Avec les hommes préhistoriques PDF

La Préhistoire est généralement définie comme la période comprise entre l’apparition du genre humain et l’apparition des premiers documents écrits. Cette définition laisse cependant la place à des interprétations divergentes selon les auteurs. La définition classique de la Préhistoire pose un certain nombre de problèmes, notamment avec les hommes préhistoriques PDF ce qui concerne les critères retenus pour son début et sa fin, mais aussi pour la datation de ses limites.


La Préhistoire commence avec l’apparition de l’Homme. L’apparition de l’Homme dépend des critères utilisés pour définir le genre Homo, qui varient selon les chercheurs. La fabrication d’outils a longtemps été considérée comme propre au genre Homo. Des découvertes récentes ont montré que les Australopithèques, qui précédaient les humains et dont ces derniers sont probablement issus, ont peut-être eux aussi produit des outils de pierre.

Les comportements traditionnellement associés au genre Homo pourraient donc être partagés par plusieurs genres chez les Hominines. Amérique précolombienne ou d’Afrique subsaharienne, qui ont peu de choses en commun avec les sociétés préhistoriques. Cette notion n’est pas entièrement satisfaisante. Ces groupes de chasseurs-cueilleurs, pêcheurs, collecteurs, souvent nomades, exploitent des ressources naturelles disponibles sans les maitriser.

La Préhistoire stricto sensu comprendrait donc le Paléolithique et le Mésolithique. Ces groupes d’éleveurs et d’agriculteurs, souvent sédentaires, exploitent des ressources qu’ils maitrisent et qu’ils gèrent en partie. La Protohistoire comprendrait alors le Néolithique, l’Âge du bronze et l’Âge du fer. Mâchoire de renne de Paul Tournal, Muséum de Toulouse. Jacques Boucher de Perthes, l’un des pères de la Préhistoire. Carl von Linné, et surtout Buffon, qui avaient largement fait reculer la date de l’origine de la vie sur Terre. Si les deux dernières expressions sont encore couramment employées, la première est désormais tombée en désuétude.

S’inspirant de la chronologie utilisée en géologie, Édouard Lartet propose en 1861 une chronologie fondée sur les espèces successives de grands mammifères dominants. Seul l’âge du renne est encore parfois utilisé pour désigner le Magdalénien. La chronologie actuelle comprend plusieurs périodes, de durées très inégales, fondées sur les cultures matérielles trouvées lors des fouilles archéologiques. Cette chronologie n’est pas synchrone d’un continent à l’autre, ni même d’une région à l’autre. Pour les périodes anciennes du Paléolithique, les différences culturelles entre les industries sont difficiles à mettre en évidence, et les variations peuvent aussi être liées à la fonction des sites ainsi qu’aux types de matériaux utilisés. Le Paléolithique, terme créé par John Lubbock en 1865, désigne l’époque de la Préhistoire durant laquelle l’Homme était encore partout un chasseur-cueilleur. Le Paléolithique est subdivisé en trois ou quatre grandes périodes selon les auteurs.

Le Paléolithique archaïque commence il y a 3,3 millions d’années en Afrique de l’Est, il y a 2,1 Ma en Chine, et il y a 1,6 Ma en Europe. Pliocène, expansion des Australopithèques, apparus vers 4,2 Ma en Afrique, parmi lesquels se trouvent probablement les ancêtres du genre Homo. Ce sont d’abord des galets aménagés, souvent considérés comme des nucléus aujourd’hui. Premier site oldowayen en Afrique du Nord, daté de 2,4 millions d’années, à Aïn Boucherit, en Algérie.

Il y a 1,95 Ma, apparition d’Homo ergaster en Afrique de l’Est. Homo georgicus est identifié à Dmanissi, en Géorgie. Datés de 1,8 million d’années, ses fossiles figurent parmi les plus anciens fossiles humains connus à ce jour hors d’Afrique. Première trace de peuplement en Europe à Kozarnika, en Bulgarie, il y a 1,6 million d’années. Biface de Menchecourt-les-Abbeville, exposé à l’Exposition universelle de 1867, Muséum de Toulouse.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.