Histoire ecclésiastique : Livres II et III PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche L’établissement d’une liste de canonicité de livres fondateurs est toujours le fait d’une autorité. Catholiques histoire ecclésiastique : Livres II et III PDF protestants n’ont pas le même canon des livres de l’Ancien Testament. Des divergences existent aussi entre les églises orientales. Les catholiques reconnaissent la plupart des livres contenus dans la Septante, fixée dès 270 av.


Le livre II de l’Histoire Ecclésiastique de Socrate couvre les règnes des fils de Constantin (337-361), le livre III ceux de Julien et Jovien (361-364). Comme dans le livre I l’histoire générale sert de cadre à l’histoire ecclésiastique. Le livre II mentionne quelques événements politiques, concernant surtout le règne de Constance II. Le livre III s’étend davantage sur Julien et sa politique : un long chapitre relate sa carrière avant son accession à l’empire, sa politique religieuse est aussi longuement rapportée ; l’expédition de Perse et la mort de Julien, l’avènement de Jovien et sa mort, donnent lieu à des récits plus brefs. Mais l’essentiel reste consacré à l’histoire ecclésiastique. La crise arienne tient naturellement une place considérable dans ces livres, en particulier dans le. livre II. Plusieurs des nombreux conciles qui suivirent celui de Nicée -celui d’Antioche de 341, dit de la Dédicace, ceux de Sardique (343), de Sirmium (351 et 357), de Milan (355), de Rimini (359), de Séleucie (359), de Constantinople (360), d’Antioche (361), d’Alexandrie (362), des Macédoniens, d’Antioche (363) donnent lieu à de copieuses notices, plusieurs des confessions de foi qui les préparent ou qu’ils produisent sont citées in extenso. Ces textes souvent mentionnés dans les histoires de la crise arienne, mais rarement lus, sont ici pour la première fois intégralement traduits en français. Dans le livre III, une des mesures de Julien, l’interdiction faite aux chrétiens d’enseigner, donne à Socrate l’occasion d’un long excursus qui est un vibrant plaidoyer pour la culture classique.

Les protestants devinrent adeptes de la version hébraïque au nom de sa plus grande antiquité tandis que les catholiques déniaient cette antiquité du fait des voyelles plus tardives. Ils argumentaient contre les protestants que la Septante était en usage chez les premiers chrétiens avant la fixation définitive du canon hébraïque et que la Bible ne saurait se comprendre sans la tradition fixée par le magistère à l’imitation de la tradition massorète. Cette affaire de voyelles tardives lança l’examen du dogme talmudique qui postulait que le Pentateuque était écrit par Moïse. Enfin, un dernier synode, sous Shammaï et Hillel aurait canonisé les livres Macchabées. La problématique essentielle, à cette époque, tentait de connaître le cheminement des apocryphes jusqu’à la version latine du canon, en dépit de l’estime de Jérôme pour le canon hébreu. Diaspora Juive les avait elle-même introduits, dans un premier temps dans la version grecque de Théodotion, et que de là ils fussent passés dans la version latine.

Un décompte unique des livres de l’Ancien Testament n’est pas possible car il varie suivant le canon de chaque confession. Ces sept premiers livres sont dans cet ordre dans toutes les éditions de la Bible. Toutefois, dans les bibles produites par le judaïsme, ces livres ne portent pas le même nom. Au lieu d’un titre, ce sont les premiers mots du livre qui le désignent. 1Les livres hébreux des Rois et de Samuel sont édités en grecs sous la dénomination I, II, III et IV Règnes. L’Esdras grec ne fait pas partie des canons hébreu, catholique et protestant.

Dans la Septante, Esdras B regroupe Esdras et Néhémie en un seul livre. 3 Comprend un psaume supplémentaire, le psaume 151. 5 Dans le canon éthiopien, le livre des Proverbes est parfois divisé en deux livres: Messale qui correspond aux chapitres 1 à 24 et Tägsas comprenant les chapitres 25 à 31. 6 Dans le canon éthiopien, les Deuxième et Troisième livres des Maccabées’ sont fusionnés. 11 Certaines versions syriaques contiennent cinq psaumes supplémentaires numérotés de 151 à 155.

Le psaume 151 correspond à celui ajouté à d’autres versions de la Bible. Le tableau ci-dessous compare le canon hébreu avec les canons de la Septante ainsi que de la Vulgate et les canons catholiques, orthodoxes et protestants. Les cellules de tableau vides indiquent qu’un livre est absent de ce canon. Plusieurs livres du canon orthodoxe oriental se trouvent également dans l’annexe de la Vulgate latine, anciennement la Bible officielle de l’Église catholique romaine. Le canon hébreu ou Tanakh est divisé en trois parties : la Torah ou la Loi qui regroupe les cinq premiers livres, les Nebiim qui regroupent les écrits des prophètes et les Ketubim qui rassemblent les autres écrits. Les canons chrétiens sont eux divisés en quatre parties.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.