Châteauneuf-du-Pape. Mémoire d’un village PDF

La mairie de Piolenc châteauneuf-du-Pape. Mémoire d’un village PDF son aménagement pittoresque. La ville est membre de la fédération des sites Clunisiens.


La commune est traversée en son centre par la Nationale 7, portant le nom d’avenue de Provence dans le centre du village, et impose le respect des règles de priorité à droite pour l’ensemble des rues et ruelles débouchant sur cet axe. Rhône, dont la commune est limitrophe. Piolenc possède une gare SNCF désaffectée sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, qui la contourne à son est. La plaine alluvionnaire du Rhône occupe la plus grande partie du territoire de la commune. On y trouve des anciennes gravières, sur l’Ile aux Rats.

Le Rhône, canalisé et doté de canaux de dérivation depuis 1974 par la Compagnie nationale du Rhône, passe en bordure de commune qu’il délimite à l’ouest. Son ancienne gravière a été reconvertie en plan d’eau de loisirs, sur une surface de 75 hectares, Li Piboulo. Rhône au sud-ouest, délimite la commune au sud. L’ancien canal de Perrelatte passe dans la commune, au sud immédiat du massif d’Uchaux. 2003 qui avaient touché le Sud de la Provence, il a rapidement été envisagé de rendre à la plaine de Piolenc-Mornas son statut d’origine de plaine inondable, en l’utilisant comme déversoir lors de crues annoncées, afin d’épargner les agglomérations situées en aval, plus peuplées. Données météorologiques d’Orange de 1961 à 1990 Mois jan. Attestée sous la forme Poiodolen en 998.

Le nom est composé de Podium, signifiant puy, pieu, le  pio , c’est-à-dire le sommet, et Odolinum, pour Odilon, abbé de Cluny au moment où la seigneurie passe dans le domaine de cette abbaye. Les fouilles de la station des Rochers ont mis en évidence un habitat assez important avec des fonds de cabanes, de la poterie et une industrie lithique et osseuse développée. L’histoire de Piolenc pendant la période carolingienne est peu connue. Prieuré est en phase de déclin, moral et financier. En 1274, le territoire de la commune, tout comme l’ensemble du Comtat Venaissin, est cédé au pape Grégoire X par le Roi de France, Philippe III le Hardi.

En 1339, l’accès du prieuré, en commende, est interdit aux visiteurs. Sous le règne de Charles IX, le village fut attaqué à plusieurs reprises, et ravagé ou dominé au moins par deux fois lors des guerres de religion. Pour éviter tout accident, leur accès est interdit par arrêté municipal. Certaines galeries se développent sur plusieurs kilomètres. Dans ces réseaux, qui s’étalent sur deux à trois étages séparés par 10 centimètres de sable, les galeries sont souvent ovoïdes et directement taillées dans le sable.

Il n’y a que quelques rares effondrements. Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse. Les deux clefs des armoiries de Piolenc indiquent l’appartenance au Comtat Venaissin. La devise de la ville est « Dulcius Melle, Fortius Leone » : Doux comme le miel, Fort comme le lion. Article connexe : Élections municipales de 2014 dans le Vaucluse. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.

Les données manquantes sont à compléter. Le centre historique du village, de forme circulaire, est délimité par l’avenue de Provence et par le boulevard Frédéric-Mistral. En son milieu est situé la mairie et le château-église Saint-Pierre. Le cours Corsin et la RN 7 constituent les principaux axes d’activité et de commerce.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.