Médias et mouvements sociaux PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche La notion de mouvement social est définie de manière différente selon les disciplines. En politique, et par métonymie, un mouvement social est une somme d’actions qui veulent la médias et mouvements sociaux PDF de cette volonté de progrès social. On parle parfois de mouvement politique.


Un mouvement social, d’après Erik Neveu, est  un agir ensemble intentionnel, marqué par le projet des protagonistes de se mobiliser de concert. Un mouvement social est donc marqué par des actions collectives, revendicatives et défendant des causes ou des intérêts. On peut rajouter à cela qu’un mouvement social peut être portée par des organisations, utilisant des moyens spécifiques aux mobilisations collectives. Selon la définition de sociologie donnée ci-dessus un mouvement social possède différentes caractéristiques : une dimension collective, se définit des cibles, des adversaires et pose des revendications. Les membres d’un mouvement social partagent un système de valeurs ou ont un projet en commun, se sentent liés par de la sensualité ou un sentiment d’appartenance. La capacité de mobiliser, de réunir un certain nombre de personnes pour des évènements ponctuels. Néanmoins, pour que le mouvement social existe il faut de la continuité entre les moments forts.

Pour Olivier Fillieule, donner une définition des mouvements sociaux est vaine car donner des critères fixés oriente notre perception de ces derniers. Pour lui, il  faut faire parler les objets , plutôt que d’essayer de les définir a priori. Les sciences politiques et la sociologie ont développé des théories et des recherches empiriques sur les mouvements sociaux, par exemple certaines recherches étudient ou mettent en évidence l’engagement des militants, la relation entre les mouvements populaires et la formation de groupes politiques, l’institutionnalisation des mouvements sociaux, l’influence des mouvements sociaux dans la mise sur pied de réglementations politiques, la mise à l’agenda politique des questions soulevées. D’après la typologie de David Aberle, les mouvements sociaux peuvent se décomposer en quatre sous-groupes, selon qu’ils regroupent un nombre limité ou non de personnes, et qu’ils portent en lui des volontés de changements radicales ou limitées. L’expression est moderne, mais a posteriori les théoriciens du mouvement social revendiquent l’héritage de nombreux événements historiques. Dans la mesure où les premiers théoriciens, historiens et intellectuels adhéraient généralement à l’idéologie de la lutte des classes un certain accent est mis sur les événements violents, révolutionnaires. Contemporaines, émeutes urbaines en France, et aussi dans d’autres pays, émeutes de Los Angeles par exemple.

Néanmoins, les mouvements sociaux prennent des formes différentes selon les pays et les époques. Selon Tilly, les mouvements sociaux sont une forme particulière d’action collective qui a émergé comme résultat de ce processus et qui est historiquement et spatialement localisé. Les mouvements sociaux sont une forme spéciale de politique contestataire qui émerge de la transformation de l’ancien au nouveau répertoire lorsque que la concertation du capital et de la coercition ont transformés ces modalités. L’idée est que le mouvement social est né d’un ensemble de formes d’actions collectives de la part des citoyens qui devient modulaire. Plusieurs processus clés sont à l’origine de l’histoire des mouvements sociaux. L’urbanisation a conduit à des villes plus grandes, où les gens de buts similaires pourraient se trouver les uns les autres, se regrouper et s’organiser. Cela a facilité l’interaction sociale entre des dizaines de personnes, et c’est dans les zones urbaines que ses premiers mouvements sociaux sont apparus.

Tous ces outils sont devenus des facteurs importants dans la croissance des mouvements sociaux. Enfin, la propagation de la démocratie et des droits politiques comme la liberté d’expression a rendu la création et le fonctionnement des mouvements sociaux beaucoup plus facile. Les mouvements sociaux peuvent aussi être étudiés sous l’angle événementiel. Voici quelques événements qui sont généralement considérés comme des mouvements sociaux. Article détaillé : Théorie des mouvements sociaux. L’étude sociologique des mouvements sociaux est un sujet assez nouveau. Selon la vision traditionnelle, les mouvements sont perçus comme intrinsèquement chaotiques et désorganisés, ce qui nourri le préjugé de l’activisme comme une sorte de menace pour l’ordre social.

Dans les années 1960 et 1970, une opinion plus diversifiée sur le sujet autour de l’activisme commence à s’établir. Depuis plus de dix ans, Internet a beaucoup contribué à l’évolution des actions de mobilisation. En effet, les outils de communication tels que Twitter, Facebook, Telegram ou Tor ont modifié la vitesse, la portée et l’efficacité de la communication au sein des mouvements. C’est ainsi par exemple que le collectif civique Pora! Internet jouent un rôle de relai d’information et de coordination.

15 octobre 2011 dans 1051 villes de 90 pays du monde. Charles Tilly, The Contentious French : Four Centuries of Popular Struggle, Cambridge, Mass. La Révolution Twitter des Moldaves , sur slate. Indignés : les nouvelles formes de protestation , sur scienceshumaines. Pour renaître, la gauche doit devenir post-marxiste et écologique , sur reporterre. Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page  Baripedia  de Baripedia, le texte ayant été placé par l’auteur ou le responsable de publication sous la licence Creative Commons paternité partage à l’identique ou une licence compatible.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.