La vie culturelle dans la France occupée (191-1918) PDF

Rosheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est. Cette commune se trouve dans la région historique la vie culturelle dans la France occupée (191-1918) PDF culturelle d’Alsace. Chef-lieu de canton de 1790 à 2014, centre viticole sur la route des Vins d’Alsace, la petite ville est riche d’un passé et d’un patrimoine exceptionnels qui lui ont valu le surnom de  cité romane , ou  ville à la rose  en référence à son emblème héraldique.


L occupation allemande de la France en 1914-1918 a revu le jour tout récemment seulement dans les travaux d historiens. Ce livre explore les divers aspects d une vie culturelle qui subsista malgré et à cause de l occupation allemande : littérature, théâtre, cinéma, musique, sport, enseignement, et religion. Pour ce faire, il analyse des mémoires d occupés, les oeuvres littéraires publiées pendant et après le conflit, la presse de propagande allemande et la presse clandestine, ainsi que les travaux de recherche récents.

Le versant sud, flanc nord du Bischenberg, est quant à lui plus abrupt. Bischoffsheim et se poursuit jusqu’à Nordhouse. La gare se trouvait alors à l’emplacement de l’actuelle Maison de l’enfance, dont la place adjacente a été baptisée  place de l’Ancienne-Gare . La gare de Rosheim est aussi le point de départ de la ligne de Rosheim à Saint-Nabor, aujourd’hui désaffectée. L’automobiliste traversant ou s’arrêtant peu de temps à Rosheim aura à première vue l’impression d’une ville-rue. Cependant l’observation et la découverte de la morphologie urbaine de Rosheim atténuent cette impression.

L’église romane dominant les ruines du Meyerhof. Henri Le Secq prise en 1851. Le noyau central, qui marque les anciennes possessions de Hohenburg puis des Hohenstaufen et dont l’habitat était jadis bien plus dense, constituait dès le Moyen Âge le centre administratif de la ville. Rosheim – vue de la Niederstadt vers la porte du Milieu. Plusieurs centres administratifs de propriétaires médiévaux y étaient situés ainsi qu’en témoigne par exemple l’emprise de l’école des Remparts. Rosheim – vue de l’Oberstadt au niveau de la rue de l’École. Hohenstaufen, d’un plan impérial ou d’une réflexion strictement locale ?

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.