Institution et changement : Processus psychique et organisation PDF

L’ouvrage sort de l’oubli grâce à la réédition allemande de 1969 — l’édition institution et changement : Processus psychique et organisation PDF de 1976 est un succès en librairie. Pierre Kamnitzer, publié en 1975 sous le titre La Dynamique de l’Occident.


Cet ouvrage a été conçu dans un rapport étroit entre le travail clinique sur le terrain et l’élaboration de concepts utiles à l’analyse, en dialogue avec différentes théories de la psychanalyse et des sciences humaines portant sur l’institution et le changement.

Traiter de l’évolution des structures, de changements individuels et collectifs, concerne le vécu des personnes dans des équipes, des services, des établissements dont elles font partie, mais qui font aussi partie d’elles-mêmes. L’approche que proposent les auteurs est centrée sur les processus psychiques, sur les difficultés, les conflits, les souffrances éprouvées dans le cadre professionnel.

L’analyse d’institution est un travail d’élaboration au sens psychanalytique du terme, qui demande du temps, un cadre complexe et rigoureux, et concerne à la fois l’évolution des processus psychiques au plan individuel et collectif, et des changements du système d’organisation en rapport à de nouvelles valeurs instituantes. Les exemples cliniques qu’ils développent ici permettent au lecteur d’en comprendre les étapes et d’en mesurer les effets et les implications.

Face à une «désinstitutionnalisation» du soin et du travail social, où la logique de marché, le discours financier et managérial deviennent dominants, dans une méconnaissance des systèmes d’organisation et de la conduite du changement, les références de la pratique développée par les auteurs et la rigueur de l’approche permettent de traiter de l’éclatement des structures et de leurs effets traumatiques, au plan personnel et institutionnel.

Jean Claude Rouchy, psychanalyste, analyste didacticien de groupe, rédacteur en chef de la Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe (érès) et de Connexions (érès). Ancien président de la Fédération des associations de psychothérapie analytique de groupe, il a été membre fondateur de l’ARIP, Association pour la recherche et l’intervention psychosociologique et de Transition, Association européenne d’analyse de groupe et d’institution.

Monique Soula Desroche, analyste didacticienne de groupe et d’institutions, psychanalyste, chargée de cours à l’Institut de psychologie de Paris V. Elle est membre du comité de rédaction de Connexions et membre fondateur de l’association Transition.

Les pages 1 à 122 du second tome, à savoir, dans le chapitre 3 consacré à  La sociogenèse de la civilisation occidentale , la première partie sur  Les mécanismes de la féodalisation , sont restées inédites en français. Renaissance, la pacification progressive de l’Europe, ainsi que l’accroissement de la puissance économique, puis politique, de la bourgeoisie, provoque un double mouvement. L’extension progressive de l’intériorisation des règles sociales à toute la population et son résultat peuvent être appelés civilisation. Les manières de table médiévales apparaissent frustes, les manuels recommandent de ne pas cracher à table, de ne pas s’y curer le nez, de s’essuyer les doigts dans la nappe et non sur ses vêtements, d’essuyer la soupière collective dans laquelle on a bu Les progrès de la civilité provoqueront l’apparition de la fourchette, ainsi que des assiettes et des verres individuels, et mettra un terme à la présence d’animaux entiers sur la table.

Les besoins naturels sont satisfaits en public, sans gêne, le roi reçoit par exemple à certaines époques sur sa chaise percée, les femmes aristocrates sont lavées par leur valet. L’intériorisation des règles de pudeur limitera la satisfaction de ces besoins à la sphère familiale, ou les repoussera dans des enclaves. La tendance au refoulement des fonctions naturelles provoquera l’apparition de crachoirs, plus prestigieux, puis l’intériorisation de l’interdiction du crachat provoquera la disparition même du besoin. Tandis que l’on dormait nu au Moyen Âge, hommes et femmes ensemble, tous dans la même pièce, l’augmentation du seuil de la pudeur repoussera cette activité dans la sphère intime et la nudité sera cachée par la chemise de nuit. L’activité sexuelle, autrefois moins cachée, est également repoussée dans des enclaves et sa légitimité progressivement limitée à la seule famille. Son évocation elle-même devient source de gêne. Au Moyen Âge, la violence, tout comme l’amour, se manifeste de façon très intense.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.