Guide pratique des stations de traitement des eaux PDF

Recyclage naturel : qui sont les décomposeurs ? Le compostage est un des procédés de dégradation de la matière organique que l’on peut appliquer facilement aux déchets biodégradables, encore guide pratique des stations de traitement des eaux PDF déchets fermentescibles.


Cet ouvrage a pour vocation première de sensibiliser les non-spécialistes du génie civil aux différents problèmes qu’ils peuvent rencontrer lors de l’élaboration et de la réalisation d’un projet de station de traitement des eaux. L’organisation tripartite du livre est basée sur celle du fascicule 74 du CCTG et correspondant aux différentes phases que sont les études préalables, la conception et la réalisation des structures. Une place importante a été faite au matériau béton pour son utilisation majoritaire dans les ouvrages de rétention des eaux ainsi qu’aux matériaux composites que les caractéristiques mécaniques et physico-chimiques rendent particulièrement intéressants dans le cas de milieux fortement agressifs. Conçu dans une période de transition entre l’application de la réglementation française et celle de la normalisation européenne, il aborde les grandes lignes de la partie 3 de l’Eurocode 2 relative au calcul des structures béton des silos et réservoirs. À qui s’adresse l’ouvrage? Cet ouvrage s’adresse en priorité aux responsables du process ainsi qu’aux jeunes ingénieurs voulant s’initier aux spécificités du génie civil des réservoirs.

Le compostage est un procédé qui met en jeu divers microorganismes dans un processus aérobie, c’est-à-dire un processus qui se déroule en présence d’oxygène de l’air indispensable à la respiration des microorganismes décomposeurs : bactéries, champignons, algues, protozoaires, actinomycètes, petits invertébrés de la pédofaune, etc. Ce sont surtout des bactéries qui opèrent le mieux la décomposition de la matière organique fermentescible par voie aérobie et à pH neutre. Au cours du processus, une part de la matière organique est respirée par les microorganismes qui rejettent du dioxyde de carbone et de l’eau. Une autre part, surtout celle qui contient des substances azotées, est recomposée en diverses molécules dont des précurseurs des acides humiques.

Le compost résultant se présente comme un terreau enrichi en acides fulviques et humiques. Les déchets qui peuvent être compostés doivent avoir une bonne biodégradabilité. Par exemple, les matières plastiques qui ne sont pas dégradées dans un laps de temps inférieur à 6 mois sont impropres au compostage. Le mélange doit être bien ventilé. Les premières phases du compostage intéressent des molécules hydrocarbonées simples dans des processus de respiration très exothermiques. L’ensemble va connaître un échauffement important. Les bactéries qui résisteront sont des thermophiles et quelques mésophiles hautes.

Les molécules complexes sont dégradées dans un second temps par d’autres bactéries mésophiles basses, voire des bactéries psychrophiles. La totalité du processus se fait en 2 ou 3 mois pour obtenir un compost en début de stabilisation. L’élevage de lombrics dans le compost améliore sensiblement la qualité des composts produits. Chez soi et à petite échelle bien entendu, le lombricompostage de ses déchets fermentescible est largement facilité sur une portion de compost enrichie, par exemple, en marc de café.

2 m3 de compost prêt à l’emploi par an. Dans les centres de compostage, surtout parce que les déchets traités ne sont pas nécessairement toujours bien triés ou tout à fait favorables à ces traitements, il convient de mélanger différents types de déchets de manière à obtenir le meilleur environnement physicochimique possible, c’est-à-dire un bon apport de carbone, de l’azote, du phosphore et du potassium en quantité suffisante et équilibrée, une humidité suffisante, un pH neutre, etc. L’intérêt des composts réside surtout dans la restitution de la matière organique au sol dont on va, dès lors, améliorer la structure, la porosité, les capacités d’échanges des substances nutritives et des bases, la résistance à l’érosion et à la battance des pluies, etc. Le compost est d’autant plus intéressant à utiliser qu’il est bien stabilisé. En effet, la présence de matières encore susceptibles d’être fermentées s’oppose à la germination des graines ou à l’activité de la microflore humifiante. L’utilisation de tels composts en fin de saison avec un engrais vert protège particulièrement bien les sols des lessivages de l’hiver. Les composts fabriqués sur les aires de compostage des déchets urbains sont le plus souvent vendus.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.