MEMOIRE D UN FAUX DAUPHIN PDF

Peut-on dire qu’il y a eu une relation sexuelle librement consentie entre une enfant de 11 ans et un homme de 28 ans ? C’est un peu ce que, tous comptes faits, semblent dire les magistrats et les policiers de Pontoise ayant eu jusqu’à présent à connaître de ce qui est survenue à la petite Sarah qui, sur le chemin de l’école, croisant une nouvelle fois un MEMOIRE D UN FAUX DAUPHIN PDF l’a suivi jusqu’à chez lui où il l’a amenée à lui faire des fellations avant de la pénétrer.


cet ouvrage a ete revu et corrige pour une lecture kindle
Journal de ma conduite à l’hospice Saint-Yon
[par Victor Persat]

VICTOR PERSAT est un des moins connus parmi les faux Dauphins qui se firent de leur prétendue origine royale une réputation, une situation ou des rentes. Sa silhouette se distingue à peine dans un amas de figures grotesques ou cyniques dignes de la galerie d’Excentriques de Champfleury ou du crayon qui dessina le Panthéon Carnavalesque.
C’est qu’aussi la cohue en est étrange.
Durant près de cinquante ans, à l’époque surtout de la Restauration, une épidémie sévit sur la France, sorte de névrose contagieuse, trouble idiopathique d’une nature spéciale que j’appellerais volontiers la Louis-dix-septomanie.
Comme l’a judicieusement observé Sainte-Beuve  : «  On ferait une liste curieuse des pseudo-prétendants qui ont surpris un moment la crédulité publique et celle des nations. Depuis le faux Smerdis qu’Hérodote nous raconte, les faux Agrippa, les faux Drusus, les faux Néron rapportés par Tacite, bien des têtes ont travaillé sur ce thème émouvant d’un prince mystérieusement disparu.  »
Le romanesque est d’essence celtique, et je ne connais pas de légende inaccessible à notre amour du merveilleux.
Il n’y a pas encore longtemps que le paysan de nos campagnes souriait, incrédule, au récit du trépas de l’Empereur à Sainte-Hélène. Que de fantaisistes croyances germèrent sur le cercueil du roi de Rome  ! Ne s’est-il pas trouvé naguère un front assez légitime et assez large pour ceindre la lourde couronne de Charlemagne  ? des mains assez puissantes pour relever le sceptre de fer et d’or des empereurs d’Occident  ?
Or était-il possible de concevoir un thème plus élastique, plus poétique, plus favorable à l’hypothèse et au mirage que celui du royal Orphelin du Temple  ! Chétif oiselet, de si haut tombé si bas, – frêle et délicat chérubin soudain livré à la faim, au froid, aux coups, aux chansons obscènes, aux plaisanteries lugubres, voué sans air, sans lumière, sans jour, dans la pourriture d’un taudis, à une agonie lente et ténébreuse, – blonde victime expiatoire, innocente, ignorante même du mal, «  n’y comprenant rien, ni pourquoi hier il s’appelait Louis et s’entend aujourd’hui interpeller Capet, ni pourquoi la veille il était vêtu de velours et se trouve le lendemain quasi en guenilles, ni pourquoi, ayant pour bons parents tous les souverains d’Europe, le voilà seul, sans même sa sœur[1]  ».

Sarah n’a pas subi de violences ou n’a pas été menacée de violences pour ces actes sexuels. Le parquet relevant l’absence de violences physiques sur la fillette en déduit qu’il n’y a pas eu viol, ni agression sexuelle, mais atteinte sexuelle à mineur. Rappelons les trois infractions qui dans cette matière peuvent être retenues. Elle est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende, 7 ans si la victime est mineure. Dans tous les cas, l’âge de la victime est une circonstance aggravante ainsi que le rapport d’autorité pouvant exister de l’un sur l’autre.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.