Notions élémentaires sur la métallurgie et le travail des métaux ferreux. PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La chaux est un corps chimique minéral, l’oxyde de calcium de notions élémentaires sur la métallurgie et le travail des métaux ferreux. PDF brute CaO.


Référencée officiellement en 1935 dans le champ de la minéralogie, elle fait partie du groupe du périclase MgO. Ainsi la désignation usuelle et traditionnelle de la matière chaux peut englober différents corps chimiques proches de ce premier produit. Il existe aussi la chaux dolomitique ou chaux magnésienne, elle aussi utilisée depuis l’Antiquité, à base de dolomie ou de calcaire magnésien. Article connexe : Lexique de la chaux. La production de la chaux a longtemps été abandonnée aux maçons et aux chaufourniers. Les fours à chaux étaient d’ailleurs souvent attenants au chantier de construction.

La dénomination traditionnelle des chaux est donc essentiellement liée à l’usage qui en a été fait dans les mortiers de chaux. La chimie y a superposé ses dénominations modernes. La  chaux vive  est simplement la chaux sortie du four à chaux. Elle prend l’apparence de pierres pulvérulentes en surface.

Traditionnellement, le principal constituant de la chaux vive est l’oxyde de calcium, qui a pour formule CaO que l’on obtenait avec des calcaires très purs, voire des marbres. La chaux vive est transformée en  chaux éteinte  par immersion dans l’eau. La présence d’argile associée au calcaire de calcination, dans les mortiers qui se fabriquent après les découvertes de Louis Vicat, a conduit à de nouvelles dénominations de chaux. Pendant longtemps on a appelé  chaux maigres  celles qui avaient la propriété de durcir dans l’eau et  chaux grasses  celles qui n’avaient pas cette propriété. On appelle donc chaux grasse, celle qui donne un foisonnement considérable, chaux maigre, celle qui foisonne peu et qui ne durcit pas dans l’eau et chaux hydraulique, celle qui a la propriété de durcir dans l’eau. On donnait aussi assez souvent le nom de chaux commune à la première de ces chaux. La chaux est de l’oxyde de calcium ou de l’hydroxyde de calcium.

C’est un matériau inorganique contenant du calcium, dans lequel des carbonates, des oxydes et hydroxydes prédominent. Selon la classification minéralogique Dana, la suite de couples de chiffres caractéristiques 04. 7, la wustite FeO et la hongquiite TiO. 25 n’admet pas le septième membre, tout en ordonnant le groupe formée de manière différente, soit la bunsenite, la chaux, la monteponite, la manganosite, le périclase et la wüstite. Le minéral chaux se retrouve parfois abondant parmi les éjectas de matières calcaires au sein des volcans actifs ou soumis à métamorphose préalable. Elle est également caractéristique des mines de charbon en combustion lente, comme à Kopeysk, près du bassin charbonnier russe de Chelyabinsk au Oural du Sud.

Elle est associée à la calcite sur le gisement volcanique topotype autour du Vésuve en Italie. Elle est encore associée à la fluorellestadite, au périclase, à la magnésioferrite, à l’hématite, à la srebrodolskite, voire à l’anhydrite dans les mines de charbons après combustion in situ comme à Kopeysk en Russie. Un grand nombre de minéralogistes reste ferme sur l’exclusion des matières minérales de synthèse, mais il semble évident que parfois l’art du chaufournier peut être remplacé par des phénomènes géologiques naturels de hautes températures. CaCO3 ou à défaut des roches calcaires ou craies qu’ils contribuent à former avec d’autres minéraux et impuretés.

La  pierre à chaux  désigne communément la matière chauffée dans le four. Ils n’avaient au mieux qu’une capacité de quelques dizaines de tonnes. L’alimentation de calcaire concassé s’opère en continu pour ne pas étouffer le four. Ancien chaufour et sa fosse près d’Anzin.

Il est toujours situé en altitude ou près d’une fosse nécessaire pour faciliter l’écoulement ou l’évacuation par dilution du gaz  plus lourd que l’air  qu’est le gaz carbonique asphyxiant. La chaux en pâte permet l’obtention de mortiers plus  gras , moins sujets à la dessiccation rapide, des enduits ou des badigeons carbonatant plus vite et donc plus résistants. Au contact de l’eau, lors de l’extinction de la chaux vive, et surtout pendant la mise en œuvre des mortiers, ces molécules forment des hydrates insolubles. La prise hydraulique est essentiellement due à la réaction entre le CaO et les silicates.

La vitesse de carbonatation secondaire dans l’épaisseur vaut environ un centimètre par an. La chaux vive est simplement la chaux sortie du four à chaux, c’est une chaux qui n’a pas été éteinte. Le principal constituant de la chaux vive est l’oxyde de calcium, qui a pour formule CaO. Le nom minéralogique correspondant à la matière naturelle est portlandite.

This entry was posted in Entreprise et Bourse. Bookmark the permalink.