Fureurs de ville PDF

Les ports antiques sont les premières installations portuaires apparues avec le développement de la marine. Richard Lefebvre des Noëttes qui niait toute possibilité pour la marine antique de pouvoir naviguer loin des côtes et d’avoir un tonnage d’une certaine importance, on fureurs de ville PDF longtemps pensé que les premiers ports n’étaient que de simples plages d’échouage, les bateaux étant chaque soir tirés au sec. Le Pirée, relié à Athènes par les Longs Murs. Carthage dont les bassins sont protégés par un imposant rempart maritime.


L’air de la ville rend libre », disait Hegel. C’était compter sans les avatars de la métropole des temps modernes, la multiplication des banlieues et la prolifération des ghettos où sont parqués tous les exclus du règne de la marchandise. Que faire donc de la ville, que faire dans la ville ? Y déambuler, s’enchanter de ses infinies ouvertures sur le monde, l’aimer pour ce qu’elle recèle de plaisir et d’occasions de se rassembler ? S’y révolter, s’insurger, la brûler même, ou y rêver ? Pourquoi pas ! C’est aussi cela le désir de ville, désirer sa perte ou plutôt, comme Fellini, désirer s’y reposer pour contempler la chute de l’Empire, l’Empire du monde, de ses signes et de ses simulacres. Mais, dans la ville, on peut aussi instaurer la citoyenneté, inventer une nouvelle manière de vivre l’autre, de côtoyer l’étranger, d’énoncer les nouveaux édits et bâtir les contours d’un monde à découvrir. Une nouvelle civilisation, la civilisation urbaine. J.-P.D. »

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.