Histoire de la chimie PDF

Cet indice de pollution est un indicateur du niveau de pollution attendu pour trois polluants dans l’agglomération parisienne. La qualité de l’air aux abords histoire de la chimie PDF l’A86 ouest. Respirons mieux dans le 20e : c’est parti ! 2010 Airparif – Design Clair et Net.


En 1900, le physicien allemand Max Planck introduisit l’idée de quantification de l’énergie, afin de proposer une formule pour la dépendance en fréquence observée pour l’énergie émise par le corps noir. En 1905, Albert Einstein expliqua l’effet photoélectrique en postulant que la lumière, ou plus généralement toute radiation électromagnétique, peut être divisé en un nombre fini de  quanta d’énergie  qui sont des points localisés dans l’espace. Ces quanta d’énergie seront appelés plus tard  photons , terme introduit par Gilbert Newton Lewis en 1926. Elles sont connues sous la désignation d’ancienne théorie quantique. En 1924, le physicien français Louis de Broglie proposa sa théorie d’ondes de matière en postulant que les particules pouvaient montrer des caractéristiques ondulatoires, et vice-versa pour la lumière. Werner Heisenberg formula son principe d’incertitude en 1927, et l’interprétation de Copenhague commença à prendre forme à peu près à la même époque. Dès 1927, des essais furent effectués pour appliquer la mécanique quantique à des champs plutôt qu’à de simples particules, donnant naissance à ce qui est connu sous le nom générique de théorie quantique des champs.

La chronologie suivante montre les étapes clés et les contributeurs dans le développement de la mécanique quantique et la chimie quantique. Note que les muscles des grenouilles mortes s’agitent lorsqu’elles sont touchées par une décharge, qu’il appela électricité animale. Invente la pile voltaïque, ou  batterie , dans le but de contrer la théorie de Galvani sur l’électricité animale. Propose la théorie de la valence en posant que chaque élément chimique possède une  puissance combinatrice , e. Pose le problème du corps noir, c’est-à-dire comme l’intensité du rayonnement électromagnétique émis par un corps noir dépend de la fréquence de la radiation et de la température du corps.

Suggère que les états d’énergie d’un système physique peuvent être discrets. Montre que les rayons cathodiques, contrairement aux rayons lumineux, peuvent être courbés dans un champ magnétique. Découvre que les quatre bandes visibles du spectre de l’hydrogène peuvent être assignés à des entiers dans une série. Modifie la formule de Balmer afin d’inclure d’autres séries de bandes afin de donner la formule de Rydberg. Propose une théorie de l’affinité et de la valence dans laquelle l’affinité est une force attractive issue du centre de l’atome agissant uniformément à partir de toutes les parties de la surface sphérique de l’atome central. Montre que les rayons cathodiques peuvent traverser de fines feuilles d’or et produire une luminosité appréciable sur du verre située entre elles. Suggère, afin d’expliquer le rayonnement du corps noir, que l’énergie électromagnétique ne peut être émise que sous forme quantifiée, i.

Proposent l’expérience de Stern et Gerlach, durant laquelle les valeurs discrètes de moments angulaires pour des atomes à l’état fondamental sont détectées par passage dans un champ magnétique inhomogène, conduisant à la découverte du spin de l’électron. Formule le principe d’exclusion stipulant que deux fermions identiques ne peuvent occuper le même état quantique simultanément. Utilise le postulat d’équivalence onde-matière de Broglie pour développer une équation d’onde représentant mathématiquement la distribution d’une charge d’un électron sur l’espace, symétrique sphériquement ou proéminente selon certaines directions, i. Utilise l’équation de Schrödinger pour montrer comment les fonctions d’ondes de deux atomes d’hydrogène se rejoignent, avec des termes plus, moins et d’échange, pour former une liaison covalente. 1932 introduit les terminologies d’orbitales moléculaires, comme liaison σ, liaison π, et liaison δ. Introduit l’approximation de la combinaison linéaire d’orbitales atomiques pour le calcul des orbitales moléculaires. Applique la théorie des perturbations au problème à deux électrons et montre que la résonance provenant de l’échange électronique pouvait expliquer les forces d’échange.

Fait le premier calcul précis d’une fonction d’onde d’orbitale moléculaire avec le dihydrogène. Roothaan-Hall, donnant une base solide aux méthodes d’orbitales moléculaires. 1850 et 1900, qui ne peut être expliqué sans concepts de quantification. Explication de l’effet photoélectrique par Albert Einstein en 1905 pour laquelle il recevra le prix Nobel de physique, employant les concepts de photons, particules de lumières à énergie quantifiée.

Découverte en 1980 de l’effet Hall quantique par Klaus von Klitzing. Vérification expérimentale de l’intrication quantique par Alain Aspect en 1982. Brush Physics, the Human Adventure, Rutgers University Press, 2005. Albrecht Folsing, Albert Einstein: A Biography, trans.

En français : sur la constitution des atomes et molécules. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 13 février 2019 à 23:54. L’étude du monde à l’échelle moléculaire soumise paradoxalement à des lois singulières, comme le prouvent les récents développements nanotechnologiques, permet de mieux comprendre les détails de notre monde macroscopique.

La physique, et surtout son instrumentation, est devenue hégémonique après 1950 dans le champ de la science de la nature. Les avancées en physique ont surtout refondé en partie la chimie physique et la chimie inorganique. Tubes à essai contenant des solutions et des précipités. La combustion : exemple d’une réaction chimique complexe. Articles détaillés : Histoire de la chimie, Alchimie et Histoire de la découverte des éléments chimiques.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.