Les plus belles pages d’Élisabeth de la Trinité… PDF

Cet article est une ébauche concernant une abbaye ou un monastère, le Loir-et-Cher et les monuments historiques français. La légende raconte que le comte de Vendôme vit trois étoiles tomber dans un puits, y voyant là un signe divin, Les plus belles pages d’Élisabeth de la Trinité… PDF Martel décida d’ériger à cet emplacement une abbatiale. Très rapidement prospère, l’abbaye est fréquemment en conflit avec les comtes de Vendôme à propos de leur droits respectifs, conflit où ils eurent souvent le dessus.


Elle connut une campagne de restauration grâce à Émile Boeswillwald. 1840 concernant l’église de la Trinité, une inscription en 1948 concernant les vestiges de la chapelle Saint-Loup et un classement en 1949 concernant les façades et les toitures des bâtiments de l’ancienne abbaye, la salle capitulaire et la cour du cloître. L’abbatiale de la Trinité est un monument majeur du Moyen Âge français. L’église gothique a repris le plan du chevet roman à cinq chapelles rayonnantes. La clôture du chœur est ornée de sculptures gothiques flamboyantes et Renaissance. Les stalles ont des miséricordes sculptées de pittoresques scènes de la vie quotidienne et des métiers. Il est au cœur du fonctionnement de cette abbaye bénédictine et comprend : le dortoir, le réfectoire et le logis des hôtes.

Seule la partie nord de la galerie du cloître, le long de l’église, a survécu à la démolition décidée par l’armée en 1907. En 1508, le maître d’œuvre, Jehan Texier dit Jehan de Beauce réalise la façade de l’abbatiale de la Trinité. Cet « embrasement sculpté » est un des chefs-d’œuvre de l’art gothique flamboyant. Il ressemble au clocher sud de la cathédrale de Chartres qui lui est contemporain. En 1791, les bâtiments de l’abbaye de la Trinité sont mis en vente. C’est en 1802 que s’établit un quartier de cavalerie prenant le nom de quartier Rochambeau en 1886.

Elle abritait la relique de la Sainte Larme. Le clocher roman de la Trinité à gauche et l’église gothique de la Trinité à droite. Histoire de la France urbaine II : La Ville médiévale, Seuil, 1980, p. L’abbaye de la Trinité sur chateauxtourisme. Logo monument historique – rouge ombré sans texte. Rechercher les pages comportant ce texte.

This entry was posted in Histoire. Bookmark the permalink.