La crise de la représentation PDF

L’interdit de la représentation est présent dans le monothéisme juif bien avant l’ère chrétienne. Le film Le Message fait présenter le même argument par les Mecquois devant le roi d’Abyssinie, qui admet sans prendre position qu’on a sans doute la crise de la représentation PDF caricaturé l’idolâtrie. Tu as eu raison de ne pas vouloir que les fidèles vénèrent les images du sacré.


On ne peut comprendre la crise de la représentation politique sans l’inscrire dans celle qui affecte la notion même de  » représentation  » et la symbolique de l’image depuis plus d’un siècle.
(Cette édition numérique reprend, à l’identique, l’édition originale de 2006.)

Depuis les années 1980, dans nombre de démocraties occidentales, la représentation politique est en crise. De la  » faillite des institutions  » à l' » affaissement de la nation  » en passant par le  » communautarisme  » bien des explications sont avancées. Et s’il fallait chercher ailleurs ? C’est l’hypothèse provocante qu’explore Daniel Bougnoux dans ce livre singulier : pour lui, la crise de la représentation politique ne peut se comprendre sans l’inscrire dans celle, bien plus large, qui affecte depuis plus d’un siècle la notion même de  » représentation « . Preuves à l’appui, puisées dans un corpus impressionnant d’œuvres littéraires et artistiques, il montre comment les avant-gardes du XXe siècle ont progressivement sapé les effets de la  » mise à distance « , du détour par l’ordre symbolique. Hier, le théâtre, la peinture ou le cinéma proposaient une coupure nette entre l’illusion et le monde réel ; la culture fondée sur le livre contenait ce réel à bonne distance, en refoulant la présence des corps derrière des représentations plus abstraites. Aujourd’hui, passant du livre au live, les nouveaux médias nous invitent au festin d’une vie immédiate, au commerce des  » coups  » et à la contagion des passions. La presse semble toujours plus pressée, l’art cherche sur les corps une emprise directe, les spectacles deviennent contacts et notre société se fragmente en communautés réduites aux affects… Mais les effondrements symboliques liés à ces mutations ne cachent-ils pas la difficile naissance de formes nouvelles, où l’individu démocratique aurait toute sa place ?
(Cette édition numérique reprend, à l’identique, l’édition originale de 2006.)

La question théologique de la représentation du divin traverse les trois monothéismes. Tous trois attribuent à la divinité la propriété de transcendance, qui la situe au-delà de l’humanité telle qu’on la représente. Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Pourtant, le christianisme produisit assez tôt des images. Il ne s’agit pas d’idoles mais d’icônes, associées au culte du Dieu unique. Aujourd’hui, dans le langage commun, on appelle  iconoclastes  ceux qui vont à l’encontre des idées communément reçues, ou qui refusent la tradition, notamment lorsque leur engagement les pousse à détruire ou à profaner des idoles, au sens propre ou au sens figuré.

La Torah met clairement en garde contre toute forme de représentation. Tu ne te feras point d’idole, ni une image quelconque de ce qui est en haut dans le ciel, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux au-dessous de la terre. L’iconoclasme ou Querelle des Images est un mouvement hostile au culte des icônes, les images saintes, vénérées dans l’Empire romain d’Occident. Il caractérise également la Réforme protestante. Article détaillé : Période iconoclaste de l’Empire byzantin. Christ, de la Vierge Marie et des saints, et ordonne leur destruction.

Le second concile de Nicée, en 787, autorisa à nouveau le culte des images, tout en interdisant sévèrement leur commerce. La principale raison doctrinale de ce rétablissement était la suivante : si le Christ s’est incarné, il est donc possible de représenter physiquement le Fils de Dieu, et de peindre les saints. Le fondement de l’iconodulie se trouverait aussi dans la Bible, plus particulièrement dans l’Évangile. Jésus lui répondit :  Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! De ce fait, il est possible de représenter Dieu en la personne de son Fils incarné en Jésus-Christ. Fils Jésus-Christ sont aussi très populaires. L’iconoclasme est un phénomène qui reste difficile à cerner, car les sources iconoclastes ont presque toutes disparu, d’où la difficulté de savoir précisément les origines, les causes et les enjeux d’un tel mouvement.

Cependant, en interprétant les sources, la question peut être éclairée. La querelle des icônes éclate en 726, sous l’empereur Léon III. Les iconodules accusent les iconoclastes de penser comme les musulmans. Il est en effet possible que Léon III ait été influencé par la proximité du monde islamique, à qui l’idée même d’une représentation visuelle de Dieu est odieuse.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.