Les vertus de l’Ortie PDF

Avant que la récupération de la totalité des effluents d’élevage ne soit obligatoire, le purin s’écoulait des élevages et des tas les vertus de l’Ortie PDF fumier, il était récupéré ou non. Le purin récupéré était utilisé et l’est encore parfois comme engrais.


Jamais un ouvrage en langue française n’avait traité de manière aussi complète des usages de l’ortie. Cette plante, aussi précieuse pour la biodiversité que pour notre alimentation et notre santé, est abordée sous tous ses aspects : étymologique, symbolique, littéraire, historique, ethnologique, écologique, diététique, médicinal, culinaire… • S’y ajoutent de précieux conseils sur l’utilisation de l’ortie, qu’il s’agisse de recettes de cuisine, de préparations phytothérapiques ou d’engrais organique. • L’ensemble est agrémenté de photos exceptionnelles en provenance des cinq continents, illustrant la place capitale de l’ortie dans l’écosystème. • Destiné autant aux non-initiés qu’aux lecteurs avertis, ce livre captive notre attention et nous laisse tomber sous le charme de l’ortie. A travers cette plante magique aux innombrables vertus, cet ouvrage rend un vibrant hommage à la Nature.

L’obligation de récupérer tous les effluents, le développement des élevages sur caillebotis a poussé les éleveurs à produire du lisier plutôt que du purin. Le purin n’est donc plus souvent aujourd’hui qu’un composant du lisier. Par extension, en agriculture biologique, on parle de purin pour désigner les produits issus de la macération, de l’infusion ou de la décoction de certains végétaux. Il existe peu de travaux sérieux sur le sujet, et beaucoup d’allégations à mi-chemin entre la légende urbaine et les croyances traditionnelles. Le purin d’orties est utilisé comme engrais biologique. C, et le purin d’ortie doit être dilué dans environ 5 fois son volume d’eau dans un récipient fermé.

Le purin d’ortie peut également servir d’activateur de compost. Le 6 janvier 2006 en France, la loi d’orientation agricole, publiée au Journal officiel, entraîne la guerre du purin d’ortie en interdisant de vendre un produit phytopharmaceutique non homologué et qui ne possède pas d’autorisation de mise sur le marché. Le purin de prêle, issu d’une décoction, aurait des effets fongicide car il apporte de la silice aux plantes, ce qui leur permettrait de renforcer leurs tissus. Ce purin est un excellent tonifiant pour les plantes à fleurs et les arbustes comme les rosiers car il permet d’accroître la floraison. Il stimule aussi les défenses des plantes contre les attaques des parasites et des maladies. C’est aussi un très bon activateur de compost.

Hacher grossièrement 100 grammes de feuilles et de tiges. Mettre les herbes dans 1 litre d’eau froide et laisser macérer pendant 5 à 6 jours environ. Il faut remuer tous les jours le purin. Filtrer ensuite avant d’utiliser la préparation. 5 centilitres d’extrait ajoutés à 95 centilitres d’eau ou 1 volume d’extrait pour 19 volumes d’eau.

10 centilitres d’extrait ajoutés à 90 centilitres d’eau ou 1 volume d’extrait pour 9 volumes d’eau. On le laisse fermenter dehors jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de mousse. On couvre le contenu avec un couvercle en cas de pluie, sinon, il faut le laisser à l’ombre, sans couvercle. On le remue une ou deux fois par jour. Arroser les plantes avec le purin non dilué. Visant à renforcer la législation sur les produits phytosanitaires classiques et notamment à mieux contrôler les produits interdits, cette législation a aussi touché le purin et d’autres préparations artisanales qui n’ont jamais été évaluées ni homologuées. Jean-Michel Groult, Jardiner durablement, Paris, éd.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.