La prison immobile PDF

Vue du centre pénitentiaire de Fresnes. Avec Fleury-Mérogis et la prison de la Santé, c’est l’un des trois principaux établissements pénitentiaires la prison immobile PDF la région parisienne, et aussi l’un des plus importants de France.


Médaille de l’inauguration des prisons de Fresnes-les-Rungis. La prison fut construite de 1895 à 1898 par l’architecte Henri Poussin. L’architecture mise en place est innovante et fonctionnelle, elle sera connue sous le nom de plan  en pôle téléphonique . Pour la première fois, les blocs cellulaires sont disposés perpendiculairement à un corridor central, qui dessert les autres blocs et les pièces communes. En 1978, l’administration décida d’y faire entreposer la guillotine, désirant faire de la prison le seul lieu habilité aux exécutions capitales en France.

Elle est rattachée à la maison d’arrêt de Fresnes. Maison d’arrêt de Fresnes devient centre pénitentiaire de Fresnes. Comme toute prison importante, la prison de Fresnes a son lot de prisonniers célèbres. Le baron Fernand de Christiani, qui agresse le président Émile Loubet en juin 1899, y est incarcéré jusqu’en mars 1900. Pendant l’Occupation, la prison est utilisée par les nazis pour emprisonner et torturer résistants et agents des services secrets britanniques. Antonio Ferrara s’en évada le 12 mars 2003.

Cinq Algériens, membres du FLN, se font la belle à Fresnes le 28 juin 1961 : ils avaient scié un barreau de chacune des fenêtres de leurs deux cellules au quatrième étage de la deuxième division-la division politique, puis ils étaient partis en accrochant leurs draps en corde et en empruntant le chemin de ronde. Le 9 mai 1985, 400 prisonniers de la maison d’arrêt et de l’hôpital pénitentiaire se retrouvent sur les toits. Pendant les affrontements avec la police, qui fait un usage massif de grenades lacrymogènes, un détenu se tue  en tombant de la toiture . Le 26 mars 2018, après plusieurs plaintes de détenus de la prison de Fresnes, sept hommes, dont un directeur et un surveillant du centre, ainsi que deux détenus et un aumônier de prison juif, ont été placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés par les enquêteurs de la Police judiciaire de Paris et de Versailles de participer à un réseau de corruption. L’organisation actuelle du centre pénitentiaire de Fresnes est complexe. Elle est due, notamment, à son statut très particulier, voire unique, dans le parc carcéral français.

Nombreux sont les personnels de surveillance qui y font un stage ou leurs premiers mois au service de l’État. En outre, la fermeture temporaire de la maison d’arrêt de Paris la Santé pour une réhabilitation complète entraîne une répartition des détenus sur les autres établissements. Ainsi, le centre pénitentiaire de Fresnes est divisée en plusieurs structures et plusieurs bâtiments. C’est le bâtiment principal du domaine pénitentiaire et du centre pénitentiaire de Fresnes. Les divisions sont « étanches » entre elles afin, notamment, de permettre d’incarcérer des personnes mises en cause dans une même affaire sans qu’elles aient la possibilité de communiquer entre elles. Elles respectent toute le principe de la séparation prévenus-condamnés. Il y a entre 600 à 800 détenus par division selon les périodes.

Dans l’attente d’une place en établissement pour peine les détenus en fin de cycle CNE sont placés en 2e division. Le CNE est indépendant du reste de la détention. La maison d’arrêt femmes est située au bout de l’allée du domaine pénitentiaire, c’est un bâtiment distinct de la MAH. On y dénombre entre 80 et 100 détenues. Le nombre relativement peu élevé de femmes incarcérées permet en règle générale l’encellulement individuel et d’accéder assez facilement au travail. Nombreuses sont les détenues de nationalité étrangère impliquées dans le transport de produits stupéfiants.

Cette structure dépendante du centre pénitentiaire de Fresnes est délocalisée puisqu’elle est situé dans l’enceinte de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. C’est donc un des satellites qui compose le CP. Elle accueille les  patients-détenus  pour des soins ambulatoires. Ouverte en 2014, cette structure de 60 lits, dépend également du Centre Pénitentiaire de Fresnes. Elle est délocalisée à Villejuif au sein du groupement hospitalier Paul Guiraud. C’est un des satellites qui compose le CP.

L’UHSA accueille les  patients-détenus  pour des soins psychologiques. Les unités de soins sont gérées exclusivement par du personnel médical. Il est rattaché à la prison de Fresnes en 2009. C’est ce rapprochement qui transforma l’appellation de « Maison d’arrêt de Fresnes » en centre pénitentiaire de Fresnes puisque Fresnes aura dès lors plusieurs régimes de détention. Fresnes – Établissement pénitentiaire – maison d’arrêt, sur le site annuaires. 55 adolescentes incarcérées au quartier des mineures de la prison de Fresnes. Les murs de Fresnes, Paris, éd.

L’auteur a été emprisonné à Fresnes comme objecteur de conscience. Il décrit son séjour au quartier disciplinaire. Paris, de la prise de la Bastille à l’ouverture de Fresnes. Fresnes, la prison : Les établissements pénitentiaires de Fresnes : 1895-1990, Fresnes, éd.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.