Les grandes affaires d’espionnage de la Ve République PDF

Le Rainbow Warrior à les grandes affaires d’espionnage de la Ve République PDF en 1979. L’opération fit un mort : Fernando Pereira, photographe, membre de l’équipage de Greenpeace.


Juillet 1985 : les Français apprennent stupéfaits que deux agents de la DGSE ont été arrêtés en Nouvelle Zélande, pour leur implication dans le sabotage en rade d’Auckland du Rainbow Warrior, navire amiral de la flotte de l’association écologiste Greenpeace. La destruction du bateau a couté la vie à un homme, un photographe. L’affaire du « Rainbow Warrior » démarre, et Charles Hernu, alors ministre de la défense sera contraint de démissioner. Quelques képis valseront aussi à l’état-major de la DGSE, victimes collatérales d’une décision pourtant prise au plus haut sommet de l’Etat. Mais chut, la raison d’Etat a ses raisons… Ce n’est là qu’un exemple parmi les 24 affaires d’espionnage auxquelles ce livre s’intéresse : de Ben Barka à Ben Laden, des résaux Foccart à la traque et l’arrestation de Carlos, de l’affaire Farewell à la guerre secrète contre l’islamisme radical, chaque chapitre présente une affaire connue ou moins connue, en mettant à chaque fois en avant des faits nouveaux ou méconnus. Une plongée dans les arcanes les plus sombres et les plus secrètes de la République.

Cet acte de violation de la souveraineté de l’État néo-zélandais fut à l’origine de tensions entre les deux pays et eut des impacts sur les relations politiques et économiques. Le ministre de la Défense Charles Hernu. Cette opération est préparée par les officiers du service Action de la DGSE qui, après son échec lors des attentats de Beyrouth du 23 octobre 1983, a un nouveau chef, le colonel Jean-Claude Lesquer, prêt à relever le défi. L’amiral Lacoste, directeur de la DGSE, obtempère malgré ses réserves. Les préparatifs ont alors commencé depuis plusieurs semaines. Trois équipes du service Action ont aussi été dépêchées sur le terrain.

L’opération se déroule le 10 juillet 1985. L’équipage quitte le navire qui prend l’eau mais le photographe néerlandais, d’origine portugaise, Fernando Pereira, descend dans sa cabine pour récupérer ses équipements photographiques. Les  faux époux Turenge  sont facilement arrêtés par la police néo-zélandaise d’Auckland à cause du van qu’ils ont loué pour récupérer les plongeurs chargés de placer les explosifs. Un concours de circonstances fait que, un certain nombre de cambriolages ayant précédemment eu lieu sur le port, un vigile, placé là en surveillance, repère leur véhicule qui attend les plongeurs dans un coin discret. DGSE, le chef de bataillon Alain Mafart et le capitaine Dominique Maire, épouse Prieur. Restant à la disposition de la police, ils sont logés dans un hôtel mais commettent l’erreur de passer un appel téléphonique international à un numéro secret de secours de la DGSE.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.