Les confitures PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La confiture peut être utilisée pour agrémenter des beignets, des tartines, etc. C, Pline l’Ancien dans son Histoire naturelle évoque les recettes de conservation de son les confitures PDF : cuissons des fruits dans du miel, du sirop ou du vin de raisin.


Les confitures ont traversé le temps et les frontières. Rapportées d’Italie par Catherine de Médicis, elles ne se développent qu’à partir des XVIe et XVIIe siècles en dessert royal a la cour. A la fin du XVIIIe siècle, le prix du sucre s’effondre, les confitures deviennent enfin un produit de consommation courante. Que ce soient des recettes de grands cuisiniers ou des secrets de grands-mères transmis de génération en génération, les confitures sont toutes merveilleuses et agrémenteront toujours nos moments gourmands. Il n’est pas difficile de réussir vos confitures : avec du temps et de la pratique, vous aurez de l’expérience et composerez vous-même vos recettes, sachant qu’une confiture est toujours une création unique

Palladius dans le traité sur l’agriculture De Re Rustica évoque lui aussi des recettes de fruits cuits. Au Moyen Âge, l’appellation  confitures  désigne toutes les confiseries réalisées à partir d’aliments cuits dans du sucre, du sirop ou du miel : bonbons, fruit confits, etc. Aujourd’hui, elles sont considérées comme un aliment de plaisir, à l’intérêt nutritionnel assez faible : elles contiennent beaucoup de glucides et un peu de fibres. La plupart des vitamines sont éliminées durant la cuisson. En refroidissant, la confiture se solidifie parfois sous l’action gélifiante de la pectine des fruits. Lors de l’élaboration de confitures ménagères, il arrive parfois qu’un dépôt de moisissures se forme à la surface de la confiture, généralement de l’espèce Aspergillus glaucus.

Avec des couvercles à vis, on doit bien les visser pendant que la confiture reste très chaude et retourner le pot pour assurer l’étanchéité par la confiture elle-même. Après refroidissement, en remettant le pot à l’endroit, on vérifiera l’aspect concave du couvercle, preuve de son étanchéité. Prévoir une bonne poigne pour l’ouverture. Des pots de confiture du commerce.

Les confitures proprement dites désignent des préparations où la pulpe des fruits est uniformément distribuée dans un sirop épais. En Australie, on trouve de la confiture de prune kakadu, de rosellas. En Europe centrale on prépare une confiture très épaisse de prune, qui s’apparente à de la pâte de pruneaux, sans ajout de sucre. Consommation d’une tartine à la confiture. Les pétales de roses ou d’églantiers sont comestibles mais n’ont pas, crus, un goût agréable. Confiture de pastèques, spécialité de la Provence occidentale.

Elle est réalisée à base de gigérines et de zestes de citrons. Une gelée est une confiture où n’est pas conservée la pulpe des fruits. Le jus des fruits, habituellement extrait après une première cuisson, peut être cuit avec du sucre pour former une gelée. Si la préparation obtenue est liquide on parle alors de sirop.

Depuis les années 1980, le terme désigne plutôt une confiture à base d’agrumes ou alors une préparation très épaisse dans laquelle les morceaux de fruits ne sont pas totalement pris en gelée : marmelade d’ananas, marmelade de citron vert, à l’orange, etc. La portée générale du terme a de ce fait été réduite, en s’alignant sur le sens que les Anglo-Saxons lui attribuent. Les appellations confitures ou gelées étant réservées aux préparations à base de fruits, on appelle confit de fleurs les productions qui utilisent des fleurs comme ingrédient principal. La recette du miel de pissenlits utilise par exemple les fleurs ou capitules de pissenlits. Les confitures sont des préparations pâteuses.

D’autres recettes permettent d’obtenir des préparations liquides comme les sirops. En réservant la pulpe des fruits les plus riches en pectine, il est possible d’obtenir une friandise solide : la pâte de fruits. Les fruits confits sont également obtenus avec une recette similaire, mais la cuisson est beaucoup plus douce pour permettre au sucre de remplacer l’eau des fruits sans déstabiliser leur pulpe. Les chutneys sont des préparations de fruits aigres-douces qui servent de condiments dans la cuisine indienne. CE du Conseil du 20 décembre 2001 relative aux confitures, gelées et marmelades de fruits, ainsi qu’à la crème de marrons, destinées à l’alimentation humaine. Avant 2008, la teneur en matière sèche soluble des confitures, confitures extra, etc. Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d’un terroir de la vallée du Rhône, A.

Article 4 – Version en vigueur du 31 mars 2004 au 29 février 2008 , sur www. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 6 août 2018 à 16:54. En pratique : Quelles sources sont attendues ?

L’histoire de la cuisine française reflète l’évolution de la société française, et particulièrement celle de son élite. Devise gourmande à la gloire de la cuisine française. La cuisine française, comme celle d’autres pays européens, prend principalement ses sources dans la culture alimentaire romaine. Affirmation qui demande cependant une certaine prudence.

This entry was posted in Humour. Bookmark the permalink.