Mélusine – tome 12 – La Belle et la bête PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Mélusine est mélusine – tome 12 – La Belle et la bête PDF personnage éponyme d’une série de bande dessinée.


Une ensorcelante apprentie sorcièreDans la meilleure école de sorcellerie du pays, l’élève la plus douée est sans conteste la jeune Mélusine. Qu’il s’agisse de mettre au point une formule magique pour déboucher les toilettes ou tenter les voltiges les plus audacieuses en balai, elle ne rate pas une occasion de montrer ses talents. Et pourtant, cette mignonne petite sorcière connaît une scolarité perturbée car, dans le château hanté où elle tente sagement d’étudier, elle est constamment dérangée par des visiteurs indésirables : sa cousine Mélisande, une fée particulièrement tarte qui adore multiplier petites fleurs et pâtisseries écoeurantes sur son passage ; des princes charmants, qui se révèlent, tous, être de parfaits goujats ; le docteur Kartoffeln, un Frankenstein de pacotilles aux inventions démoniaques, qui a jeté son dévolu sur Winston, le majordome des lieux. Pour tenter de réparer toutes les bêtises de ces importuns, la flamboyante rouquine n’hésite pas à sortir de son sac ses tours les plus grandioses. Gare aux dommages collatéraux !Les auteursAu fil des 450 gags de cette saga fantastique, Clarke et Gilson ont créé un univers particulièrement original, tout en détournant allègrement les mythes et légendes sur la sorcellerie. Outre la craquante héroïne, les deux complices ne cessent d’enrichir leur galerie de personnages intégrant, à chaque album, de nouveaux caractères forts, bien décidés à s’incruster dans la série, et par la même occasion, à s’installer dans le château hanté, résidence officielle de Mélusine. Une série qui plaira autant aux filles qu’aux garçons, aux grands qu’aux petits. Une BD Tous Publics Dupuis, quoi !

Mélusine est jeune fille au pair dans un château de Transylvanie. Mélusine devient triste à la fin du tome 22 ayant perdu sa meilleure amie Cancrelune, elle semble même devenir accro aux gâteaux de Mélisande. Cancrelune s’est suicidée dans le tome 22 en croyant qu’elle avait tuée sa meilleure amie par mégarde, mais refusera de suivre Mélusine quand celle-ci tentera d’aller la rechercher dans les enfers. Lors de ses premières apparitions, elle mentionna avoir un problème de confiance et d’estime de soi. Elle s’était transformée en fée-vampire lorsque Gonzague l’a mordue pendant un tome. Tout comme Cancrelune, Adrazelle a quelques soucis d’atterrissage avec son balai : elle entre par les fenêtres. Elle semble de mieux en mieux apprécier Mélisande au fil des tomes.

Il fait également des avances à Mélusine et tente plusieurs fois de la mordre et de l’embrasser. Winston : majordome du château qui ressemble à la créature de Frankenstein. Winston est en fait la créature de l’aïeul du Docteur Kartoffeln, Herr Kartoffeln, qui le considérait comme son propre fils. Il apparaît moins souvent dans les derniers albums car Mélusine cherche son prince charmant parmi les chevaliers du coin. Véritable Docteur Frankenstein, il se livre à des expériences assez loufoques dans les sous-sols du château.

Le curé : officiant au village proche du château, son obsession est de brûler sur le bûcher toutes les sorcières des environs et semble avoir une dent contre Mélusine. Professeur Eusèbe Haaselblatt : un des professeurs de l’école de magie où Mélusine est étudiante, dont il est de plus le directeur. On apprend dans le tome 21 que son prénom est Eusèbe . Il semble détester Cancrelune et ne montre aucune émotion quand il apprend sa mort. Professeur Purulóvşkovar : un autre des professeurs de l’école de sorcellerie. Globule : jeune vampire très turbulent, petit-cousin du comte Gonzague Hernyvanz.

Cette bande dessinée est parue dans Le Journal de Spirou. Planche 2052, Spirou no 3933, 28 août 2013, p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 2 octobre 2018 à 23:02.

Delaf et Dubuc dédicaçant l’album Duel de belles, t. Les Nombrils, au Salon international du livre de Québec de 2010. Les Nombrils est une série de bande dessinée québécoise humoristique, scénarisée par Dubuc et Delaf, ce dernier se chargeant également des dessins, et colorisée par Ben BK. La série est principalement constituée de gags en une page. Toutefois, l’histoire globale évolue au fil du temps jusqu’à adopter une tonalité légèrement plus grave. Les tomes de la série s’achèvent ainsi régulièrement par des pages relatant des revirements importants quant aux relations entre les personnages, quitte à tempérer l’humour.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.