L’Envol des tourterelles PDF

Quels oiseaux peuvent vivre en colonie ? Alors voilà , j’l’Envol des tourterelles PDF avoir vos avis .


En premier lieu, j’ai pensé aux collier. Cà d plusieurs couple de collier ensemble ? En période de repro et hors période de repro. Et peuvent elle cohabiter avec des cailles de chines et des tourterelles diamants ? Sinon, si vous connaissez une espèce de perruche qui peuvent correspondre à  ces critères, pouvez vous s’il vous plaît m’indiquer quelle perruche peuvent vivre dans ces paramètres ? D’avance, je vous remercies pour vos infos. Re: Quels oiseaux peuvent vivre en colonie ?

Ensuite ce type d’oiseaux avec des tourterelles ou des cailles. Juste pour exemple, en général on met un couple de perruche à  collier dans une volière « moyenne » de 3 x 2 x 2m de preference avec une partie abrité. Par contre il ya plisieurs espèce possible pour ce volume. Les calopsittes, ou les agapornis pour ne citer que ceux là . 2 couples dans 9x2x2 les 2 on reproduit, les molinaes 2 couples 3x2x1 les deux ont reproduit, les catherines 3 couples 3x2x1, les agapornis fischers même dimensions reproduit aussi, les baraband 2 couples 4x2x2 repdroduit, les perlata 2couples pas reproduit mais les oiseaux ce cochent jeunes 3x2x1, et les aras 2 couples subadulte en colonie severe et ararauna couple formé, seul les severe commencent a chauffé 10×2. Alors, je serais plus intéressé par des grandes perruches ou des perruches avec lesquelles on peut travailler les mutations.

Les perruches souris, effectivement ça devrait être pas mal de les voir évoluer en colonie et faire leurs construction de nid . Seulement combien de couple de souris pourraient cohabiter ensemble dans cette volière? Là , je pense qu’on exclut aussi les cailles de chine et tourterelle diamant avec cette espèce ? Sinon, si vous avez d’autres propositions d’espèce? A mon avis la colonie n’est pas adaptée à  ta volière, sans être petite elle est quand même pas immense sachant qu’en colonie la règle c’est au moins 3 couples donc 6 oiseaux minimum en permanence. Et surtout ça reste un simple couloir donc un oiseau ne peut échapper au regard d’un autre ce qui attise les tensions. Raf avait fait un excellent message sur les conditions à  réunir pour un élevage en colonie réussi, tu devrais fouiller dans ses messages pour voir comment adapter ton projet.

Tu dit avoir envie de travailler les mutations. Mais tu exclus les agapornis et les calopsittes? Sais tu seulement combien de mutations sont possible juste avec ces deux espèces là ? Calypso : oui, mais je ne veux pas mettre dix couples d’une espèce, juste deux couple ou trois maximum !

La seule cohabitation qu’il y aurait, c’est juste un couple de caille de chine et un couple de tourterelle diamant. Bien sûr si ça ne marchera pas, je ne tenterais pas d’introduire ces espèces ! Dake : Je ne cherche pas spécialement travailler une couleur mais je souhaite juste avoir des perruches d’une même espèce avec différentes mutation. Oui, je me suis mal exprimé, je ne veux pas travailler les couleurs mais je veux avoir plusieurs mutation de la même espèce. C’est pour cette raison quand je dis colonie, je veux parler de 2 voir maximum 3 couples mais pas plus ! De toute façon, pour une colonie de « grandes perruche » la volière me semble bien petite.

Et que chaque fois qu’un conseil est difusé, il est systhématiquement critiqué et rejeté. Chez de nombreux éleveurs respectables, qui respectent d’ailleurs leurs oiseaux en ne les séquestrant pas dans quelques décimètres carrés, les volières communes existent sans finalités de boucherie-charcuterie. Mettre en garde les débutants sur des erreurs fréquement commises, OK, c’est entre autres un des rôles de nos forums. C’est de l’angélisme que de laisser toujours les gens se lancer dans la détention d’oiseaux, de façon minimaliste. Un oiseau supporte un petit espace, bien sûr il n’a pas d’autre choix, ni moyens d’exprimer son mal-être. Alors, partant de là , c’est sûr qu’il ne faut pas encourager le groupe, la colonie ou la cohabitation d’espèces. 60x40x40 cm ou 3x1x2 m pour la totalité de leur existence en mettant leurs actes aggressifs sur le compte de l’instinct ou de l’absence de jugement moral.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.