Les adolescent violents : Clinique et prévention PDF

Cet article est une ébauche concernant la sociologie, la psychologie et l’éducation. Ainsi, l’enfant acquiert le principe de réalité. Un animal toujours agressé s’adapte en se soumettant sans cesse et se retrouve constamment stressé, en bas les adolescent violents : Clinique et prévention PDF son échelle sociale.


Dans la lignée de l’ouvrage de Xavier Pommereau “L’adolescent suicidaire” (Dunod, mai 1995), ce livre fait le point sur la compréhension, le traitement et la prévention des violences à l’adolescence. Explicitement destiné à un public de professionnels non spécialistes (travailleurs sociaux, pédagogues, psychologues) l’ouvrage fournit le rappel des bases psychobiologiques et psychodynamiques pour comprendre un phénomène en train de devenir un véritable enjeu de société.
Public concerné : Psychologues, psychanalystes, psychothérapeutes, professions sociales et éducatives (éducateurs et assistants sociaux), professions pédagogiques

Et un animal jamais agressé dans sa petite enfance agresse à la moindre occasion et finit par se retrouver seul, mal socialisé, en périphérie du groupe. L’un est en bas de l’échelle parce qu’il a acquis une aptitude à la soumission, l’autre est en périphérie du groupe à cause de son inaptitude à participer aux rituels d’interactions. Les parents, voulant à tout prix le bonheur de leur enfant, lui offrent plein de jouets, cherchent à l’occuper en permanence pour qu’il se développe et ne s’ennuie pas — or, l’ennui chez l’enfant est structurant et développe sa créativité —, s’extasient devant sa moindre réalisation, lui évitent tout effort et toute déconvenue et donnent priorité à son expression — le laissent couper la parole, par exemple. Nous vivons, pour la première fois, dans une société où l’immense majorité des enfants qui viennent au monde sont des enfants désirés. Cela entraîne un renversement radical : jadis, la famille  faisait des enfants , aujourd’hui, c’est l’enfant qui fait la famille.

Ce phénomène a été enrôlé par le libéralisme marchand : la société de consommation met, en effet, à notre disposition une infinité de gadgets que nous n’avons qu’à acheter pour satisfaire les caprices de notre progéniture. Privé de toute frustration, l’enfant continue à se croire omnipotent — ce qu’il est à la maison —, n’acquiert pas le principe de réalité et est en permanence soumis au principe de plaisir. Ils ne présentent pas le même profil psychiatrique, mais tous affichent un comportement tyrannique , explique Raphaëlle Scappaticci, la psychologue qui suit ce groupe de parole. Les pédopsychiatres ont pointé le fait que le risque de tyrannie augmentait lorsque l’enfant avait focalisé l’attention : un aîné, un enfant unique, adopté ou antérieurement malade.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.