Mémoires : Tome 1, 1672-1699 PDF

En arrière-plan, l’observatoire de Paris, dont il fut le premier directeur. Attiré en France par Colbert en 1669, il s’y fait naturaliser et est reçu membre de l’Académie des sciences, fondée deux ans plus tôt. Il publie de 1668 à 1693 les Éphémérides des satellites de Jupiter et rédige un grand nombre de mémoires, dont une partie a été réunie sous le titre d’Opera astronomica en 1728. En 1701, il se fait construire une résidence d’été au hameau de Mémoires : Tome 1, 1672-1699 PDF à Thury-sous-Clermont.


« Cependant le courrier que le marquis de Villars avait envoyé au Roi, pour l’informer de l’affaire du prince de Lichtenstein, revint à Vienne. Sa Majesté regarda comme une insulte la conduite de ce prince, et prescrivit au marquis de Villars celle qu’il devait tenir. Il eut donc ordre de ne demander aucune audience à l’Empereur pour se plaindre, mais de parler une seule fois au comte de Kinski, et de lui dire qu’il avait ordre de ne pas solliciter de réparation, le Roi étant persuadé qu’elle aurait été faite dans le moment, et qu’il n’était pas de sa dignité d’attendre qu’elle se fit sur ses représentations, puisque l’insulte avait été faite en présence de l’Empereur, et dans le même temps que son premier ministre faisait des ouvertures considérables pour réunir les deux maisons ; qu’au reste ses pouvoirs étaient suspendus jusques après une satisfaction entière, et qu’il avait ordre de ne plus mettre le pied dans le palais de l’Empereur, ni chez aucun ministre ».

Devenu aveugle en 1710, il meurt deux ans plus tard à Paris, le 14 septembre 1712. Cassini participe à la découverte de la variation d’intensité de la pesanteur en fonction de la latitude au cours d’un voyage à Cayenne. En 1673, il fait la première mesure précise de la distance de la Terre au Soleil, grâce à la mesure de la parallaxe de Mars déduite des observations de Jean Richer à Cayenne. En 1683, il détermine la parallaxe du Soleil. Il énonce en 1693 ce que Félix Tisserand a appelé les lois de Cassini.

Méthodes, inventions et descriptions de machines de divers auteurs. Abrégé d’astronomie, ouvrage inédit de J. Cassini sur la physique et l’astronomie, Observations astronomiques – Traités et dissertations de divers auteurs. Jean Dominique de Cassini et Jean Baptiste Gaspard Bochart de Saron,  Tableau chronologique de la vie et des ouvrages de J.

De l’origine et du progrès de l’astronomie, et de son usage dans la géographie et dans la navigation, 1693. Table générale des matières contenues dans l' »Histoire » et dans les « Mémoires de l’Académie royale des sciences », par la Compagnie des libraire, Paris, 1734, tome 1, Années 1666-1698, p. Table générale des matières contenues dans l' »Histoire » et dans les « Mémoires de l’Académie royale des sciences », par la Compagnie des libraire, Paris, 1729, tome 2, Années 1699-1710, p. Table générale des matières contenues dans l' »Histoire » et dans les « Mémoires de l’Académie royale des sciences », par la Compagnie des libraire, Paris, 1731, tome 3, Années 1711-1720, p. En 1790, la rue Cassini, près de l’observatoire de Paris, prend son nom. Cassini, le cratère martien Cassini, le cratère lunaire Cassini et la sonde Cassini-Huygens ont été nommés en son honneur. La division de Cassini est la région des anneaux de la planète Saturne qui sépare les anneaux A et B de cette planète.

Elle est désignée en son honneur car il l’a découverte en 1675. La sonde Cassini de la mission Cassini-Huygens de la mission d’exploration spatiale de la planète Saturne et ses lunes lui rendent hommage. On a voulu attribuer cette découverte à William Ball, mais l’examen des dessins de Ball n’appuie pas cette attribution. Bernard Le Bouyer de Fontenelle, Éloge de M. Cassini, dans Histoire de l’Académie royale des sciences.

Année 1712, Imprimerie royale, Paris, 1731, p. Jérôme de La Lande, Astronomie, chez la veuve Desaint, Paris, 1771, tome 1, p. Uno scienziato del Seicento, Comune di Perinaldo, 1994. Cassini e le origini dell’astronomia moderna, catalogue de l’exposition réalisée à Perinaldo, palais de la Mairie, du 31 août au 2 novembre 1997. Giordano Berti e Giovanni Paltrinieri, Gian Domenico Cassini.

La meridiana del tempio di S. Petronio in Bologna, Arnaldo Forni Editore, S. Bernard Le Bovier de Fontenelle,  Éloge de M. De nombreux manuscrits et imprimés écrits par Cassini ou traitant de Cassini sont disponibles en ligne sur la bibliothèque numérique de l’observatoire de Paris. Rechercher les pages comportant ce texte.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.