Les cuisines de Provence PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Un plant mesure de 20 à 60 cm de haut, possède des feuilles ovales-lancéolées, atteignant 2 à 3 cm. Les feuilles sont vert pâle à vert foncé, parfois pourpre violet chez certaines variétés. Les tiges dressées, ramifiées, ont une section les cuisines de Provence PDF comme beaucoup de labiées.


Sous les diversités locales, la Provence a une unité culturelle très forte qui s’exprime par son goût pour les jeux de boules, ses traditions artisanales, ses coutumes religieuses et ses modes alimentaires. Toutes les ressources de la mer et d’une campagne où poussent l’olivier, les herbes aromatiques, les légumes primeurs et les fruits gorgés de soleil, font de la cuisine provençale une des plus variées, des plus hautes en couleur et des plus parfumées qui soient. Cet ouvrage, purement local, est en réelle harmonie avec les règles et les principes de l’école
provençale. L’auteur a recomposé les plats pour les adapter à notre époque, à partir de vieilles recettes provençales. Il importait en effet, qu’un livre du soleil en respirât tous les goûts et que rien ne pût en altérer son vrai nom.

Elles ont tendance à devenir ligneuses et touffues. Les fleurs, bilabiées, petites et blanches, ont la lèvre supérieure découpée en quatre lobes. Elles sont de petite taille et groupées en longs épis tubulaires, en forme de grappes allongées. Les graines fines, oblongues, sont noires. Atteint une trentaine de centimètres de hauteur. Apprécié dans la cuisine méridionale, particulièrement la variété Genovese. Petites feuilles minces, lisses, vert vif.

Feuilles vertes, tiges et inflorescences pourpres. Saveur très épicée ressemblant à celle de l’estragon ou de l’anis. De nombreuses autres variétés violacées existent. Très larges feuilles cloquées vert tendre. Fragile, sensible au soleil et au vent. Actuellement, le basilic est donc très répandu à travers le monde.

Il reste toutefois profondément associé à la culture et aux gastronomies asiatique et méditerranéenne. Cette plante est cultivée pour des usages aromatiques, mais aussi médicinaux. En Asie tropicale, le basilic est considéré comme une plante vivace. Dans les climats plus doux, le basilic commun se comporte en annuelle.

La culture du basilic nécessite un climat chaud et ensoleillé, méditerranéen ou tropical. Le basilic préfère un sol frais et bien drainé, une exposition abritée et cinq heures d’ensoleillement quotidien. Il faut l’empêcher de monter en fleurs pour augmenter la production de feuilles, et donc pincer les extrémités des tiges quand les fleurs se forment. Juillet-août est la période propice pour la récolte des feuilles à des fins de congélation. Lorsque l’automne arrive et que la température finit par tuer le basilic, on peut laisser quelques fleurs terminer leur transformation en graines pour les semer l’année suivante.

La multiplication se fait par semis au printemps, vers mars-avril. Le repiquage en pleine terre peut se faire lorsque le sol s’est suffisamment réchauffé et que les gelées ne sont plus à craindre, soit vers la fin mai, et lorsque le plant comporte au moins 4 à 6 feuilles pour qu’il soit moins sensible aux limaces. On peut le cultiver à côté d’autres plantes qui bénéficieront de sa présence : près des choux, des courges, des haricots, entre les pieds de tomate. Les feuilles de basilic sont utilisées comme herbe aromatique.

Elles s’utilisent de préférence crues car leur arôme s’atténue à la cuisson. La soupe au pistou est la recette de soupe traditionnelle de la Provence. C’est une soupe que l’on déguste principalement l’été. Pistou provient du latin pistare qui signifie  piler , car il est indispensable d’écraser les feuilles de basilic au mortier pour bien les incorporer à la préparation. On utilise aussi ses graines que l’on fait tremper dans l’eau pour libérer son enveloppe gélatineuse, texture appréciée dans des desserts comme le falooda, le sharbat-e-rihan, le hột é ou le ais kacang. Il faut environ 10 kg de basilic pour en obtenir 10 ml d’huile essentielle.

Utilisation Partie utilisée : feuilles et sommités fleuries. Propriété : stomachique, carminatif, galactagogue, stupéfiant léger. Mode d’emploi : Infusion, poudre, essence, œnolé, cataplasme, vaporisation. Sédatif, antispasmodique des voies digestives, diurétique, antibactérien, contre l’indigestion et en tant que vermifuge.

Le basilic serait aussi légèrement narcotique. En Népal et Inde, le basilic est une plante sacrée déposée en offrande à Krishna, un dieu sauveur du monde. Durant l’Antiquité, il était considéré comme une plante royale. Dans certaines régions d’Afrique, le basilic est utilisé pour conjurer le mauvais sort. Dans l’Europe du Moyen Âge, le basilic faisait partie des plantes de la sorcellerie.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.