Colette Deblé PDF

En 1960, il signe le Manifeste des 121, déclaration sur le  droit à l’insoumission  dans le contexte de la guerre d’Algérie. 1986, il vit à Colette Deblé PDF, un village de Haute-Savoie proche de Genève. En 2006 commence la publication de ses œuvres complètes en treize volumes par les éditions de la Différence sous la direction de Mireille Calle-Gruber.


De fait, depuis l’Antiquité jusqu’il y a peu, ce sont les hommes qui ont peint, sculpté, dessiné les femmes. Colette Deblé affronte aujourd’hui l’histoire de l’art dans une démarche iconoclaste. « Je tente de reprendre les diverses représentations de la femme depuis la préhistoire jusqu’à nos jours afin de réaliser une analyse visuelle des diverses postures, situations, mises en scène. » La figuration, chez Colette Deblé ne part pas du sujet en soi, mais de l’interprétation qui en est déjà faite dans l’œuvre historique, donc chargée de connotations culturelles, allégoriques, symboliques. Pour Colette Deblé, « la citation picturale ne saurait être une citation littérale comme est la citation littéraire, parce qu’elle passe par la main et la manière du citateur. D’où un léger tremblé doublement allusif entre l’œuvre citée et le citateur. Mon projet explore ce tremblé parce qu’il suppose un exercice extrêmement long de la citation vers son usure et sa fatigue. » Pas moins de deux mille dessins et lavis donnent à chaque femme regardée une personnalité, une vérité et une réalité charnelle qui, indirectement, provoquent l’interrogation sur un ordre depuis longtemps établi.

Michel Butor se marie en 1958 avec Marie-Jo Mas, née en 1932, qui a suivi des études de puéricultrice, avant de devenir répétitrice à l’école internationale de Genève puis photographe à partir de 1989. Le couple a eu quatre filles. Il a ainsi collaboré avec un très grand nombre de plasticiens pour réaliser des livres-objets et des livres d’artiste. Il a délaissé le genre du roman proprement dit depuis les années 1960. Outre l’écriture de nombreux essais, il pratique divers genres qui s’apparentent à la poésie.

Travaux d’approche, Paris, Gallimard, 1972, coll. Propos en l’air, illustré par Robert Brandy. Georges en moto, illustré par Sophie Rousseau. Improvisations sur Balzac, Paris, La Différence, 1998, trois vol. Improvisations sur Michel Butor : L’écriture en transformation, Paris, La Différence, coll. En novembre 2005, ensemble de  travaux croisés  grâce à une rencontre organisée à Marrakech dans une résidence d’artistes réunis autour de lui, organisée par l’association la Rose de Dadès sur une invitation de l’Institut français de Marrakech. Les artistes autour de Michel Butor sont : Ouida Abdelghani, Salah Benjakan, Mylène Besson, Marie-Jo Butor, Larbi Cherkaoui, Rachid El Bankdi, Maxime Godard, Pierre Leloup et Mohamed Mourabiti.

Une exposition s’est tenue en 2006 à la Bibliothèque nationale de France à Paris sous le titre  Michel Butor, l’écriture nomade . Un colloque francophone a suivi :  Michel Butor : Déménagements de la littérature , sous la présidence de Mireille Calle-Gruber. En mars 2007 est organisée à la Cité des Arts de Chambéry une exposition intitulée  Le livre dans tous ses états  et consacrée à l’exposition des travaux exécutés à Marrakech. Le 15 mars, accompagné de plusieurs de ces artistes, Michel Butor, dans une conférence, parle de sa démarche préliminaire et les péripéties de cette rencontre à Marrakech à travers la lecture des poésies écrites à cette intention et ses commentaires. Dialogue avec 33 variations de Ludwig van Beethoven sur une valse de Diabelli, Paris, Gallimard, 1971, coll.

ALBUM, photos de Marie-Jo et interventions manuscrites de Michel Butor. René de Ceccatty,  L’écrivain Michel Butor, figure du Nouveau Roman, est mort , sur lemonde. Collectif,  Michel Butor à Nice , sur bmvr. Irène Languin,  Michel Butor, écrivain migrateur et foisonnant , sur 24heures. Entretien Legeard-Butor à propos de ses expérimentations sur le langage. Feu de cartes de Michel Butor :: Poéme , sur wikipoemes.

This entry was posted in Entreprise et Bourse. Bookmark the permalink.