La cuisine diététique PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La diététique est une pratique qui s’intéresse à l’alimentation équilibrée. La nutrition est la science qui étudie les aliments et leurs effets sur l’être humain, tandis que la diététique est l’étude de l’ensemble des règles qui doivent régir l’alimentation de l’être humain. La diététique est une  norme sociale  qui varie selon les époques, selon les civilisations, selon les religions ou les croyances et, la cuisine diététique PDF sûr, selon l’état des connaissances en nutrition.


La  norme diététique  s’appuie sur des connaissances scientifiques qui ne cessent de s’accroître. L’histoire de l’évolution de la diététique montre qu’il n’y a pas une diététique mais des diététiques, qui dépendent de la conception de la digestion et de la connaissance des aliments. Pour la diététique hippocratique, il y a 4 éléments : l’eau, la terre, l’air, le feu, qui correspondent à 4 tempéraments : lymphatique, mélancolique, sanguin et colérique. Pour la diététique ayurvédique, il y a 5 éléments : l’ether, l’air, l’eau, le feu, la terre, qui correspondent à 3 tempéraments : vata, pitta, kapha. Pour la diététique chinoise, il y a 5 éléments : le bois, le feu, la terre, le métal, l’eau, qui correspondent aux mêmes 5 tempéraments. Les aliments sont classés par saveurs, couleurs, consistance. Les aliments peuvent être également yin ou yang.

La naturopathie a repris certains concepts de la médecine ayurvédique. La diététique scientifique en occident a modifié sa définition de la digestion : ensemble des processus mécaniques et biochimiques assurant la transformation et l’absorption des aliments. La diététique officielle conserve toujours le concept de nourriture équilibrée pour se maintenir en santé. Les régimes alimentaires, plus ou moins scientifiques, plus ou moins commerciaux, se sont également diversifiés. La diététique a pris ces dernières années une plus grande ampleur avec notamment l’augmentation des maladies liées à la  mauvaise alimentation . Les principes généraux de la diététique scientifique occidentale sont les suivants.

On estime en général que le besoin en énergie dépend du climat, de l’âge, de la taille et de l’activité du sujet. Les aliments contiennent de nombreux nutriments. L’apport en énergie des principaux nutriments est calculé par différentes estimations, comme la méthode de la calorimétrie indirecte. De plus, la science actuelle ne tient aucun compte, dans l’étiquetage de 2010, des polyphénols, phytostérols et de toute la richesse du monde végétal en molécules végétales dont il nous reste à découvrir tout le potentiel. La consommation excessive de certains nutriments peut être dangereuse. Par exemple, le sodium dans les pays occidentaux.

Faire en sorte que chacun sache constituer des menus équilibrés est un enjeu de santé publique. Le petit déjeuner anglais, qui peut comprendre des œufs, du bacon frit, des pommes de terre sautées, des saucisses, etc. Bien sûr, compte tenu de la difficulté à se procurer de la viande, l’alimentation était probablement plus glucidique. Lorsque ces restaurants fonctionnent en mode libre-service, le repas cesse en général d’être équilibré au sens de la diététique officielle dès que l’un de ces plats manque, ou au contraire s’il est doublé. Il cesse également de l’être si on l’accompagne d’une boisson sucrée. La diététique a longtemps été affaire privée. Mais les problèmes de santé publique posés par l’alimentation ont amené les pouvoirs publics à intervenir dans ce domaine.

This entry was posted in Humour. Bookmark the permalink.