L’Etranger dans la Grèce antique PDF

Molière où elle croise le chemin de Christiane Desroches Noblecourt, future archéologue spécialiste en égyptologie. Elle garde néanmoins le nom de son mari, ainsi qu’une maison de famille en Provence, au pied de la montagne Sainte-Victoire. Elle présente sa thèse d’État en 1947 sous le titre Thucydide et l’impérialisme athénien, la pensée l’Etranger dans la Grèce antique PDF l’historien et la genèse de l’œuvre. Elle y dispense un cours sur La Grèce et la formation de la pensée morale et politique.


 » – Qui es-tu ? d’où viens-tu ? et quelle est ta patrie ?
De quel nom dois-je t’appeler ?
– Je suis Créuse, fille d’Erechtée ; Athènes est ma patrie.
– La cité est illustre et haute est la lignée (…)
– Tout mon bonheur tient en ces mots, étranger !  »
Euripide, Ion, 258-264.
L’étranger, à l’époque archaïque, n’a pour carte d’identité que ces quelques paroles…
Venant d’une cité, il tente tout d’abord de ne pas paraître  » étrange  » et recherche un hôte qui veuille bien lui expliquer  » les coutumes du pays « …
A l’époque classique, la Grèce s’ouvre au commerce et les contacts s’intensifient. Les notions modernes d’ambassadeur et de consul (proxène) apparaissent, et avec elles, une ébauche de droit international.
Les premiers grands périples, les concours sportifs, les pèlerinages aux sanctuaires et les conflits sont autant de prétextes au contact et à la découverte de  » l’Autre  » et de son extrême culturel, le Barbare et son parfum d’exotisme.
A l’époque hellénistique, les villes grossissent, les peuples se mêlent dans les rues des grandes capitales culturelles et commerciales. Les étrangers se retrouvent dans la noblesse des grandes cours, dans des clubs, des associations, des sociétés à succursales multiples et une législation est mise en place.
On limite l’immigration, on évite la xénophobie et le racisme, on différencie l’étranger résidant (le métèque) du voyageur sans domicile fixe.
L’expérience crée la loi ; et dans sa volonté de devenir le  » citoyen du monde « , le Grec tente de résoudre tout problème de relation entre les hommes.

Jacqueline de Romilly s’est signalée par son engagement en faveur de l’étude dans l’enseignement secondaire du grec ancien et du latin. Profondément blessée par les événements de Mai 68, durant lesquels certains considèrent comme inutile, bourgeois et élitiste l’enseignement des langues anciennes, elle publie l’année suivante Nous autres, professeurs aux éditions Fayard, pour défendre les professeurs dévoués à l’enseignement d’une culture solide. Elle milite dans diverses associations qui encouragent l’étude des humanités et le renouveau des valeurs civiques. Elle préside l’association Guillaume-Budé de 1981 à 1983, puis en devient présidente d’honneur. Elle passe à Apostrophes, l’émission célèbre de Bernard Pivot, et y gagne une grande popularité. Pour son inlassable défense et son illustration des études grecques classiques, elle est honorée de la nationalité grecque en 1995.

La cérémonie a lieu sur la Pnyx. Elle est élue à l’Académie des inscriptions et belles-lettres le 14 février 1975, au fauteuil de l’helléniste Pierre Chantraine. Elle demeure la seule femme à avoir été membre de deux académies de l’Institut de France. Académie des inscriptions et belles-lettres en 1975. Elle reçoit sous la Coupole Hector Bianciotti en 1997, et est déléguée à la séance publique annuelle des cinq Académies en 1994 et en 2008. En 2009, elle devient la doyenne d’âge de l’Académie française, à la mort de Claude Lévi-Strauss. L’éditeur Bernard de Fallois lui rend un hommage appuyé :  Elle désarmait par son espèce d’autorité naturelle.

De nombreuses personnalités politiques rendent hommage à Jacqueline de Romilly. Aux États-Unis, la presse salue une  figure prééminente de la littérature du XXe siècle . Avoir été juive sous l’Occupation, finir seule, presque aveugle, sans enfants et sans famille, est-ce vraiment sensationnel ? Mais ma vie de professeur a été, d’un bout à l’autre, celle que je souhaitais. Elle dit apprécier ses capacités d’historien à faire ressortir les éléments essentiels, et à analyser les causes et conséquences des évènements qu’il étudie.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.