La Cryptographie: Ou, L’art D’écrire En Chiffres PDF

La machine de Lorenz utilisée par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale pour chiffrer les communications militaires de haut niveau entre Berlin et les quartiers-généraux des différentes armées. Beaucoup des termes de la Cryptographie: Ou, L’art D’écrire En Chiffres PDF cryptographie utilisent la racine  crypt- , ou des dérivés du terme  chiffre . La tendance actuelle favorise les termes construits avec crypt-. Le Grand Robert mentionne également  cryptage , et date son apparition de 1980.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

Article détaillé : Histoire de la cryptologie. Partition musicale du compositeur Maurice de Raoulx avec une invention de code sous forme de notes de musique. Utilisé depuis l’antiquité, l’une des utilisations les plus célèbres pour cette époque est le chiffre de César, nommé en référence à Jules César qui l’utilisait pour ses communications secrètes. Avec l’apparition de l’informatique, son utilisation se démocratise de plus en plus. Les domaines d’utilisations de la cryptographie sont très vastes et vont du domaine militaire, au commercial, en passant par la protection de la vie privée. Les premiers algorithmes utilisés pour le chiffrement d’une information étaient assez rudimentaires dans leur ensemble.

Ils consistaient notamment au remplacement de caractères par d’autres. La confidentialité de l’algorithme de chiffrement était donc la pierre angulaire de ce système pour éviter un décryptage rapide. Les algorithmes de chiffrement symétrique se fondent sur une même clé pour chiffrer et déchiffrer un message. L’un des problèmes de cette technique est que la clé, qui doit rester totalement confidentielle, doit être transmise au correspondant de façon sûre. La mise en œuvre peut s’avérer difficile, surtout avec un grand nombre de correspondants car il faut autant de clés que de correspondants. Pour résoudre le problème de l’échange de clés, la cryptographie asymétrique a été mise au point dans les années 1970.

Comme son nom l’indique, la clé publique est mise à la disposition de quiconque désire chiffrer un message. Ce dernier ne pourra être déchiffré qu’avec la clé privée, qui doit rester confidentielle. Le principal inconvénient de RSA et des autres algorithmes à clés publiques est leur grande lenteur par rapport aux algorithmes à clés secrètes. RSA est par exemple 1000 fois plus lent que DES. En pratique, dans le cadre de la confidentialité, on s’en sert pour chiffrer un nombre aléatoire qui sert ensuite de clé secrète pour un algorithme de chiffrement symétrique. La cryptographie asymétrique est également utilisée pour assurer l’authenticité d’un message.

L’empreinte du message est chiffrée à l’aide de la clé privée et est jointe au message. Les destinataires déchiffrent ensuite le cryptogramme à l’aide de la clé publique et retrouvent normalement l’empreinte. Cela leur assure que l’émetteur est bien l’auteur du message. On parle alors de signature ou encore de scellement. La plupart des algorithmes de cryptographie asymétrique sont vulnérables à des attaques utilisant un calculateur quantique, à cause de l’algorithme de Shor. Une fonction de hachage est une fonction qui convertit un grand ensemble en un plus petit ensemble, l’empreinte. Il est impossible de la déchiffrer pour revenir à l’ensemble d’origine, ce n’est donc pas une technique de chiffrement.

Référentiel Général de Sécurité de l’ANSSI, annexe B1 version 2. 03 du 21 février 2014, p. Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Cryptographie. Le Livre de Poche , 3 septembre 2001, 504 p. La science du secret, Odile Jacob, coll.

Cours de cryptographie, Cassini, 15 décembre 2000, 227 p. L’art du secret , Pour la science, dossier hors-série, juillet-octobre 2002. Cryptographie : Théorie et pratique , Vuibert, coll. Vuibert informatique , 28 février 2003, 337 p. Présentation claire des mathématiques de la cryptographie. Vuibert informatique , 15 janvier 2001, 846 p. Cryptographie : en pratique , Vuibert, coll.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.