Démolir la Bastille PDF

Juillet et à droite l’opéra Bastille. Articles détaillés : La Bastille et Prise de la Bastille. Hugues Aubriot, prévôt des démolir la Bastille PDF de Paris, en posa la première pierre en 1370.


Tout le monde sait ce qui s’est passé place de la Bastille le 14 juillet 1789 : une forteresse mal protégée prise d’assaut, des cachots ouverts par la foule et quasiment vides, un gouverneur mis à mort, dont la tête sera promenée par les rues au bout d’une pique… Un symbole de l’Ancien Régime, de sa justice d’exception et de ses pratiques les plus arbitraires, venait de tomber.
Mais il n’a pas suffi de prendre la Bastille. Il a aussi fallu, durant deux longues années, la démolir, au fil d’un chantier qui a mobilisé, en plein coeur de la capitale, un millier d’ouvriers attachés à la destruction des murs et des tours : monceaux de décombres entassés, trafics en tout genre, accidents, rixes, émeutes, querelles de voisinage ont émaillé le quotidien de cette ruche.
Il a fallu ensuite, entre poétique des ruines chère aux préromantiques et culte révolutionnaire de la fête collective, consacrer ce haut lieu de la sociabilité parisienne, où se croisaient, de nuit comme de jour, personnalités et anonymes, au cours de visites guidées, de bals et de cérémonies officielles qui entretiennent le souvenir de ce moment fondateur.
Il a fallu enfin édifier un véritable lieu de mémoire, dans une entreprise de communication sans précédent, où l’entrepreneur en chef, Palloy, diffusant largement statuettes commémoratives, moellons gravés et médailles, a contribué à assurer sa propre gloire en même temps que celle de l’événement, érigé, du même coup, au rang de mythe national.

1383, Charles VI en fit bâtir quatre nouvelles, les réunit par de gros murs et les entoura d’un fossé. Sous Henri II, en 1553, on éleva de nouvelles fortifications qui furent achevées en 1559. Les contours des murailles orientales de la forteresse sont marqués aujourd’hui par un pavage spécial visible sur la partie ouest de la place. Cette bastille, qui avait été construite pour mettre la capitale à l’abri des attaques des Bourguignons et des Anglais, servit de prison sous Louis XI. Le 14 août suivant, alors que la démolition avait commencé, les ouvriers trouvèrent dans la tour de la Comté, cinq boulets incrustés dans la pierre. On suppose qu’ils avaient été lancés en cet endroit lors de la bataille du faubourg Saint-Antoine en 1652.

Une loi du 27 juin 1792 prescrivit la formation d’une place sur le terrain de la Bastille. Dès le 16 juin 1792, il est décidé que l’emplacement de la Bastille formerait une place dite  de la Liberté  et qu’une colonne y serait élevée. Palloy, l’entrepreneur de travaux qui avait démoli la forteresse, fournit la première pierre, mais la construction en reste là. Une fontaine est néanmoins installée en 1793. Du 9 au 14 juin 1794, la guillotine fut installée sur la place, dégagée des restes de la forteresse de la Bastille, appelée désormais  place Antoine .

Soixante-quinze personnes furent guillotinées sur la place de la Bastille. Article détaillé : Éléphant de la Bastille. La place de la Bastille réaménagée avec en son centre un éléphant, projet initial. L’éléphant destiné à orner la fontaine de la Bastille sera coulé en bronze. L’architecte Jean-Antoine Alavoine commença les travaux en 1833, mais seule une maquette en plâtre grandeur nature due au sculpteur Pierre-Charles Bridan fut élevée.

Louis-Philippe décida en 1830 de construire la colonne de Juillet, déjà prévue en 1792, mais pour, cette fois, commémorer la révolution des Trois Glorieuses. Une ordonnance royale du 6 juillet 1831 a prescrit l’érection d’un monument funéraire en l’honneur des victimes des trois journées. Place de la Bastille se trouvait l’entrée des Arènes nationales, vaste lieu de spectacles en plein air inauguré le 1er juillet 1851. L’activité des Arènes nationales fut brève. Dès 1854, le terrain où elles se trouvaient fut vendu pour la construction de nouveaux immeubles.

La gare de la Bastille vers 1900. La gare de la Bastille ou gare de Paris-Bastille était une ancienne gare parisienne, ouverte de 1859 à 1969. La place de la Bastille en 1871. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le 24 mai 1871, les communards tentèrent de détruire la colonne de Juillet, comme ils avaient réussi à mettre à bas la colonne Vendôme.

Le célèbre édicule Guimard qui donnait accès à la station Bastille du métro de Paris a été détruit en 1962. La colonne de Juillet, construite entre 1833 et 1840, pour commémorer le renversement de la monarchie de Charles X les 27, 28 et 29 juillet 1830. Une plaque commémorative rappelant la présence de la forteresse de la Bastille, son tracé général et la prise de la forteresse est située sur la façade de l’immeuble du 5 place de la Bastille, au dessus du café restaurant « Café français ». L’opéra Bastille, derrière lequel se situe l’hôpital des Quinze-Vingts.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.