Cochon et cochonailles PDF

Origine L’image, qui date cochon et cochonailles PDF milieu du XIXe siècle, est amusante et, pour peu qu’on s’y penche un peu, aisément compréhensible. En général, lorsqu’on attache son chien, c’est pour éviter qu’il baguenaude ou bien aille planter ses crocs dans la cuisse charnue de l’accorte voisine. C’est surtout le premier qui nous intéresse.


Car pour que le chien reste attaché, il faut sans cesse renouveler l’attache. Ce qui, au final, coûte bien des sous et risque de vider la cassette de notre avare avant même qu’on ait pu la lui voler. Or, un pingre dépensant sans compter, ce n’est pas envisageable. Donc notre avare ne risque certainement pas d’attacher son ou ses chiens avec des saucisses. On peut également ajouter que si la voisine porte plainte, les frais de justice et d’amende vont aussi être insupportables pour notre homme.

Ce qui ne fait que justifier son choix d’un autre type d’attache plus économique. Exemple « Quand mon voisin met un plumet à son chapeau, croyez-vous que je pense qu’il soit plus grand pour cela ? Et quand un flatteur cherche à me coiffer, je sais très bien lui rendre la monnaie de sa pièce. Croyez tant qu’il vous plaira, Monsieur, mais ce n’est pas moi que l’on prendra à attacher son chien avec des saucisses.

Compléments Notez que des ouvrages wallons du XIXe siècle indiquent le sens de « il ne faut tenter personne » tant il est vrai que les chiens ainsi attachés ne sauront pas résister à la tentation. Cette traduction sera définitivement supprimé et ne peut pas être récupéré. Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. Il n’y a guère d’avarice à ne vouloir perdre ni animal ni procès !

L’expression prend plus de sens avec l’attache au maître plutôt que l’entrave au piquet. Dans ce dernier cas, c’est donner de la confiture au cochon ! Cher God, pourquoi serait-ce un signe d’avarice que de faire ce que le bon sens privilégie ? Je pense qu’attacher un chien avec des saucisses est ostentatoire et inutile puisqu’il ne restera pas attaché longtemps. Aujourd’hui on dirait « c’est très con » de vouloir épater la galerie de cette façon !

Mon petit Godemichou adoré, ne te laisse pas abattre pas ces commentaires féminins plutôt critiques quant à ton explication divine. Rien à voir avec l’expression du jour, mais je signale à tous les expressionautes le site www. Mêmes les belges ont renoncé depuis longtemps à attacher leurs chiens avec des frites, parce que c’était très difficile de faire des noeuds une fois. Quand on dit que le chien s’attache à son maître, on peut comprendre le lien physique, mais aussi le lien sentimental. Et dans ce cas ne pas attacher son chien avec des saucisses signifierait en même temps : vouloir le rendre aimant, fidèle, sans le payer en retour. Personnellement je n’ai pas de chien.

L’amour se conforte de petites attentions comme celles ci. 2009 à 08h54 : quid des moules ? J’ai un Golden Retriever et ça bouffe TOUT ! Et que dire des chiots xylophages. On lui avait acheté une jolie niche. Trouvant sans doute l’entrée de celle-ci trop petite, il a décidé de faire des travaux et de l’agrandir, en la grignotant. Et le husky de ma fille, qui a passé quelques mois chez moi, a bouffé une partie de ma porte de cuisine et la barrière en bois que j’avais mise pour séparer ensuite la cuisine du reste de la maison.

Et je ne parle pas du jardin et de la glycine qu’une autre chienne avait prise pour la maternité, après avoir creusé le pied. Ben non, sans doute n’appréciaient-ils pas l’odeur. Après tout ça, God veut nous faire croire que le chien mange des saucisses. 6 : hé oui, un joli collier de moules comme celui que l’on recevait parfois de nos enfants pour la fête des mères et qui sent si bon. Et la crème de ta vie, avant de la passer à la casserole, tu la fouettes, et pour la fouetter, eux la lient. Non, je parle de Babette, pas de ta femme. Mais pas avec des saucisses, non plus ?

2009 à 09h55 : Et que dire des chiots xylophages. Charlesattend et toi vous confirmez que le poète a toujours raison. Golden, ni le Labrador: c’est la femme. Surtout quand elle a du chien. J’ai connu des moules attachantes, certaines appartenaient à des saucisses. Faisons-en de la chair à saucisse.

This entry was posted in Histoire. Bookmark the permalink.