Guide des coquillages marins PDF

Image satellite de la partie orientale de la baie du Mont-Saint-Michel. Le mont Saint-Michel et guide des coquillages marins PDF baie.


La baie du Mont-Saint-Michel s’étend sur une superficie d’environ 500 km2. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Carte géologique de la baie du Mont-Saint-Michel. La géologie de la baie est établie à partir de relevés d’affleurements et de sondages. Ce n’est qu’à partir du Quaternaire que commence le façonnement de la baie qui conduit aux paysages actuels. Couesnon, maintenant endigué à l’ouest du mont Saint-Michel, la Sée et la Sélune.

Cela est donc une légende qui amuse les habitants frontaliers qui savent que la frontière ne se situe pas sur le Couesnon proprement dit mais sur la terre ferme à 4 km à l’ouest, au pied du massif de Saint-Broladre. Le plus grand marnage observé en Europe est dans la baie du Mont-Saint-Michel : d’une amplitude moyenne de 10 mètres, il atteint 12 mètres en vive-eau moyenne, 15 mètres lors des vives eaux exceptionnelles. La mer se retire à grande vitesse sur une dizaine de kilomètres, mais revient aussi vite. L’expression consacrée  au mont Saint-Michel la marée monte à la vitesse d’un cheval au galop , reprise par les médias et les guides touristiques grand public, est attribuée à tort à Victor Hugo.

Les marées provoquent un brassage important des eaux, ce qui favorise la production biologique. L’estran, la partie du littoral qui subit l’alternance des marées découvre environ 250 km2. Les alluvions fluviales continuellement brassées par le flux et reflux des marées, mélangées aux coquillages brisés donne naissance à la tangue, un riche fertilisant qui fut longtemps utilisé par les paysans des environs pour amender leur sols. La traversée des grèves de la baie peut s’avérer dangereuse en l’absence d’un guide expérimenté. L’ancien train du Mont-Saint-Michel à son terminus, sous les remparts.

De longue date, la baie du Mont-Saint-Michel fut l’objet de travaux de poldérisation de la part de ses propriétaires riverains. Château-Richeux et le massif de Saint-Broladre avaient été mis à profit pour endiguer les marais de Dol. Sainte-Anne, on distingue encore cette digue qui marque la limite sud des polders et que l’on désigne sous le nom de digue de la Duchesse-Anne. Mont, au sieur Quinette de la Hogue, armateur à Granville, sur les grèves du Couesnon, le long des rivages de Moidrey, Beauvoir, Ardevon et Huisnes, en compensation d’un moulin perdu par fait de guerre. Les digues d’enclôture étaient légères, pour des raisons de coût, et résistaient mal aux attaques des rivières.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.