Inestimable, ép.6 PDF

Jacqueline Bouvier est d’origine irlandaise et anglaise, ainsi que française du côté paternel, à quatre générations. Pont-Saint-Esprit, qui s’installa à Philadelphie en 1815 après avoir servi dans l’armée de Napoléon Ier. Favorisée dès la naissance par la fortune, elle passe ses premières années à New York et à East Hampton, Long Island, à  Lasata , domaine familial de la famille Inestimable, ép.6 PDF, où elle devient, dès son très jeune âge, une cavalière accomplie, un sport qui demeurera une passion toute sa vie.


Emy se marie dans quelques semaines au très froid Nicolas Dambres-Villiers. Être enfin à l’abri du besoin, ne plus avoir peur du lendemain… elle ne demande rien de plus. L’amour n’est pour elle qu’un piège, un mensonge.
Stephen, escort-boy, ne respecte plus les femmes. Il sombre chaque jour un peu plus dans cette routine autodestructrice. Pourtant, il va suffire d’une mission pour que tout bascule, et que sa vie ne soit plus jamais la même…
Si différents… et pourtant si semblables. Ils ne partagent rien, si ce n’est une profonde solitude. Comment croire à nouveau que tout est possible, que deux êtres que tout oppose puissent avoir une chance de trouver le bonheur ?

Ange Deroy est l’alliance de deux plumes de la romance érotique française, deux amitiés, deux auteures si différentes… et pourtant si semblables.

Enfant, elle aime aussi le dessin, la littérature et la poésie. Cette enfance idyllique se termine lorsque ses parents se séparent. Alors que son père ne se remarie pas, sa mère épouse le richissime Hugh D. Auchincloss, en 1942, avec qui elle a deux enfants, Janet et James Auchincloss. Lasata était une résidence secondaire à East Hampton qui appartenait à la famille Bouvier et où Jacqueline Bouvier passait les étés de son enfance. Tandis que leur père John Bouvier est un catholique romain, leur mère Janet Lee est membre de l’Église épiscopalienne.

Jacqueline et Lee Bouvier fréquentent de temps en temps des cérémonies religieuses épiscopaliennes. New York, de 1935 à 1942, puis Holton Arms à Washington jusqu’en 1944. En 1947, après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires de la Miss Porter’s School, une institution de Farmington dans le Connecticut, elle est nommée  débutante de l’année . J’ai aimé cette année-là plus que n’importe laquelle de ma vie. Le fait d’être loin des miens m’a donné la chance de me contempler d’un regard cynique. J’ai appris à ne pas avoir honte d’une sincère passion pour les études.

Auparavant, j’avais toujours essayé de la cacher, mais quand je suis retournée aux États-Unis, je fus heureuse de pouvoir continuer mes études auprès de ma famille. France en 1950, Jacqueline Bouvier ne poursuit pas ses études à Vassar, mais à l’Université George Washington afin de ne pas être trop éloignée de ses proches. Depuis qu’elle est jeune fille, elle écrit des essais parfois publiés dans les journaux locaux. Oscar Wilde, le poète Charles Baudelaire et l’imprésario Serge de Diaghilev. Elle gagne le concours haut la main, devançant quelque 1 300 concurrentes.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.