Imagerie en pathologie d’urgence PDF

Cet article est une ébauche concernant la médecine. La nosologie quant à imagerie en pathologie d’urgence PDF a pour objet la classification des maladies. La pathologie humaine est une spécialité médicale. Articles détaillés : Psychopathologie et Troubles mentaux.


En psychologie, l’étude du pathologique relève de la psychopathologie. Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, Louvain-la-Neuve, De Boek Supérieur, 2013, 783 p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 3 décembre 2018 à 15:19. Le médecin ou le vétérinaire spécialisé en anatomo-pathologie est appelé anatomo-pathologiste, ou pathologiste. Le premier traité d’anatomo-pathologie publié fut, en 1679, celui de Théophile Bonet, un médecin genevois, Sepulchretum: sive anatomia practica ex cadaveribus morbo denalis.

Rudolf Virchow fera une contribution notable. En France, la première chaire universitaire indépendante de cette discipline est créée par Jean Lobstein en 1819, à la Faculté de Médecine de l’Université de Strasbourg. La pathologie est l’étude des maladies. Elle intègre l’anatomo-pathologie, l’épidémiologie, la pathogénie, la sémiologie etc. Le mot  pathologie  n’est donc pas un synonyme de  maladie , et ne doit être utilisé qu’au singulier. L’anatomo-pathologie étudie les lésions macroscopiques et microscopiques de tissus prélevés sur des êtres vivants malades ou décédés par biopsie, frottis ou biopsie extemporanée. Selon qu’elle s’intéresse à l’Homme ou à l’animal, on distingue l’anatomo-pathologie humaine et l’anatomo-pathologie vétérinaire.

Elle a pour objectif d’analyser principalement au microscope les prélèvements tissulaires et tumoraux réalisés chez les patients et d’en déduire le diagnostic et les principaux facteurs de gravité de la tumeur, contribuant ainsi pour la plus grande part à la décision thérapeutique. Ces examens sont effectués sur tout prélèvement tumoral et constituent la base du diagnostic de cancer. Toutes les informations ainsi recueillies sont consignées dans un compte rendu signé engageant la responsabilité du pathologiste. Ce compte rendu constitue l’élément le plus important du dossier médical pour la prise de décision thérapeutique d’un sujet atteint d’un cancer. Tous les prélèvements confiés en pathologie sont préservés dans des petits blocs de paraffine. Cette conservation permanente des informations recueillies, des lames et blocs de paraffine constitue l’une des missions importantes des laboratoires de pathologie.

Ces laboratoires disposent souvent de centaines de milliers de tumeurs ainsi archivées permettant des analyses rétrospectives utiles pour une meilleure prise en charge des patients et indispensables pour faire progresser nos connaissances sur le cancer. Les laboratoires de pathologie des centres hospitalo-universitaires et des centres de lutte contre le cancer ont également mis en place des tumorothèques complétant les archives conventionnelles et permettant des analyses moléculaires plus élaborées. On définit par lésion toute modification non physiologique, macroscopique ou microscopique, d’une cellule, d’un tissu ou d’un organe, et survenant du vivant de l’animal. Afin de bien discerner lésions et non-lésions, l’anatomo-pathologie exige une bonne maîtrise des notions de base d’anatomie, d’histologie et de physiologie : il faut bien connaître le normal pour reconnaître l’anormal.

La cytopathologie est très souvent associée à l’anatomo-pathologie. L’anatomo-pathologie ne concerne pas l’étude de la composition des liquides biologiques, qui est dévolue à la biologie médicale. L’hématologie, qui étudie les éléments figurés du sang, s’est détachée de l’anatomo-pathologie et constitue une spécialité à part entière. Une classification simple des lésions et maladies est fondée sur leur étiologie.

Une première dichotomie s’effectue entre les lésions tumorales et les lésions non tumorales. Dans les lésions non tumorales, on considère les lésions d’origines inflammatoires, dégénératives, nutritionnelles, métaboliques, toxiques, infectieuses, physiques, chimiques, traumatiques, comportementales, génétiques, embryologiques, etc. L’œil est le premier outil du pathologiste. En effet, l’anatomo-pathologie est avant tout une science de la description.

This entry was posted in Dictionnaires, langues et encyclopédies. Bookmark the permalink.