La vie en bocal, Le projet Irena Sendler PDF

Irena Sendler commença à sauver des vies bien la vie en bocal, Le projet Irena Sendler PDF la fondation de Żegota. Elle est déclarée Juste parmi les nations en 1965.


La vie en bocal, Le projet Irena Sendler Jack Mayer – Traduit de l anglais par Lucie Delplanque Titre original : Life in a jar, The Irena Sendler Project En 1999, trois lycéennes d une petite ville du Kansas décident de participer à un concours national d histoire réservé aux scolaires. À la recherche d un sujet, elles apprennent par hasard l existence d une certaine Irena Sendler, une Polonaise qui aurait sauvé au péril de sa vie près de 2 500 enfants juifs du Ghetto de Varsovie pendant la Seconde Guerre mondiale… Les trois jeunes filles décident d en faire le sujet d une pièce de théâtre : La vie en bocal. Petit à petit, à force de recherches, elles rassemblent les pièces du puzzle… En 1939, Irena Sendler est assistante sociale pour la Ville de Varsovie. Lorsque la guerre éclate, elle se retrouve confrontée aux souffrances de toute une population, et plus particulièrement celles des Juifs du plus grand ghetto d Europe. Rapidement, elle décide de contourner les interdits et restrictions pour venir en aide aux plus démunis. Grâce à son réseau clandestin, de nombreux enfants juifs s évaderont du Ghetto, échappant ainsi au sort de leurs parents : la déportation et la mort à Treblinka. Les enfants reçoivent une nouvelle identité catholique, mais Irena conserve précieusement leur véritable nom, afin qu il ne soit pas oublié. Les listes sont cachées dans des bocaux en verre enterrés dans le jardin d une complice…

Son arrière grand-père possède une petite propriété près de la ville de Kalisz. Il participe au soulèvement de Janvier 1863. Il est très impliqué dans les actions sociales. Il affirme que les gens doivent être divisés en deux catégories : les bons et les méchants. Otwock est aussi une banlieue ouvrière de Varsovie, où se trouve une communauté juive importante. Elle visite également ses grands-parents paternels qui vivent à Tarczyn, à une trentaine de kilomètres au sud de Varsovie. Varsovie, il y a alors tant de pauvres, que se répand une épidémie de typhus.

En 1920, Janina Krzyżanowska déménage avec sa fille à Tarczyn, puis à Piotrków Trybunalski où sa famille a vécu. Piotrków, elle rencontre son futur premier mari, Mieczysław Sendler. L’antisémitisme est pour elle extrêmement pénible à supporter. Elle devient la cible d’attaques des étudiants du Camp national-radical. Cela lui vaut d’être suspendue de l’université pendant trois ans. Elle parvient tout de même à passer ses examens et obtient son diplôme en 1939. Dans la section d’aide à l’enfance, un groupe clandestin sous la direction de l’écrivain Jan Dobraczyński se forme pour venir en aide aux enfants abandonnés qui, après 1939, sont nombreux à Varsovie.

En novembre 1940, les Allemands rassemblent la population juive dans le Ghetto de Varsovie. Sous le prétexte de prévenir une possible épidémie, personne ne peut entrer ou sortir du ghetto en dehors des autorités sanitaires polonaises. Le docteur Juliusz Majkowski est responsable des autorités sanitaires. Selon elle, Hitler avait créé un enfer pour tous les Polonais mais le genre d’enfer qu’il réservait aux Juifs était encore plus grand.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.