L’évêque et le territoire : L’invention médiévale de l’espace PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce l’évêque et le territoire : L’invention médiévale de l’espace PDF n’est plus pertinent, retirez-le.


Durant les longs siècles qui séparent l’effondrement de l’Empire romain de l’affirmation des  » grandes monarchies d’Occident « , l’Eglise a représenté la principale institution sociale et politique. Dans ses textes fondateurs, le christianisme des origines se présente comme une religion sans limites ni points d’ancrage, une religion sans frontières, fondée avant tout sur les relations interpersonnelles et le charisme des détenteurs de l’autorité. La cité n’est pas sur terre mais au ciel. Historiquement, l’Eglise s’est pourtant peu à peu instituée sur des lieux et des territoires au point d’être définie au début du XIIIe siècle comme un nouvel Empire au sein duquel l’autorité du pape rayonne, Urbi et orbi, sur l’ensemble des provinces et des évêchés de la Chrétienté. Depuis le XIXe siècle, les historiens ont considéré que l’Eglise médiévale avait hérité et du même coup entraîné la conservation des formes territoriales de l’Empire romain. Dans ce cadre, l’évêque était implicitement considéré comme le successeur direct des anciens magistrats romains. Le pari de cet ouvrage est de considérer, au contraire, qu’en modifiant le sens, les usages et les formes de l’espace hérités de la Rome antique, les évolutions conjuguées de la société chrétienne et de l’institution ecclésiale ont en réalité produit un nouveau rapport à l’espace. Le pouvoir épiscopal apparaît dans cette perspective comme le creuset d’une nouvelle souveraineté fondée sur un rapport territorialisé au peuple des fidèles à travers l’exercice d’une juridiction et d’une fiscalité spécifiques : cette nouvelle souveraineté inventée entre le Xe et le XIIIe siècle, dans les siècles centraux du Moyen Age, inspira les Etats princiers ou monarchiques. S’intéresser à la manière dont les évêques du Moyen Age pensèrent et exercèrent leur emprise sur la société à travers l’espace, c’est à la fois renvoyer Rome à son antiquité, restaurer de la discontinuité dans l’histoire et réévaluer la matrice ecclésiale des formes modernes de la souveraineté territoriale.

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Un évêque au Moyen Âge, dalle représentant l’évêque de Laon. Un évêque Écouter est celui qui a autorité sur une Église chrétienne particulière ou un diocèse. Dans le catholicisme, chaque évêque d’aujourd’hui a été ordonné par un ou plusieurs évêques issus d’une chaîne d’ordonnateurs qui, théoriquement, remonte dans le temps jusqu’à un des apôtres du Christ. Dans le protestantisme, il s’agit en général d’une fonction d’Église élective et non d’un ordre sacramentel. Le mot est plusieurs fois utilisé dans les lettres de saint Paul. La plus ancienne organisation de l’Église de Jérusalem ressemble à celle des synagogues juives, mais elle a un conseil ou un collège de prêtres ordonnés, le presbytérium.

Dans les premiers temps, la zone de juridiction d’un évêque peut souvent, notamment en Afrique du Nord, se restreindre à une ville ou à une bourgade, sans être un « diocèse » complet au sens où on le connaîtra plus tard. Très rapidement, une hiérarchie entre les évêques finit cependant par apparaître, les évêques de villes politiquement plus importantes, pouvant aussi souvent se réclamer d’une origine apostolique plus directe, président aux affaires des évêques d’une région donnée. Ce qu’on appelle la succession apostolique consiste en la consécration d’un nouvel évêque par un, ou plusieurs évêques, eux-mêmes validement consacrés. Le concile de Nicée a précisé qu’il fallait la présence d’au moins trois évêques.

Mais en cas de nécessité, la présence d’un seul suffit. Ces trois éléments, normalement unis et coordonnés l’un à l’autre, peuvent être accidentellement disjoints. La titulature et la juridiction peuvent varier, en cas de démission, ou de mutation de siège, par exemple. Le pouvoir d’ordre est donné pour toujours : sacerdos in aeternum. Le pouvoir d’ordre, quant à lui, est unique et identique pour tous les évêques. Il fonde ce qu’on appelle la collégialité épiscopale. Tous trois, titulature, pouvoir d’ordre et juridiction, sont une participation au sacerdoce du Christ, unique vrai prêtre et pasteur.

Dans l’Église catholique, les évêques sont nommés par le pape, à partir de listes transmises à Rome par le nonce apostolique, établies par les évêques d’une même province ou même région ecclésiastique. Chaque évêque a le droit de faire des propositions. L’évêque occupe le degré suprême de la hiérarchie ecclésiastique. Il est le successeur des apôtres qui préside à l’eucharistie.

This entry was posted in Sciences, Techniques et Médecine. Bookmark the permalink.