La peinture par ordinateur PDF

Trouez une feuille d’aluminium avec une aiguille. Faîtes la même expérience sous une lampe de bureau, vous voyez l’image de l’ampoule, la peinture par ordinateur PDF en tous sens.


Au soleil, vous n’avez pas vu une simple tâche de lumière, mais l’image du soleil. Montez votre trou d’aiguille sur la paroi d’une boîte. Mettez un papier photographique sur la paroi opposée puis fermez la boîte. Posez-la plusieurs minutes devant un bouquet de fleurs puis développez. Sténopé : du Grec  stenos  : étroit, serré, et  ôps  : œil. L’image peut être observée en temps réel sur un dépoli, ou enregistrée sur un support quelconque, par exemple photographique. Les premières descriptions du phénomène remontent à l’antiquité.

Au cinquième siècle avant Jésus Christ, un Chinois, Mo Ti, décrit la projection des images du monde extérieur sur le mur d’une chambre obscure, à travers un petit trou placé dans le mur opposé. En photographie, les premiers pas ont été faits grâce aux objectifs à lentilles. L’utilisation du sténopé n’est apparue que plus tard. Nous allons vous présenter cette technique, et, pourquoi pas, vous encourager à faire vos premier pas. Le boîtier ne sert qu’à présenter une surface sensible dans le champ illuminé par le sténopé. Une simple boîte fera très bien l’affaire.

Toute amélioration ne sert qu’à en faciliter l’utilisation. Cette liberté de conception du boîtier permet de choisir n’importe quelle dimension, en surface et en rapport des côtés, depuis le 24×36 et même moins, jusqu’à des formats qui ne sont limités que par ceux des surfaces sensibles. La voie est ouverte pour la pratique du très grand format. On peut détourner l’usage d’un appareil photographique du commerce. Tout appareil est bon, qui permet de placer le sténopé devant le film, en pratique sur le bouchon de boîtier que l’on aura percé. Depuis les petits et moyens formats jusqu’aux chambres grand format en utilisant alors la planchette porte objectif comme porte sténopé.

En 24×36 il faut un boîtier d’ancienne génération qui fonctionne encore quand on a retiré l’objectif et qui permette des poses de plusieurs secondes. On dispose alors d’un sténopé à exposition automatique. C’est la solution de facilité pour débuter et pour voir  ce que ça donne . Cependant, un des plaisirs de la photographie au sténopé est de fabriquer soi-même son appareil de A à Z : vous n’êtes limités que par vos compétences de bricoleur  ou de menuisier ébéniste, par l’outillage, le temps et la place dont vous disposez mais sûrement pas par votre imagination. Des coquillages, des fourgonnettes, des valises, des chapeaux et même le mur de Berlin ont servi de boîtier! Si l’on veut construire le boîtier, on se trouve d’emblée confronté à un problème pratique: quelles seront les dimensions de l’appareil ?

Le format que l’on désire utiliser, ce qui donne les dimensions du fond du boîtier. Puis l’angle de champ, ce qui va déterminer la focale et donc la profondeur du boîtier. Je vais utiliser du plan film 4×5 pouces. Nous verrons plus bas que les abaques fixent le diamètre optimum du sténopé à, 0,20 mm pour une focale de 30 mm et 0,23 mm pour une focale de 40 mm. Notre appareil aura donc la forme d’un parallélépipède dont la base accepte un châssis 4×5 pouces, et dont la hauteur est de 37 mm environ. Maintenir en bonne position le sténopé d’un côté et la surface sensible de l’autre. Eliminer toute lumière parasite par réflexion interne.

L’intérieur du boîtier doit être peint en noir mat. Etre étanche à la lumière, comme pour tout appareil photographique. Le test consiste à charger le boîtier avec une surface sensible, obturateur fermé, et à le laisser quelques heures en pleine lumière. Au développement il ne doit pas y avoir de trace d’illumination. Permettre les chargements et déchargements faciles. Ouverture par l’intermédiaire d’un couvercle pour accéder au fond, ou aménagement d’un dos porte roll-film ou châssis interchangeables.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.