l’empereur allemand qui a conduit son pays à la Première Guerre mondiale, a permis d’écarter une filiation dite illégitime avec une artiste peintre qui prétendait être sa fille. Voici quels ont été les objectifs de cette journée de formation continue spinalienne : dresser un historique de l’odontologie médico-légale en détaillant ses finalités, ses techniques et ses acteurs, ce qui a été l’objectif premier des communications de Xavier Riaud, puis présenter la manière dont elle est employée sur le terrain à travers l’expérience personnelle, scientifique et archéologique de Francis Janot.

Campus de l’Université Paul Sabatier en 1963. Les logements CROUS sont au premier plan. Vue d’ensemble en plongée des bâtiments de la faculté. Archives municipales de Toulouse, photographie d’Eugène Trutat. La faculté de médecine et l’hôpital sur la butte à Rangueil. Facultés des sciences, en avril 1900.

L’ancienne université de Toulouse fut créée en 1229. Elle a été supprimée, comme toutes les autres universités, par la Convention en 1793. L’année suivante, on institue à Toulouse un institut pluridisciplinaire d’enseignement supérieur, nommé Institut Paganel. Dans les années qui suivent, de nombreux enseignements de la faculté des sciences sont transférés des locaux des allées Jules-Guesde vers les nouvelles installations, grands amphithéâtres, nombreuses salles de cours. Il devient aussi possible de créer des bureaux pour les enseignants et des laboratoires de recherche. Cette période est marquée par une forte croissance du nombre d’étudiants, et de nombreux logements sont donc construits pour les héberger, notamment des cités universitaires gérées par le CROUS, comme celles de Rangueil et de Ponsan. Trois restaurants universitaires voient aussi le jour.

Le 18 décembre 1969, l’université de Toulouse-III prend le nom d’usage de Paul Sabatier, prix Nobel de chimie en 1912, qui enseigna dans la faculté des sciences de Toulouse, l’université comprenant à peu près autant de scientifiques que de médecins, il avait été souhaité de trouver un nom lié simultanément à la science et à la médecine. Le nom du professeur de médecine Ducuing avait été proposé face à celui de Paul-Sabatier. L’hôpital de Purpan, inauguré en 1940 et situé au nord-ouest de Toulouse, sert de CHU depuis 1958 pour la moitié des étudiants en médecine de Toulouse. Les bâtiments des cours théoriques et l’administration de l’UFR médicale de Purpan sont situés dans les locaux de l’ancienne faculté de médecine au 37 allées Jules-Guesde.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.