Exporter au Sri Lanka PDF

Le drapeau du Sri Lanka, également appelé drapeau du Lion, est le drapeau civil, le drapeau d’État et le pavillon marchand de la République démocratique socialiste du Sri Lanka. Il est adopté en 1948 et a subi depuis plusieurs modifications mineures, pour être adopté sous sa forme actuelle exporter au Sri Lanka PDF 22 mai 1972. Gautama Bouddha se plaisait à méditer.


Les bandes verticales verte et orange à la hampe représentent les minorités musulmane et hindouiste. Commonwealth, le pavillon maritime de guerre est un White Ensign avec en canton le drapeau national. On peut cependant remarquer l’absence de la croix de saint Georges. Drapeau attribué au roi légendaire Dutugemunu.

Depuis lors, l’emblème du lion a joué un rôle important dans l’histoire du Sri Lanka. Il a été largement utilisé par les monarques qui ont succédé au roi Vijaya et est devenu un symbole de courage, de liberté et d’espoir. Perera, une figure marquante du mouvement d’indépendance, découvrit le drapeau du Lion original, gardé à Chelsea, avec l’aide de D. Wijewardene, le magnat de la presse. En 1948, le drapeau a été adopté comme drapeau national du Royaume de Ceylan.

Il a depuis subi plusieurs changements, en 1953 et à nouveau en 1972. Cette année-là, quatre feuilles de pipal ont été ajoutées aux quatre coins du drapeau, en remplacement des symboles représentant des fers de lance. Le drapeau national du Sri Lanka représente le pays et son patrimoine en tant que symbole de ralliement, intégrant les minorités au groupe ethnique majoritaire. L’origine cingalaise et la force de la nation. Le bouddhisme et son influence sur la nation.

Ils représentent aussi les quatre vertus de la gentillesse, l’amabilité, le bonheur et la sérénité. La pratique religieuse, la sagesse et la méditation. Les éléments de l’eau, le feu, l’air et la terre. La pureté dans la possession des richesses. La foi musulmane et l’ethnie maure. Les gens d’autres cultures vivant au Sri Lanka. Les autres religions minoritaires et les groupes ethniques portugais et hollandais.

Se réfère également au riche héritage colonial du pays. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 9 décembre 2018 à 03:25. Les Tamouls auraient bénéficié de traitement de faveur de la part des Britanniques pendant la colonisation, ce qui a déclenché des rivalités entre les deux communautés. Cette période de l’histoire est hautement sensible au Sri Lanka : les Tamouls ont toujours clamé leur présence historique sur l’île, alors que les Cingalais annoncent avoir été présent avant les Tamouls. Chacun s’entre-accuse d’avoir été envahi par l’autre, mais aucune preuve historique actuelle ne donne raison à un groupe. Ces livres racontent l’histoire du pays de façon mystique, et sont liés à la religion bouddhiste theravada, ce qui est un point sensible de discorde sachant que les Tamouls sont hindouïstes saïgam.

Le Prince Vijaya a envahi l’ile en -543, en massacrant le peuple indigène. Selon les Cingalais, les Tamouls du Sri Lanka sont arrivés sur l’île pendant les invasions de la dynastie Chola dans les années 100 av. Ceylan, était partagé par plusieurs royaumes locaux, les rois cingalais vivront un âge d’or avec les royaume d’Anuradhapura et de royaume de Polonnaruwa. Toute la période qui a suivi le royaume de Polonnaruwa entre 1220 et 1600, était un long déclin pour les Cingalais.

Le royaume cingalais de Kotte s’était allié au royaume du Portugal. Ensemble, ils mettront fin au royaume de Jaffna en 1624. Les Tamouls ont bénéficié d’un traitement préférentiel de la part des Britanniques pendant le Ceylan britannique entre 1796 et 1948, notamment parce que les colonisateurs ont apporté avec eux des Tamouls du continent. Bien que parlant la même langue, ils sont considérés comme une communauté distincte des Tamouls sri-lankais du Nord et de l’Est du pays.

Ainsi une grande partie des Tamouls vivant au Sri Lanka est originaire du Sri Lanka. Par la suite, les différents gouvernements sri-lankais ont essayé d’expulser les  Tamouls indiens  du pays. En 1964, le Premier ministre sri-lankais Sirimavo Bandaranaike signe un accord avec le Premier ministre indien Lal Bahadur Shastri. La colonisation cinghalaise de zones traditionnellement habitées par des Tamouls, au nord, et surtout à l’est du pays, par les gouvernements sri-lankais successifs, a toujours été une source de tension entre les groupes ethniques.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.