Innovation participative. Remettre l’humain au coeur des entreprises PDF

Please innovation participative. Remettre l’humain au coeur des entreprises PDF this error screen to world-320. Il s’agit souvent d’un aspect des ressources humaines ou de la gestion de la satisfaction client. Un élément essentiel d’un SMI est la reconnaissance des auteurs d’idées.


L’innovation participative, vous n’en avez jamais entendu parler, vous l’avez testée ou vous voulez la
mettre en place, ce livre s’adresse à tous ceux qui sont désireux de mieux connaître la démarche, son
histoire, son contenu, ses réalisations et ses perspectives de développement. Riches de témoignages de praticiens en entreprises, de partenaires, sous le sceau de l’association Innov’Acteurs, les co-auteurs nous rappellent quelques fondamentaux pour réussir et nous alertent sur les écueils à éviter. Un ouvrage à la fois pédagogique, pratique et démonstratif d’une démarche existante en plein essor. Plus qu’un énième outil de management, ce livre interpelle sur les enjeux sociétaux et les défis que doivent aujourd’hui relever les entreprises.

Mais il peut être préférable que l’auteur reste anonyme pour éviter toute peur de représailles. Le management des idées est souvent associé à l’innovation participative, bien que toutes les idées intéressantes ne soient pas forcément des innovations à proprement parler. La mise en place d’un management des idées au sein d’une organisation, soit un projet d’innovation participative, se réalise généralement en six phases. D ou Innovation et Communication Interne, voire des sociétés de conseil externes spécialisées. Un plan de communication propre au programme d’innovation participative est mis en œuvre pour accompagner la dynamique de management des idées.

La collecte des différentes idées peut se faire de bien des manières différentes, allant de la simple boîte à idées, un logiciel dédié en mode Intranet, voire à un site Web. Les thèmes d’idées sont souvent libres, mais peuvent également être proposés par la direction de l’entreprise. Les idées sont collectées et chacune est évaluée, par exemple par le supérieur hiérarchique direct de son auteur. Dans le même temps, elle est rendue publique à tout ou partie des membres de l’organisation.

Autant que possible, il est conseillé d’impliquer l’auteur de l’idée dans sa réalisation. Celle-ci est généralement décomposée en une phase de test, suivie d’une évaluation permettant de déterminer si cette idée peut être largement implémentée, voir devenir une bonne pratique. Un élément essentiel d’un SMI est la reconnaissance des auteurs d’idées, ce que l’on appelle l’innovation participative. La dernière, mais pas la moindre, des phases de mise en place du système concerne les mesures de pilotage et de performance de celui-ci. Le but de ce pilotage est triple, pouvoir d’un côté chiffrer la valeur ajoutée des idées, prendre conscience du taux de créativité des employés et évaluer la performance des dirigeants dans la stimulation des idées et dans leur mise en place. Ce sont des applications Web qui gèrent la collecte, le traitement, l’enrichissement et enfin l’implémentation des idées. Il existe différents éditeurs sur le marché français.

Certaines entreprises ont fait le choix de développer leur propres applicatifs. Les ouvrages doivent être  de référence  dans le domaine du sujet de l’article dans lequel ils apparaissent. Isaac Getz et Alan Robinson, Vos idées changent tout ! Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 18 avril 2018 à 19:06. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. L’innovation est l’action d’innover, c’est-à-dire de chercher à améliorer constamment l’existant. Par ailleurs, son utilisation en tant que buzzword en fait un terme très polysémique en pratique. Il vient du mot latin innovare qui signifie  revenir à, renouveler . Innovare quant à lui est composé du verbe novare de racine novus, qui veut dire  changer ,  nouveau , et du préfixe in-, qui indique un mouvement vers l’intérieur.

Dans la terminologie juridique au Moyen Âge :  introduire quelque chose de nouveau dans une chose établie , d’où l’acception de renouveler. C’est à cette même période que le mot innover signifie faire preuve d’inventivité, créer des choses nouvelles, sens qu’il a encore en partie aujourd’hui. Elle est ensuite réintégré, dans un sens politique par Machiavel dans Le prince en 1513, puis par F. Ce dernier réinvente le mot et le concept, en en faisant un synonyme de progrès finalisé. Mais depuis les années 1970, une vision et une compréhension plus économique est devenue « dominante » dans ce secteur qui ne considère plus l’innovation technologique que définie comme invention commercialisée.

Selon Patrick Brézillon,  L’innovation est la concrétisation d’une idée nouvelle que s’approprie un public car correspondant à ses besoins ou attentes explicites ou insoupçonnés jusqu’alors. Selon Arnaud Groff  Pour une entreprise, capacité à créer de la valeur en apportant quelque chose de nouveau dans un domaine donné tout en s’assurant que l’appropriation de cette nouveauté se fasse de manière optimale. L’innovation est un phénomène polymorphe et complexe qui se manifeste au travers de produits, de composants, de services, de procédés, de pratiques sociales ou sportives, de logiciels, de technologie, de business model, etc. Une innovation est un nouveau produit qui a eu du succès. Ainsi donc l’innovation se base sur le désir d’innover, ce désir de faire toujours mieux. L’outil propre aux entrepreneurs, le moyen grâce auquel ils exploitent le changement en tant qu’opportunité pour créer des activités ou des services différents. L’introduction de processus déjà existants dans d’autres organisations, qui deviennent alors des innovations dans mon organisation.

Harley-Davidson, 100 ans d’améliorations sans véritables innovations sinon celle du moteur Porsche. Harley-Davidson, fondée en 1903, n’a jamais vraiment innové. Mais d’amélioration en amélioration, face à Honda et à sa Gold Wing, la marque est encore là. On oppose souvent le kaizen, amélioration continue interne, à l’innovation de rupture. Elles sont l’équivalent actuel des  grandes  inventions d’hier et correspondent à des nouveaux secteurs d’activité, marchés ou à des catégories de produits. Ce sont de nouvelles catégories générales de biens et de services.

Elles sont le plus souvent qualifiées d’ invention . Les innovations spécifiques sont des produits, services, etc. Ce sont elles qui justifient la mise en place d’un management de l’innovation et l’adoption d’un processus d’innovation. L’innovation est un facteur clé de la compétitivité, compétitivité hors-prix et compétitivité par les prix. Au niveau de l’entreprise, elle permet une compétitivité hors-prix par l’inclusion d’avantages compétitifs dans son offre. La  compétitivité hors-prix  consiste à faire valoir des avantages compétitifs décisifs — autres que le prix de vente — pour l’acheteur et le consommateur potentiel.

Elle repose sur la capacité d’innovation et l’amélioration constante de la productivité et de la qualité. Cette forme de compétitivité entraîne généralement une hausse des prix de vente des biens ou services de l’entreprise, mais incite les consommateurs désireux d’une meilleure qualité, qui veulent  monter en gamme , à acheter ses produits. Le management de l’innovation est la mise en œuvre des techniques et dispositifs de gestion destinés à créer les conditions les plus favorables au développement d’innovations. L’innovation , qui est, elle, une des fonctions de l’entreprise, la fonction transverse qui cherche à assurer la production d’un maximum d’innovations, c’est-à-dire d’offres innovantes.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.