Napoléon. L’Exil en Amérique Tome 1 PDF

L’histoire de Maurice est l’histoire d’un ensemble de petites îles du Sud-Ouest de l’océan Indien aujourd’hui regroupées au sein de la République de Maurice. Certains attribuent la première découverte de l’île Maurice aux Phéniciens, lors de la première circumnavigation de l’Afrique vers -napoléon. L’Exil en Amérique Tome 1 PDF, rapportée par Hérodote. Madagascar entre 2000 et 1500 av J.


Juin 1815. Waterloo. Napoléon abdique pour la seconde fois. Son choix est fait : l’Amérique sera sa terre d’asile et il adoptera le nom de  » colonel Muiron « . Sa carrière militaire et politique est terminée, il envisage déjà un nouveau destin. Scientifique, celui-là. Car, à 45 ans, il n’entend pas terminer sa vie à cultiver son jardin comme Washington. L’Empereur demande au gouvernement provisoire de mettre à sa disposition, à Rochefort, deux frégates pour le mener à New York, lui et sa suite d’une soixantaine de personnes.Mais les Anglais conduiront l’Empereur dans une île perdue de l’Atlantique Sud, l’île de Sainte-Hélène, où il mourra cinq ans et demi plus tard. De tous les Bonaparte, seul son frère aîné Joseph, qui fut roi d’Espagne, rejoindra les États-Unis en cet été de 1815. Il y vivra 17 ans, dans sa magnifique propriété du New Jersey qui deviendra le point de chute en Amérique des réfugiés de l’Empire.Ce roman de Ginette Major raconte ce qu’aurait pu être la vie de Napoléon en Amérique s’il avait atteint ses rives. Le contexte historique est véridique, tous les personnages ont existé. Le  » colonel Muiron « , entouré de sa petite cour formée de dignitaires de l’Empire et de vétérans de Waterloo, découvre les États-Unis et tente de s’adapter, comme chacun, à cette jeune république vertueuse et déroutante.L’uchronie est une évocation imaginaire dans le temps. En littérature, c’est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles.

En 1494, le traité de Tordesillas va laisser le champ libre aux Portugais en Afrique et dans l’océan Indien. Les Portugais vont détourner à leur profit le commerce des épices, de l’or, de l’ivoire et des esclaves. Cela va porter un coup dur au commerce arabe et accélérer la décadence des États musulmans de la Méditerranée. Dès 1500, ils entreprennent la conquête de tous les comptoirs arabes de la côte africaine de l’océan Indien. Des prises qui se feront par la force. Rodrigues porte le nom de son découvreur Diogo Rodrigues.

Tout comme pour les Arabes, l’île Maurice, inhabitée, ne semble pas beaucoup intéresser les Portugais qui s’en servent uniquement pour y faire escale. Ils ne laissèrent trace de leur passage qu’à travers les noms qu’ils donnèrent à l’archipel et aux îles. Article connexe : Gouverneur de Maurice néerlandais. Le pique-nique des Hollandais aux premières heures de l’histoire humaine de Maurice. Compagnie néerlandaise des Indes orientales commencent à sillonner l’océan Indien. Ils sont les premiers à reconnaître la grande valeur de l’île. C’est à partir de cette époque que l’intérêt qu’ont porté les nations de marins pour l’île Maurice a crû, à commencer par les Danois, les Français et les Anglais.

En 1598, une escadrille hollandaise, sous les ordres de l’amiral Wybrand van Warwyck, aborda l’Île Maurice qui fut renommée Mauritius en l’honneur de Maurice de Nassau, le stathouder de Hollande. En 1638, un gouverneur et une vingtaine de familles y vivent. Mais la population hollandaise à Maurice va très peu augmenter au cours des années qui suivirent. Afin de rentabiliser leur nouvel établissement de l’Île Maurice, les Hollandais développèrent vers 1641 le commerce des esclaves en provenance de Madagascar. Cependant, peu d’esclaves malgaches furent acheminés vers Maurice durant l’occupation hollandaise.

Hollandais et entre cinq cents et mille esclaves de Madagascar, d’Afrique, d’Inde et de Java dont les descendants, plus ou moins métissés, constituent la population dite créole. En 1710, les Hollandais abandonnent volontairement Maurice après avoir pillé la faune et la flore locale. Article connexe : Gouverneur de l’Île de France. Les Français s’installent pour la première fois dans l’océan Indien en 1643, sur la pointe sud de Madagascar, dans la garnison de Fort-Dauphin. De là, des mutins sont envoyés à plusieurs reprises en exil à l’île Maurice où le nombre de Hollandais restait faible.

En septembre 1715, la France, dont le commerce avec les Indes orientales est harcelé par la piraterie qui sévit dans la région, envoie un bateau de guerre stationner à Maurice afin d’en prendre possession. En 1721, l’administration de Maurice est confiée à la Compagnie française des Indes orientales qui prend possession de l’île dans le but de la coloniser et y installe quinze colons et un prêtre. Sénégal et de la Guinée arrivèrent sur l’île. Il faut attendre l’arrivée d’un nouveau gouverneur, le comte Mahé de La Bourdonnais, pour que la nouvelle colonie commence à prospérer.

Son arrivée en 1735 marque le début de la période de suprématie française dans l’océan Indien. Mahe de Labourdonnais fait venir des engagés indiens depuis la péninsule pour travailler dans les plantations . En quelques années, l’île sauvage devient une colonie rentable. Pendant que l’île de France ne comptait que 1 000 habitants en 1735, elle atteignait en 1767 les 20 000 habitants, dont 15 000 esclaves. Les historiens ont établi que la période d’émergence du créole mauricien se situait entre 1721 et 1769. 1735, le gouverneur Mahé de Labourdonnais fait peupler l’île Rodrigues, avec comme mission le ramassage de tortues et leur chargement sur les bateaux de la Compagnie des Indes orientales mais Rodrigues connut son véritable peuplement à partir de 1760. La Bourdonnais participe de plus aux batailles maritimes contre les Anglais à la tête d’une flotte de 3 000 hommes.

This entry was posted in Humour. Bookmark the permalink.