Je vis ma vie comme je vis mon corps : Les clés de l’équilibre et de l’harmonie PDF

Please forward this error screen to hybrid1527. Je vis ma vie comme je vis mon corps : Les clés de l’équilibre et de l’harmonie PDF pleurer de bonheur pour pas trop cher, c’est toujours à Paris 17e, sur rendez-vous.


Tombés du ciel, échappés du circuit, hors de leurs grandioses laboratoires, les ingénieurs fous issus des terroirs français sont lâchés. L’automobile, l’aéronautique, le spatial ne suffisaient plus à ces gens qui se jettent dans le marigot de la hi-fi ultra haut de gamme ! Comment ces gens expliquent leur travail, leur projet, leurs blablas technologiques, pour une fois on vous laissera le découvrir par vous-même en vous renvoyant aux sites web des marques concernées. Ne soyez pas surpris si certaines gardent leurs petits secrets-défenses. Nous, nous avons jugé du résultat. Ces produits font-ils rêver, hurler de joie ou d’effroi ? Faut-il adhérer à des projets aussi démesurés, les soutenir, les décourager ?

Certes, ils ne nous ont pas attendus pour y penser. Saluons la performance de chacun de ces concepteurs et entrepreneurs français enfin un peu ambitieux. Didier Kwak, un vieux gamin encore plus cinglé que tous les autres réunis ? Nodal Audio LMP1 Symphonie et son câble P-XX, la seule barrette hallucinogène autorisée par la police. Des concepteurs plus gentils, un accent normand plus fort encore ? Bruno Morata, le cordial et charmant représentant de la maison Apurna. D’autant que la puissance annoncée – phénoménale – ramène les blocs Apurna dans la catégorie  grosses bouzines  qu’on affectionne peu.

En revanche l’idée de la customisation proposée qui ravira les dames – parce que c’est l’œuvre d’une dame ? Que vaudrait le plumage sans le ramage n’est-ce pas ? Alors que vaudrait le plumage sans le panache ? Nous avons concentré les écoutes autour des enceintes AVA de ppfff, et franchement, quel grand moment. La gamme se décline, les électroniques Apurna seront bientôt accessibles aux petites fortunes, ainsi sortent du nid en septembre, Prélude l’ampli et Prélude l’intégré. Vous savez que nous avons été conquis par le tour de force de l’AVA à réussir la quadrature du cercle : rigueur, richesses des timbres, espace sonore, expressivité et jouissance au premier degré, ne rechignant pas au grand spectacle. On pourrait estimer que c’est la même chose en superlatif, mais ça ne donnerait pas véritablement idée de ce qu’elles sont.

Pandora enfonce plus loin le clou du réalisme sur tous les critères, soit, mais en y ajoutant une dimension rarissime, une façon de buriner l’espace avec autorité et détermination, qui rappelle les meilleurs enceintes à pavillons, mais avec probablement une homogénéité supérieure et dans un encombrement nettement plus logeable. Il faut dire que dans un monde où une barrette à quat’ zéros trouve naturellement sa place, Pandora de ppfff est bien positionnée. De surcroît n’oublions pas tout ce que ce genre d’ambition requiert en temps de développement, fabrication, représentation, communication, évènements, relais divers pour conquérir les terres lointaines. Les autres acteurs de la noblesse fronçaise ?

This entry was posted in Humour. Bookmark the permalink.