L’Appel: La Sortie Est Vers L’Interieur PDF

Un carré de 9 x 9  contient 81 cases, on le dit magique, lorsque sont présents tous les chiffres de 1 à 81, et que le total des lignes, des colonnes, des diagonales est semblable. Le Sieur Gilardoni, mathématicien, se proposa, sur commande du Cardinal Alessandro Albani, de construire un carré magique original pour le faire graver dans une table murale de marbre de la Villa L’Appel: La Sortie Est Vers L’Interieur PDF en construction à Rome, ceci en 1766.


En s’inscrivant sur un site de rencontre pour célibataires, suite à une désillusion, AZac Dante ne s’attendait pas à tomber sur une jeune femme si énigmatique, Anya. Elle lui révèle être une Fille du vent : « Certains récits de batailles parlent de notre peuple sur Gaïa, écrits sous forme d’histoires, de chants, de légendes. Nous sommes systématiquement des peuples de guerrières : les Valkyries, les Amazones, les filles d’Éole par exemple. Nous vous accompagnons depuis la nuit de vos temps, lorsque les autres ont enfermé votre peuple sur Gaïa, dans le corps de chaque humain, il y a près de 40 000 ans. Nous sommes aujourd’hui en Bouriatie. » Au fil de leur conversation, parsemée de rebondissements, toutes les certitudes d’AZac sont ébranlées et s’effondrent, tel un château de cartes. La situation prend une tournure surréaliste et cocasse tandis qu’Anya lui montre quelques échantillons de ses capacités surnaturelles. Il découvre que cette rencontre n’est pas le fruit du hasard. Elle lui aurait répondu, après qu’il ait lancé une balise de détresse. Il n’a plus d’autre choix que de se confronter à son destin, en suivant un seul conseil. « Pour quitter cette planète carcérale, il n’y a qu’une direction, tout droit là, au plus profond de toi, là où au départ il fait très noir, sourire. C’était le V.I.T.R.I.O.L des alchimistes, mais ceux-ci n’ont pas compris. »

Gilardoni, méthode qu’ils n’ont pas découverte depuis 251 ans. Arsène DURUPT prétend qu’il ne s’agit que d’un « leurre » installé pour les tromper. Pâques 2018, il l’a appelé « Mon 9 de Pâques ». NOUVEAU  un leurre porté à 17 éléments ! Carte postales anciennes de collections particulières.

Le 19 juin 1988 la ville d’Auxonne commémorait le bicentenaire du séjour de Bonaparte à l’Ecole Royale d’Artillerie d’Auxonne. J’avais eu  la mission de réaliser pour le Musée Bonaparte une exposition historique qui dura tout l’été et qui connut un grand succès. Un Journal de l’exposition  « Bonaparte à Auxonne »  fut imprimé et vendu, il faisait le point sur le séjour de Bonaparte dans nos murs et sur les traces qu’il a laissées dans l’histoire et la mémoire locale. 1788-1791 Ce séjour dura 19 mois, car il fut entrecoupé d’un long congé que Bonaparte passa en Corse, son île natale. Napoléon Bonaparte est alors un jeune homme de 19 ans qui arrive comme lieutenant en second  au Régiment de la Fère et pour apprendre le métier d’artilleur à l’Ecole d’Auxonne.

Le Musée Bonaparte situé au Château dans la Tour Notre-Dame a fermé en  2012 pour être transféré et réorganisé dans des locaux mieux adaptés. Depuis, le temps a passé sans qu’un projet prenne forme officiellement, et l’on peut s’en inquiéter. Vous pourrez ainsi, grâce à ces documents, connaître les détails du séjour et l’empreinte  qu’il a imprimée dans la mémoire de la ville. Par la suite nous actualiserons ces connaissances  par la publication de nouveaux articles en approfondissant certains aspects. Nos prédécesseurs du 19ème siècle, qu’ils soient  hommes politiques, historiens ou simples habitants, ont participé à l’élaboration du mythe avec patience et obstination, ils ont écrit des témoignages et rassemblé des objets pour en faire un musée.

Lundi 19 juin 1865, la chaleur est étouffante et le ciel toujours sans nuages. Gare une vaste et sinistre lueur dans la plaine, sans pouvoir localiser précisément l’incendie. Champdôtre, village distant de 9 km. La compagnie de pompiers part avec ses hommes et une pompe tirée par un cheval. L’incendie s’est déclaré à 9h et demie dans des hébergeages et avant qu’aucun secours ait pu être organisé, plusieurs maisons étaient déjà embrasées.

La plupart des maisons couvertes en chaume, avec des escaliers en bois et des murs en colombages, apportent des aliments de choix aux flammes. L’incendie détruit 90 maisons occupées par 95 familles composées de 320 personnes. Les mobiliers, les récoltes et les bestiaux qu’elles renfermaient sont devenus aussi la proie des flammes. Les pertes sont évaluées de 3 à 400,000 fr, mais une partie importante est couverte par les assurances. Plus de la moitié des habitants du village se trouvent à la rue, sans pain et sans asile.

Les habitants d’Auxonne ont envoyé sans tarder du pain et des vêtements. Dés le lendemain matin le Préfet part au premier train pour se rendre sur place et organiser l’aide aux victimes. Dés le lendemain de l’incendie un habitant du village, Claude Boudriot, est mis en état d’arrestation, soupçonné d’avoir mis le feu pour satisfaire une vengeance personnelle. Il sera jugé coupable avec des circonstances atténuantes, lors de la session d’assises du 23 août 1865 et condamné à 20 ans de travaux forcés. Très vite, au mois de novembre 1865, le Conseil municipal de Champdôtre propose le lotissement du terrain communal de La Gueulotte à bas prix, pour faciliter la reconstruction des bâtiments  incendiés en prévoyant  plus d’espace autour des maisons, pour les isoler les unes des autres. La station télégraphique de Champdôtre ne sera installée qu’en 1887 , avec l’ouverture de la gare.

Lanaud-Merme pour avoir conduit la pompe à l’incendie de Champdôtre 15,50fr. Payé à Munier-Royer pour fourniture de fromage distribué aux incendiés de Champdôtre 87,75fr. L’histoire de Champdôtre au fil des siècles par Maurice Parizot, avec J. Les journaux de l’époque, L’Union Bourguignonne et l’Echo Bourguignon de septembre 1865 donnent un compte-rendu identique de cette Treizième affaire de la session des Assises à Dijon, avec de nombreux détails sur la personnalité de Claude Boudriot, sur ses motivations, mais  sans expliquer le pourquoi des circonstances atténuantes. Dijon, paraît les lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi.

Conservé aux Archives Départementales de la Côte d’Or – Cote PER 167  Art. C’est le mardi 20 juin et le mercredi 21 juin, donc très vite le lendemain et surlendemain de l’événement, que ce journal dijonnais donne l’information. Je suis né le 7 mars 1947 à Tréclun de parents agriculteurs, j’ai passé toutes mes vacances scolaires en moisson et à la récolte des oignons. Bien encré dans le territoire, les trois quarts de ma généalogie sont situés entre Genlis et Auxonne.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.