Méthodes en épidémiologie : Échantillonnage, investigations, analyse PDF

Expérience du cerf-volant méthodes en épidémiologie : Échantillonnage, investigations, analyse PDF Benjamin Franklin. Le paramètre que l’on fait varier est impliqué dans l’hypothèse.


Le résultat de l’expérience valide ou non l’hypothèse. Définies par le chimiste Michel-Eugène Chevreul en 1856, elles ont été développées par Claude Bernard en médecine et en biologie. Chevreul développe dans tous ses ouvrages des considérations très importantes sur la philosophie des sciences expérimentales. Notre unique but est et a toujours été de contribuer à faire pénétrer les principes bien connus de la méthode expérimentale dans les sciences médicales.

Claude Bernard distingue nettement les approches empiriques et expérimentales :  L’empirisme est un donjon étroit et abject d’où l’esprit emprisonné ne peut s’échapper que sur les ailes d’une hypothèse. Il insiste en effet sur l’importance de l’hypothèse, et Canguilhem qualifie l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale de  long plaidoyer pour le recours à l’idée dans la recherche, étant entendu qu’une idée scientifique est une idée directrice et non une idée fixe. Les étapes de la méthode expérimentale ont été résumées par le sigle OHERIC, schéma très simplificateur, et des modèles plus proches d’une méthode expérimentale authentique ont été proposés. En effet, selon l’article de Quine Les deux dogmes de l’empirisme, il n’existe aucune  expérience cruciale  qui puisse permettre de confirmer, ou non, un énoncé scientifique.

Il généralise ce constat historique en posant que toute nouvelle science se développe naturellement par le passage progressif des  expériences directes et qualitatives  aux  expériences indirectes et quantitatives , celles-ci étant une caractéristique majeure des sciences exactes. C’est le défi qu’il propose à la psychologie qu’il considère comme une  jeune science . Il invite ainsi à résister à l’imitation de la physique, à ne pas plaquer les méthodes d’une science mûre sur les tâtonnements de celle qui se cherche et donc à favoriser avant tout la croissance des expérimentations qualitatives préalables indispensables aux futures expériences quantitatives rigoureuses. Reconnaissant la complexité de l’objet de la psychologie comparée aux simplifications que la physique autorise, il assure après avoir évoqué la question des tests qu’ on ne saurait assez souligner l’importance de l’information qualitative comme complément nécessaire du travail quantitatif . La méthode expérimentale repose sur un principe : il s’agit de modifier un ensemble de paramètres à l’aide d’un dispositif expérimental conçu pour permettre le contrôle de ces paramètres, dans le but de mesurer leurs effets et si possible de les modéliser. Dans le cas le plus simple on cherche à modifier un seul paramètre à la fois,  toutes choses égales par ailleurs . Cependant il n’est pas toujours possible ni souhaitable de modifier un seul paramètre à la fois.

En dehors du paramètre à tester qu’il faut faire varier, les autres paramètres susceptibles d’intervenir doivent être fixés de façon rigoureuse sinon  le mieux possible . Par exemple, s’il fait  trop froid  dans le premier dispositif sans lumière ou si l’atmosphère ne contient  pas assez  de gaz carbonique, alors l’absence de croissance peut être due à ces facteurs. Lorsque certains phénomènes naturels sont trop complexes, trop vastes, trop dangereux, trop chers ou trop long à reproduire dans une expérience, on a recours à un dispositif simplifié : le modèle. Dans ce cas, la validité du modèle peut être discutée. Un modèle doit représenter le mieux possible l’objet sur lequel repose une hypothèse. Par exemple, pour démontrer l’origine humaine du réchauffement climatique, on utilise des modèles numériques du climat. Le protocole d’expérimentation regroupe la description des conditions et du déroulement d’une expérience ou d’un test.

La description doit être suffisamment claire afin que l’expérience puisse être reproduite à l’identique et il doit faire l’objet d’une analyse critique pour notamment détecter d’éventuels biais. Les deux dernières sont l’aboutissement simple de ce qui les a précédé. Une expérience globale composée d’expériences partiellement individualisables comporte les trois mêmes pôles. Cependant, si dans l’expérience isolée les trois phases constituent autant d’étapes réglées chronologiquement, dans l’expérience globale, il s’agit de trois registres qui interagissent en permanence. La préparation aboutit ainsi à la réunion de facteurs d’efficacité.

La répartition des différents éléments est réalisée au hasard à l’intérieur des différents blocs, et indépendamment d’un bloc à l’autre, raison pour laquelle les blocs sont souvent qualifiés d’ aléatoires  ou  randomisés . Ces méthodes consistent à déterminer la structure des cristaux et des molécules. De nombreux domaines ont recours à la chimie analytique. Essai de traction, essai de compression, essai de flexion. Chevreul Michel-Eugène, Lettres adressées à M. Villemain sur la méthode en général et sur la définition du mot « fait » : relativement aux sciences, aux lettres, aux beaux-arts, etc. Claude Bernard, Principes de médecine expérimentale, PUF, 1947, rééd.

Quine, Les deux dogmes de l’empirisme, in De Vienne à Cambridge, trad. Traduction française La psychologie de la forme, Gallimard, Paris, 1964. Les récipients perturbent les médicaments , La Recherche, janv. Dépelteau François, La démarche d’une recherche en sciences humaines, Bruxelles, De Boek, 2000, chapitre 5. Claude Bernard, 1865, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, rééd.

Georges Canguilhem, 1968, Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin. Pierre Dagnelie, 2012, Principes d’expérimentation: planification des expériences et analyse de leurs résultats, Presses agronomiques, Gembloux, 413 p. Jean Gayon, 1996,  Les réflexions méthodologiques de Claude Bernard : contexte et origines , Bull. Richard Linder, 2005, Les plans d’expériences.

This entry was posted in Entreprise et Bourse. Bookmark the permalink.