La décision du désir PDF

Troisième fils de Gonzalès de Yépès et de Catherine Alvarez, Jean naquit en 1542, à Fontibéros, dans la Vieille-Castille, et mourut à Ubeda, en Andalousie le 14 la décision du désir PDF 1591. Clément X le béatifia en 1675, et Benoît XIII le canonisa en 1726. Please forward this error screen to 72.


Le sujet «s’appréhende», comme dit Lacan, à partir des manifestations de son désir inconscient, et il en assume les conséquences, à travers son dire et ses actes. Il s’active, s’autorise, supporte, devient responsable de son désir. Il s’agit d’une responsabilité éthique conjointe à une décision, la décision du désir. Décision qui n’a rien à voir avec un choix conscient, la maîtrise, la possession de soi, la volonté.

Il y a une aporie dans le désir, due à la conjonction entre la responsabilité éthique du sujet et sa propre perte. Car c’est seulement à partir d’une dépossession – de soi, de l’Autre -, d’une absence d’auto-détermination, que le sujet décide de son désir. Mais comment décider de ce qui nous dépasse, autrement dit, assumer ce qui nous oriente à notre insu ? Et comment passe-t-on d’un désir pris dans le symptôme et dans la compulsion de répétition, à la décision du désir ?

Silvia Lippi analyse les paradoxes du désir, d’un désir enraciné dans l’inconscient, à partir de l’apport de Lacan à cette notion psychanalytique, dans une lecture croisée avec écrivains, poètes, peintres et philosophes.

De formation philosophique, Silvia Lippi est psychanalyste et docteur en psychologie. Elle est analyste praticienne à Espace analytique et chercheur associé à l’université Paris 7.

Noir Désir est un groupe de rock français, originaire de Bordeaux, en Gironde. En 1980, Bertrand Cantat et Serge Teyssot-Gay se rencontrent au lycée privé catholique de Saint-Genès à Bordeaux, où ils sont élèves dans la même classe de seconde. La formation, d’abord appelée  Psychoz , puis  6. Vincent Leriche et joue ses premiers concerts dans des bars bordelais. En 1982, le nom  Noirs Désirs  est adopté mais Vincent Leriche et Serge Teyssot-Gay quittent le groupe.

1983, Bertrand Cantat quitte soudainement le groupe mais il revient six mois plus tard après avoir été remplacé provisoirement au chant et à l’écriture par Emmanuel Ory-Weil, qui devient le manager officiel du groupe, en compagnie de Didier Estèbe. Les prestations scéniques du groupe affirment encore sa réputation qui dépasse alors le cadre local. Le groupe enregistre en trois semaines son premier album, Où veux-tu qu’je r’garde ? Une cinquantaine de dates de concerts, dont une tournée au Québec, sont programmées. Le groupe se produit notamment sur la scène du Splendid, à l’invitation de Jacques Higelin.

C’est pourtant ce titre, mis en avant par Ian Broudie pour promouvoir l’album et programmé par les plus grandes radios nationales, qui offre au groupe la reconnaissance du grand public. Les ventes s’emballent et la tournée qui s’ensuit est un véritable succès. L’album, dont les ventes atteignent 150 000 exemplaires, est certifié disque d’or et reçoit le Bus d’Acier 1989, qui récompense le meilleur groupe de rock français. Noir Désir veut faire de son troisième album, Du ciment sous les plaines, le contre-pied du précédent.

Le groupe s’inspire de Fugazi et adopte un son résolument rock, tout en affirmant dans ses textes son opposition au système commercial de l’industrie du disque. Pour autant, de l’aveu même des membres du groupe, cet album n’est pas une réussite, ainsi que le confirme le guitariste Serge Teyssot-Gay :  La coproduction n’a pas très bien fonctionné. Je crois que ça tenait en partie aux chansons, dont nous n’étions pas très contents, mais aussi à l’ambiance en studio et à la production. La tournée éprouvante qui emmène le groupe au Japon et se termine par douze dates consécutives à l’Élysée Montmartre crée un profond malaise au sein du groupe. Au lendemain du dernier concert de la tournée, les premières dissensions apparaissent. Les deux représentants du groupe, Didier Estèbe et Emmanuel Ory-Weil, quittent l’aventure, tandis que chaque musicien s’isole de son côté. Après quelques mois de séparation, les quatre membres du groupe se retrouvent sous l’impulsion de Denis Barthe et prennent contact avec Ted Niceley, producteur du groupe Fugazi dont Noir Désir s’inspire pour ses créations.

Top 50 pendant plusieurs semaines, de même que dans les hit-parades européens. Un album live, Dies irae, est enregistré pendant la tournée et mixé par Ted Niceley. Les tensions apparues lors de la dernière tournée ont des conséquences sur la vie de Noir Désir. Frédéric Vidalenc quitte le groupe en évoquant des différends artistiques avec Bertrand Cantat, mais il laisse néanmoins une composition, Septembre, en attendant. L’expérience en solo de Serge Teyssot-Gay l’amène à modifier son approche de la guitare dans Noir Désir et le convainc que le groupe a besoin d’idées neuves pour faire évoluer son style :  Il faut trouver des nouvelles bases de jeu. Le recours systématique à la rage et au volume sonore ne mènerait à rien.

Le trip violent, on l’a vécu à fond. Maintenant, il faut passer à autre chose. Jean-Paul Roy, préparateur des guitares du groupe sur les tournées, propose ses services pour remplacer Frédéric Vidalenc. 1996, Noir Désir enregistre en deux mois son cinquième album, 666. 667 Club, au studio du Manoir à Léon. Comme pour le précédent, Ted Niceley est à la production. Sans renier le rock sans concession qui a fait son succès, le groupe entame sa mutation et élargit son horizon musical.

La voix de Bertrand Cantat, après son opération, apparaît plus posée, dans un registre plus bas. Le succès est immédiat, les ventes d’albums explosent avec plus d’un million d’exemplaires vendus en quelques mois. Certifié double disque de platine, 666. Afin de ménager la voix de son chanteur et pour éviter l’usure psychologique que le groupe a connue à la fin du Tostaky Tour, Noir Désir réduit le nombre de concerts de sa tournée, qui demeure toutefois une réussite.

Noir Désir, par la voix de Bertrand Cantat, multiplie les engagements humanitaires et associatifs, conciliant ainsi la vie artistique et l’engagement citoyen. Noir Désir s’accordent une pause et participent, chacun de leur côté, à différents projets musicaux. Entretemps, Bertrand Cantat et Serge Tessot-Gay participent à l’élaboration du premier album de leur ingénieur du son italien, Giorgio Canali, intitulé Che fine ha fatto Lazlotòz, qui sort la même année. Le groupe choisit de n’effectuer que de courtes sessions de travail et à chaque fois dans différents lieux. Lors de cette période de composition, qui s’étale sur près de deux ans, les membres du groupe poursuivent leurs collaborations avec d’autres artistes, comme Alain Bashung, Brigitte Fontaine et Les Têtes Raides, tout en développant des projets personnels.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.