Gorgias PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie gorgias PDF. Gorgias est un dialogue écrit par Platon.


Le ton du Gorgias est particulièrement violent, et pas seulement à l’égard de la rhétorique. Le dialogue formule une des critiques les plus radicales qui aient été adressées à la démocratie athénienne, à ses valeurs dominantes et à sa politique de prestige. En effet, Socrate s’en prend à tous les aspects de cette politique, du plus concret au plus idéologique. Mais l’essentiel de la critique vise la condition qui donne à la démocratie athénienne ses principaux caractères. Or cette condition est la même que celle qui assurait l’influence de la rhétorique. Il s’agit de la foule comme sujet dominant de la scène politique. Le gouvernement de la liberté est un gouvernement de la foule, c’est-à-dire de l’illusion, du faux-semblant et de la séduction. La critique de la rhétorique débouche donc directement sur la critique la démocratie.

Deux thèses s’affrontent : celle de Gorgias, sophiste qui enseigne la rhétorique et considère que  l’art de bien parler  est le meilleur de tous les arts exercés par l’homme, contre celle de Socrate, qui dénonce la rhétorique comme un art du mensonge. Polos : Rhéteur sicilien d’origine, disciple de Licymnios de Chios et sectateur de Gorgias. Chéréphon : Disciple et ami de Socrate. Calliclès : Hôte de Gorgias, récemment engagé en politique. Il incarne le type de public qui compose la clientèle des sophistes. C’est un personnage sujet à caution, vraisemblablement inventé par Platon, bien que certains éléments notamment ceux montrant qu’il a eu des liens avec des personnes connues de Platon pourraient laisser penser qu’il a vraiment existé. Le préambule au dialogue se passe devant la maison de Calliclès.

Socrate et son compagnon Chéréphon, rencontrent Calliclès, ami du sophiste Gorgias qui vient de donner une leçon, vraisemblablement dans un gymnase. Calliclès propose à Socrate de s’entretenir avec Gorgias, chez lui, mais Socrate lance tout de suite le discours dans une organisation dialectique, désireux de l’interroger sur sa pratique, sur  ce qu’il est , sur le modèle de l’artisan i. Celui-ci lui répond qu’il est orateur et maître de rhétorique. Socrate, selon sa fameuse exigence qui consiste à rechercher la nature des choses, l’essence se cachant derrière le mot, va demander à Gorgias, représentant de la rhétorique, une définition de son art. Gorgias rencontre les plus grandes difficultés à lui répondre. Il affirme que la rhétorique est l’art des discours. Socrate demande sur quoi portent ces discours.

Cependant, la définition de la rhétorique n’avance pas. Socrate demande alors à Gorgias, au nom de l’assemblée présente si la rhétorique relève d’un savoir précis et technique nécessitant un spécialiste en la matière ou si c’est une pratique qui ne se limite pas à un domaine bien précis, mais peut répondre à n’importe quelle question, cherchant par là à savoir si la rhétorique est un art ou un savoir-faire technique, un atout ne nécessitant aucun savoir précis. Socrate s’interroge aussi sur les thèmes abordés par la rhétorique – à savoir si elle se limite au juste et à l’injuste et si elle peut tout traiter. Enfin, il lui demande quel bien apportera Gorgias à ceux qui suivront son enseignement de rhétorique et deviendront ses disciples.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.